Non classé

“Ma fille voulait mettre son doigt dans le nez des autres” de Maxime Gillio

Ma fille voulait mettre son doigt dans le nez des autres
de Maxime Gillio (Auteur)
Broché – 22 mars 2017
Éditeur : Pygmalion

« Je vois Gabrielle, ma fille, m’observer de son regard indéchiffrable. Pourquoi ce livre ? Après tout, c’est notre passé, sa vie, mes sentiments. Il ne concerne qu’elle et moi, pourquoi l’exposer aux yeux de tous ? Parce que nous en avons besoin. Parce que nous devons guérir de cet amour contrarié et nous retrouver.
Je n’écris pas un livre sur l’autisme, encore moins un guide ou un mode d’emploi, j’offre les souvenirs que je nous ai volés. L’histoire banale d’un père et d’une fille. »

Chaque jour, les chiffres concernant l’autisme nous alertent. 650 000 cas en France… Si chacun est différent, la souffrance de l’enfermement est, pour eux comme pour leurs proches, commune. Une souffrance que Maxime Gillio tente de contourner avec la force de ses mots, sincères et émouvants.

2019_2

Bonjour à toutes et à tous…

Cri de douleur et d’amour à la fois, “Ma fille voulait mettre son doigt dans le nez des autres” n’est plus tout à fait un roman et d’ailleurs Maxime Gillio, n’est pas, ici, tout à fait un auteur.
Maxime est un papa qui nous envoie un hommage très émouvant, plein d’amour, de tendresse et d’humour à sa fille Gabrielle…
Un témoignage humble qui offre une véritable leçon de vie à tous les parents, que leurs enfants soient touchés par un handicap ou non.

Gros coup de cœur… Je conseille vivement ce livre !

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :

« Mes activités littéraires m’amènent parfois à devoir m’absenter tout un week-end. Le déroulé de mes absences est toujours le même. Les jours qui précèdent mon départ, je suis content, je vais voir des copains, me changer les idées. Le matin, je suis au taquet, hop, dans la voiture, et ciao Dunkerque. Mais souvent, je ne suis pas encore arrivé que déjà, tu me manques, que j’ai envie de revenir à la maison. Je regarde l’heure et je me demande ce que vous faites pendant que je ne suis pas là. Alors oui, je déconne avec les copains, je signe les livres. L’espace de quelques heures, j’existe en tant qu’autre chose que père. Mais ça ne dure pas. Au fond, je n’ai qu’une seule envie, rentrer à l’hôtel pour vous téléphoner, ou carrément reprendre la voiture.
Se quitter un peu pour se retrouver beaucoup, je n’ai rien inventé. »

 

Maxime Gillio, père de trois enfants, a travaillé douze ans dans l’Education nationale avant de réaliser qu’il n’aimait rien tant que le calme et la solitude. Depuis, il s’est reconverti dans l’édition. Mais il a quand même gardé sa tribu, pour son plus grand bonheur.

Non classé

“L’inconnue de l’équation” de Xavier Massé

L’inconnue de l’équation
de Xavier Massé (Auteur)
Poche – 16 mai 2019
Éditeur : Taurnada

Quatre heures. La police n’a que quatre heures pour démêler ce qui ne semblait être au départ qu’un simple drame familial : un couple, Juliette et François, retrouvé carbonisé, leur fils, Julien, gisant au sol. Deux salles d’interrogatoires, deux témoins de la tragédie : la mère de François et une flic déjà présente sur les lieux. Deux versions, deux visions différentes. Accident, meurtre, ou vengeance ? Une toile d’araignée va se tisser peu à peu et d’une simple énigme va surgir une équation… aux multiples inconnues.

2019_034_Xavier Massé - L'inconnue de l'équation

Bonjour à toutes et à tous…

C’est le second roman de Xavier que je lis. Certainement pas le dernier.
Ce thriller sous forme de huis clos, envoûtant et hypnotique m’a tenu en haleine jusqu’au bout.
Les rebondissements sont incessants, avec un final incroyable, bien malin celui qui comprendra avant les dernières pages !

Toute la difficulté de ce huis clos a été d’en faire un texte addictif.
Avec une écriture fluide, agréable, dans la mesure où il y a peu de personnages, il fallait être sacrément doué pour que cela nous captive !

