Émotion

La librairie de l’île

La librairie de l’île
de Gabrielle Zevin (Auteur),
Poche – 4 mai 2017
Éditeur : Pocket

A.J. Fikry a l’un des plus beaux métiers du monde : il est libraire sur une petite île du Massachusetts. Mais il traverse une mauvaise passe. Il a perdu sa femme, son commerce enregistre ses pires résultats depuis sa création et il vient de se faire dérober une édition originale et précieuse. A.J. s’isole au milieu des livres jusqu’au soir où il découvre un couffin devant sa librairie. Un bébé que sa mère a abandonné là avec un mot :  » Je tiens à ce qu’elle grandisse entourée de livres et de gens pour lesquels la lecture compte.  » Réticent au premier abord face à l’ampleur de cette mission, le libraire tombe rapidement sous le charme du nourrisson et entrevoit avec lui la possibilité d’un nouveau bonheur.
Et si la vie valait bien qu’on lui accorde une seconde chance ?

 » Un optimisme rafraîchissant pour les amoureux des livres !  »
The Washington Post

Livre_2019_049_Gabrielle Zevin - La librairie de l'ile

 

Bonjour à toutes et à tous…

Ce livre raconte l’histoire d’une vie.
La vie de A.J.
Ce bel ouvrage est déroutant et attachant. Difficile de ne pas se prendre d’affection pour ces personnages que la vie n’a pas épargné, qui se croisent, s’enchevêtrent.
C’est une belle surprise.

Une histoire qui parle d’une librairie et de livres ne pouvait que m’intéresser…
J’avoue avoir même ralenti le rythme de ma lecture pour pouvoir le savourer page après page… Repoussant le point final, le plus longtemps possible.

Une histoire d’amour, de solitude, de famille, d’amitié et de deuil…
Le tout empli de poésie avec aussi de nombreuses références littéraires, qui malheureusement s’adressent plutôt à des lecteurs d’outre atlantique, mais qui ne gâchent en rien le plaisir de la lecture.

Je suis conquis et curieux de lire un autre roman de Gabrielle…

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« On supprime toutes les meilleures choses de ce monde les unes après les autres, un peu comme le gras de la viande, se dit souvent A.J. D’abord, les magasins de disques, puis les vidéoclubs, ensuite est venu le tour des journaux et des magazines et désormais, même les grandes enseignes de librairie disparaissent. Il part du principe qu’un monde sans grandes librairies est bien pire qu’un monde avec. Ces boutiques là, au moins, vendent des livres et non des médicaments ou du bois de construction. Elles emploient des diplômés en littérature qui savent lire et conseiller leurs clients. »

 

 

Gabrielle Zevin, née en 1977, est écrivain et scénariste. Diplômée de Harvard en littérature anglaise et américaine, elle vit à Los Angeles et a déjà publié huit romans aux États-Unis, dont quelques-uns pour la jeunesse, qui ont été traduits en France et publiés chez Albin Michel. La Librairie de l’île a paru sous le titre L’Histoire épatante de M. Fikry & autres trésors chez Fleuve Éditions en 2015.

1 réflexion au sujet de “La librairie de l’île”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s