Avec L’inconnue de l’équation, Xavier confirme vraiment qu’il fait parti des grands auteurs de thrillers.
Je conseille vivement ce roman, c’est une pépite !

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :

« Juliette était bien sous la douche, n’entendant rien à cause de la pression de l’eau. François profita de l’instant pour admirer sa femme. Il parvenait à voir toutes ses courbes à travers le rideau translucide. Juliette et lui s’étaient rencontrés lorsqu’elle avait vingt ans, et elle avait réussi, malgré sa grossesse, à garder un corps de jeune fille. François ne pouvait s’empêcher de lui répéter combien elle était belle, et même si celle-ci trouvais qu’il exagérait, elle adorait entendre de sa bouche ce compliment qui la faisait rougir. »

 

Né en 1977 à Roussillon (Isère), Xavier Massé est un jeune écrivain à l’imagination débordante. Passionné par le cinéma et la littérature, il devient très tôt fan du genre thriller, avec un goût toujours plus prononcé pour les scénarios complexes. Il sort en 2016 « Répercussions », qui remporte le prix du 1er roman Dora-Suarez 2018. Il décide de continuer l’aventure avec « L’Inconnue de l’équation », un huis clos qui ne laisse aucun répit au lecteur.

Thriller, Thriller historique

Conspiration

Conspiration
de Eric GIACOMETTI (Auteur), Jacques RAVENNE (Auteur)
Broché – 16 mai 2018
Éditeur : Pocket

De nos jours, à Paris, trente hommes, femmes et enfants se jettent d’un immeuble.
Le commissaire franc-maçon, Antoine Marcas, est mis sur l’enquête. Ses recherches vont le conduire au cœur de la société la plus secrète et élitiste des États-Unis, la Skull and Bones. Une organisation qui rassemble des anciens présidents américains et l’aristocratie des affaires. Étrangement, l’un de ses membres vient de se suicider à Washington alors qu’il s’apprêtait à faire des révélations sur une puissante multinationale.

Deux siècles plus tôt, en pleine Révolution française, l’inspecteur Ferragus est lancé par Danton sur les traces d’une implacable confrérie. Entre la prison du Grand Châtelet et la basilique Saint-Denis, il va découvrir l’incroyable secret de la lignée des rois de France. Quel mystère issu des profondeurs de l’Histoire unit ces deux enquêtes ?

2019_33-Giacometti Ravenne Conspiration

Bonjour à toutes et à tous…

J’ai lu tous les “Eric Giacommeti et Jacques Ravenne” depuis le Rituel de l’Ombre…
Je ne sais pas si je serai objectif, mais je vais quand même essayer en mettant de coté le fait que je suis vraiment fan et que Dan Brown n’a qu’à bien se tenir !

Tout d’abord l’écriture.
Fidèles à la recette qui a fait leur succès, c’est toujours aussi visuel et les chapitres très courts s’enchainent à toute vitesse pour notre plus grand plaisir.

Eric et Jacques, nous entraînent dans le temps et dans l’espace (ici de nos jours entre Paris et les États-Unis) et nous plongent aussi dans “l’après” Révolution française. Toujours très bien documenté et très agréable à lire, chaque chapitre alterne entre 1793, et le présent…

Mystères, intrigues et suspens, j’avoue que je ne me lasse pas des aventures d’Antoine Marcas, qui sont à chaque fois au rendez-vous !

Livre passionnant.
Si vous aimez les thriller historique, je ne peux que vous conseiller la lecture de ce très bon roman.

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :

« Souvent à raison, parfois à tort, il restait persuadé que tout livre portait en soi une promesse d’intelligence. Le seul fait de les contempler, de palper leur reliure, d’ouvrir quelques pages, c’était déjà imbiber son esprit d’une encre ruisselante de savoir. Devant une bibliothèque, il était comme un glouton affamé face à une vitrine gorgée de délicieuses pâtisseries. »

Éric Giacometti, écrivain, a été journaliste d’investigation, puis chef de service à la rubrique économie au Parisien / Aujourd’hui en France. Il a enquêté à la fin des années 1990 sur la franc-maçonnerie, dans le volet des affaires sur la Côte d’Azur. En 2016, il est devenu le nouveau scénariste des aventures de Largo Winch en bande dessinée.

Jacques Ravenne, lui aussi écrivain, spécialiste de l’étude de manuscrits, est maître franc-maçon. Il intervient régulièrement dans des conférences et colloques sur la franc-maçonnerie. Conscient du fantasme suscité autour de sa fraternité, et de ses dérives, il reste attentif à une description rigoureuse de cet univers et de ses rituels.

Amis depuis l’adolescence, férus de symbolique et d’ésotérisme, ils ont inauguré leur collaboration littéraire en 2005 avec Le Rituel de l’ombre, premier opus de la série consacrée aux enquêtes du commissaire franc-maçon Antoine Marcas. Ce duo, unique, du profane et de l’initié, a vendu plus de 2 millions d’exemplaires en France. La série, traduite dans 17 langues, du Japon aux États-Unis, a été adaptée en bande dessinée par les Éditions Delcourt. L’Empire du Graal a paru en 2016 aux Éditions JC Lattès. Il est suivi, en 2017, de Conspiration. Leur nouvelle série, Soleil noir, a paru en 2018 chez le même éditeur.

Non classé

Avec elle / Sans elle

Avec elle / Sans elle
de Amelie Antoine (Auteur), Solène Bakowski (Auteur)
Broché – 8 novembre 2018
Éditeur : Michel Lafon

Un même point de départ
Deux intrigues
Une expérience littéraire inédite

Il était une fois une famille heureuse et unie.
Des jumelles de six ans qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau.
Deux sœurs qui grandissent, inséparables…
Avec elle
Le 14 juillet, alors que Coline est punie, Jessica assiste au feu d’artifice.
De ce léger accroc à leur amour fusionnel naît la jalousie.
Chaque jour plus dévorante et maladive, elle va jusqu’au bout empoisonner leur vie.
Sans elle
Le 14 juillet, alors que Coline est punie, Jessica assiste au feu d’artifice.
Elle ne rentrera jamais à la maison…
Chaque jour plus cruelle et toxique, son absence va sceller le destin de sa jumelle.

2019_32-Solène Bakowski - Avec elle : Amélie Antoine - Sans elle.jpg

Bonjour à toutes et à tous…

Pour tous ceux qui se sont un jour demandé : Et si un seul détail de ma vie avait changé, est-ce que tout aurait été radicalement différent ?

Je viens de terminer Avec elle / Sans elle d’Amelie Antoine et Solène Bakowski.
Deux histoires mais aussi deux faces d’une même pièce qui n’auraient aucun intérêt l’une sans l’autre…

C’est beau.
C’est poignant, avec beaucoup d’émotions et dur à la fois !
Une histoire bouleversante, une ambiance où règne la déchéance, la souffrance, la solitude et la culpabilité. S’enchaîne une multitude de sentiments et d’émotions. Des personnages déstabilisés par leurs difficultés à rechercher la vérité…

Quel superbe projet.
Deux auteurs, écrivent chacune la version d’une histoire en partant du même point de départ.
Comment une vie peut-elle basculer pour un simple lacet défait un soir de 14 juillet, et va tout perturber en nous emmenant vers deux mondes ou une même famille aura un destin complètement différent.

J’ai retrouvé avec plaisir la plume de Solène et d’Amélie dont je ne me lasse pas avec leurs analyses psychologiques fort bien décrite.

Un conseil ne passez pas à coté de ce projet incroyablement audacieux…
À lire absolument !!!

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :

« Ma coco,
je suis tellement désolée, je suis mal sans toi, je n’existe plus. C’était une connerie. Je t’aime, pardon, reviens.

Le petit mot froissé gît ostensiblement au pied de son lit, par terre, à la hauteur de son oreiller. Quand Jessica l’a trouvé ce matin, ça l’a pulvérisée. Ce petit mot était sa dernière chance, son ultime recours. Puisque Coline refuse de lui parler depuis plus de deux semaines, il fallait bien trouver un subterfuge. C’était raté, le message a été lu puis jeté aussi sec, à l’image de son amour, renvoyé, piétiné, massacré. Comment vivre sans la digue, la béquille ? Comment être seule quand on n’a jamais appris ? Comment Coline peut-elle se montrer si intransigeante ? Ne voit-elle pas la douleur qui l’assassine ? »

Solène Bakowski vit à Paris avec son mari et sa fille. Elle est l’auteure de plusieurs romans dont Parfois on tombe (éditions Favre, janvier 2014, lauréat du Prix de la Chapelle-Montreuil 2015) et Un sac (Prix spécial du Jury Amazon 2015, Bragelonne, 2017).

Après l’immense succès de Fidèle au poste (250 000 lecteurs en France et aux États-Unis), puis la confirmation de son talent original dans Quand on n’a que l’humour (paru sous le titre Les Silences en poche), Amélie Antoine s’impose comme une romancière talentueuse, spécialiste du suspense psychologique.

Non classé

Le Maître des limbes

Le Maître des limbes
de Olivier Bal (Auteur)
Broché – 11 avril 2019
Éditeur : De Saxus

Le Maître des Limbes : vos rêves lui appartiennent.
Un roman vertigineux, entre le récit d’espionnage, le thriller et le fantastique,

Que se passe-t-il réellement lorsque vous vous endormez ? Quand vous plongez au cœur de vos rêves, êtes-vous certain de ne pas être manipulé ?
Il existe, aux quatre coins du monde, certains individus dotés d’une incroyable aptitude : ils peuvent contrôler les rêves des autres.
En tentant de percer le secret de nos songes, plusieurs personnages vont faire une découverte qui pourrait changer à jamais le cours de l’histoire.
Lee, une journaliste, enquête sur le virus du Marchand de sable, une étrange épidémie qui ne touche que des enfants.
Gabriel, un adolescent narcoleptique isolé des autres, a la sensation qu’il peut visiter et modifier les rêves d’inconnus.
James, à la tête de l’empire pharmaceutique ONIR, poursuit en secret des expériences débutées trente ans auparavant…
Tandis que la CIA et la NSA se mènent une guerre secrète pour obtenir le contrôle des Limbes, au plus profond de leur sommeil, nos héros devront choisir leur camp. Une bataille se prépare, car qui contrôlera les rêves, contrôlera le monde.

2019_031_Olivier Bal - Le maître des limbes

Bonjour à toutes et à tous…

Ce roman est un véritable uppercut !

“Les limbes” n’avaient pas révélé tous ses secrets et j’étais donc resté sur ma faim en terminant la lecture du premier opus.

Pour le second, Olivier Bal signe un thriller dont il a le secret. Très visuel (encore une fois l’impression d’être au cinéma – The mirror, Stranger things ???), sa prose est très maîtrisée, superbe.

Un univers sombre, et moite. Des personnages fascinants. Une tension palpable, jusqu’au bout.

De plus, Olivier s’amuse avec ses lecteurs tout le long de son roman en les menant sur des fausses pistes. L’utilisation de la première personne pour chaque chapitre alternant plusieurs personnages (James, Clyde, Lee, Gabriel, Amy, et bien d’autres…), sur plusieurs époques, nous offre un côté immersif qui nous permet de nous attacher à eux, malgré divers rebondissements.

Le Maître des Limbes conclut un diptyque nous offrant action, rebondissements et beaucoup de suspense…

Thriller, espionnage ou fantastique ?
Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse !!!
Je me suis régalé du début à la fin…
C’est mon deuxième livre d’Olivier Bal et c’est mon deuxième coup de cœur.

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :
« Nos libertés ne sont que façade. L’accès formidable à la connaissance, au divertissement, à l’information, comme tu le dis toi-même, ne sont que des simulacres, des pantomimes pour nous faire détourner le regard… L’homme n’a jamais été aussi connecté au monde et pourtant aussi impuissant, aussi isolé, aussi anesthésié. La religion a laissé la place à la politique, la politique aux grands groupes industriels, l’industrie à la haute finance. Il y aura toujours quelqu’un, quelque chose pour tenter d’avoir la mainmise. Le pouvoir évolue, change de visage, mais reste toujours aussi cruel et vorace. C’est bien triste mais rien n’a changé, Gabriel. Le monde n’est pas prêt, et je pense qu’il ne le sera malheureusement jamais, pour le formidable cadeau que représentent les limbes. Les puissants ne feraient que souiller ces terres. Ils l’ont déjà fait… C’est pour cela que je les protège. J’en suis le gardien. »

 

Olivier Bal a été journaliste pendant une quinzaine d’années. Après avoir travaillé dans différents titres de la presse généraliste et culturelle, il a animé un événement culturel emblématique : les Masterclass à la Cité des sciences et de l’industrie de Paris. Olivier se consacre aujourd’hui pleinement à l’écriture.
Les Limbes a conquis des dizaines de milliers de lecteurs et a remporté le Prix Polar Méditeranée du 1er roman 2018 et le Prix Découverte 2018 des Géants du Polar.
Le Maître des Limbes est son 2e roman.

Polar

“Losing Leah” de Sue Welfare

Losing Leah
de Sue Welfare (Auteur)
Broché – 28 mars 2019
Éditeur : De Saxus

Un jour ordinaire. Un couple ordinaire. Un terrible secret.

Par un froid matin de février, Chris et Leah Hills s’arrêtent dans une station-service isolée à la frontière du Pays de Galles pour boire un café.
Pendant que Leah est partie se rafraîchir, Chris verrouille la voiture et part acheter leurs boissons. Les minutes passent, mais Leah ne revient pas…
Peu après, le sergent Mel Daley et son patron, l’inspecteur Harry Baker arrivent sur place pour commencer les recherches alors que chaque minute compte. Leah est-elle encore vivante ? A-t-elle quitté la station-service avec quelqu’un ?
Au fur et à mesure que leur enquête progresse, les policiers vont découvrir de sombres secrets à propos du couple dont la perspective fait froid dans le dos.
Sue Welfare, auteure à succès dans la liste des best-sellers du Sunday Times et scénariste primée pour la BBC et Channel 4, nous livre ici un thriller glaçant dans la lignée de « Gone Girl” et “La fille du train”.

2019_030_Sue Welfare - Losing Leah.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous…

Comme indiqué sur la première de couverture “Losing Leah” va vous mener vers un terrible secret.

Chris et Leah Hills sont sur le chemin des vacances quand Leah disparaît lors d’une pause à la station-service…
Son mari va tout faire afin qu’on la retrouve saine et sauve.

Je suis malheureusement resté un peu sur ma faim, car j’ai deviné assez vite la trame principale du récit, mais j’ai malgré tout passé un bon moment grâce à une écriture très fluide. L’auteur va vous mener, au fur et à mesure à l’aide de multiples croisements à un récit fort bien construit et de plus en plus complexe!

Le récit provient en grande partie du point de vue du sergent Mel Daley, qui explique un cas de personne disparue en termes simples, ainsi que la procédure suivie par la police dans un tel cas. J’ai trouvé ça plutôt intéressant.
Je mettrai un petit bémol sur les parties personnelles de sa vie privée qui n’amènent rien au récit et qui l’alourdissent à mon goût, mais cela reste un bon roman !

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :
« Je me suis réveillée bien avant qu’il ne fasse jour, presque aussi fatiguée que la veille au soir lorsque je m’étais couchée. Je pris mon temps sous la douche en réfléchissant aux éléments que nous connaissions déjà. Les quelques grandes lignes d’une vie. La photo de Leah apparu sur le bulletin d’information du matin. Cela était très utile qu’elle soit jolie à la façon d’une fille qui habite la maison d’à côté, qui a l’air complètement innocente et qui ne fait pas son âge. Sur la photo elle semblait vulnérable. J’imaginais que les téléphones n’arrêtaient pas de sonner. Pendant ce temps-là, à l’écran, Kelly, notre agent qui assurait la liaison avec les médias, faisait un résumé de la situation et évitait toute personne disposant d’informations à se présenter. »

 

Sue Welfare est une auteure britannique à succès figurant régulièrement dans la liste des best-sellers du Sunday Times. Elle a publié une trentaine de romans dont la plupart étaient des comédies romantiques. En 2015, elle se lance dans le thriller en publiant  » Next of Kin’ qui reçoit des critiques dithyrambiques.
Elle est aussi une scénariste renommée pour la TV anglaise (Channel 4) ainsi que la radio (BBC). Sue vit dans le Norfolk avec son mari et ses deux chiens.
« Losing Leah » est son premier roman publié en français.

Noir, Roman

“La trilogie psychiatrique” de James Osmont

La trilogie psychiatrique
de James Osmont (Auteur)
Broché – 17 février 2019
Éditeur : Éditions Nouvelle Bibliothèque

Aucun d’eux ne l’a choisi. Certains l’ont subi ou provoqué, lui ont prêté allégeance, y ont finalement pris goût… Mais le Mal, solitaire et tout-puissant, trace sa route et anime ses pantins. Desseins mystérieux, atours inattendus, voies impénétrables ; il rôde et patiente dans le noir. Tant et tant, il tente et torture, sème la mort et le désarroi, se joue bruyamment de la condition des Hommes, de leurs faiblesses et de leurs bas instincts. Regis, Sandrine, Dolores, et tous les autres, se débattent, s’y noient… Ou bien s’en libéreront-ils, peut-être ? Et quel sera alors le prix à payer pour ces âmes turbulentes, égarées dans ce grand bal fou ?

2019_029_James Osmont - La trologie psychiatrique.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous…

Livre percutant sur l’univers d’un hôpital psychiatrique où se côtoient des malades et des soignants qui eux aussi ont un certain mal être.
La trilogie commence par “Régis”.
J’ai dévoré ce premier livre et j’ai aimé être dans la tête de régis, cet être torturé et touchant à fois.
Intriguée, j’ai été plongé dans un univers sombre mais je me suis également beaucoup attaché à Régis. Un livre très original et magnifique à la fois.

“Sandrine”, est la suite directe de “Régis ». on plonge dans un univers qui nous questionne, celui où on peut avoir une vie ordinaire et stable et où tout bascule psychiquement… Ce livre accroche, fait réfléchir…

James Osmont frappe encore plus fort encore avec “Dolores” qui est à l’image des deux premiers volets : un uppercut. Une nouvelle plongée dans la noirceur, dans la maladie mentale. Chacun de ses personnages est en grande souffrance. Dolores et Lucas sont bouleversants, Thorsten terrible et monstrueux. Ils sont à la fois victimes et bourreaux, chacun à leur façon.

Trois récits très sombre à ne pas mettre entre toutes les mains, malgré le style très poétique de James. Aliénation, abattement, spleen, souffrance, douleur, fragilité, vulnérabilité mais aussi une force immense. Le récit garde un côté clinique évidemment, et très oppressant, l’humain dans ce qu’il a de plus terrifiant, de plus touchant, de plus désarmant. Une émotion, une finesse, une délicatesse, une subtilité manifestes.

En somme, j’espère avoir le plaisir de lire encore James Osmont dans de nouveaux récits. Peut-être un peu moins sombre…
James Osmont fait partie de ces nouveaux auteurs à suivre qui devrait assurément trouver leur place.

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :

« D’os et de sang.

Il avait fini par le temple interdit : la chambre parentale, où se terrait la louve, la maîtresse femme, la putride mégère. Elle les dirigeait tous. Elle dictait ses ordres aux Autres, chuchotant ces voix qui avaient embrouillé le cerveau de Régis. Il avait empoigné sa génitrice aviné par la tignasse, et avait lacéré frénétiquement son visage et sa gorge. Puis, comme s’il avait agi selon un commandement divin, il avait plongé sa bouche dans la sienne. Post-mortem, alors qu’elle fuyait encore de toutes parts, il lui avait arraché la langue. Et s’en était délecté.

“Désormais ils se tairont” avait-il pensé. »

 

James Osmont, 36 ans, originaire de Brest en Bretagne, est auteur-photographe depuis plusieurs années, il montre régulièrement son travail dans le cadre d’expositions depuis 2013. Il exerce par ailleurs la profession d’infirmier en psychiatrie, domaine méconnu, tourmenté et profondément humain, souvent caricaturé ou abordé superficiellement en littérature, à grands renforts d’archétypes… L’écriture l’accompagne depuis longtemps, ayant animé un fanzine musical pendant plus de 10 ans. En 2016, il a publié deux premiers romans, « Regis » & « Sandrine », des œuvres de fiction mêlées de drame et de suspense, de violence et de poésie… En février 2017, « Regis » a remporté le prix littéraire LES PETITS MOTS DE LIBRAIRES dans la catégorie « découverte polar/thriller ». Tandis que « Dolores », le tome 3, a vu le jour en juillet 2017, toujours en auto-édition. A l’automne, le soutien du public l’a placé en final des concours d’écriture Nolim et Ecrire Au Féminin. En 2018, il terminait second du Trophée Anonym’Us qui opposait à l’aveugle des nouvelles noires d’auteurs édités et indépendants. La Trilogie Psychiatrique a remporté, elle, le prix Marque-Page du salon noir de Plaine-Haute et s’est classée seconde aux Indés Awards en 2018. Une version intégrale et augmentée a paru en février 2019, cette fois aux Editions Nouvelle Bibliothèque…