Non classé

“Des mirages plein les poches” de Gilles Marchand

Des mirages plein les poches
de Gilles Marchand (auteur)
Broché – 19 octobre 2018
Éditeur : Aux Forges de Vulcain

Un musicien de rue, un homme qui retrouve sa vie au fond d’une brocante, des chaussures qui courent vite, deux demi-truites, une petite lampe dans un couffin, le capitaine d’un bateau qui coule, la phobie d’un père pour les manèges, un matelas pneumatique… On ne sait jamais qui sont les héros des histoires de Gilles Marchand : objets et personnages se fondent, se confondent et se répondent chez cet auteur qui sait, comme nul autre, exprimer la magie du réel. Sous ses airs de fantaisiste, il raconte la profondeur de l’expérience humaine.

2019_002_gilles marchand - des mirages plein les poches

Bonjour à toutes et à tous…

La nouvelle est un format qui à du mal à plaire aux gens…
Et pour cause, pas facile en quelques mots, d’arriver à capter et à mener le lecteur là, où le veut l’auteur !

Gilles est un orfèvre en la matière.
Pourquoi lui, plus que beaucoup d’autres ?

Je ne saurais vous le dire… Mais sont écriture rime avec plaisir !
14 nouvelles, toutes simples, banales presque. Des histoires du quotidien.
Qui font sourire, tantôt mélancoliques, pétillantes, émouvantes.
Mais elles ont toutes quelque chose en commun.

C’est leur poésie…
Les mots, tels des balles de ping-pong, rebondissent d’une phrase à l’autre et on se demande à chaque fois ce que l’auteur va encore nous donner…

Gilles est un poète.
Fantaisiste, oui ! Un peu fou ? peut-être…
Mais entre mirages et réalité son monde est beau, son monde est bon.
Certaines nouvelles sont très courtes, mais portent quand même cette mélodie, qui vous donnera le sourire aux lèvres.
Les plus longues vous feront toucher des mots et des images imprévisibles.
Et jamais au grand jamais n’essayez de deviner la chute de l’un de ses récits.
Vous perdriez votre temps, tellement l’esprit de Gilles se joue de toute normalité !

Un vrai petit bijou, à offrir, à partager, à lire à voix haute aussi.
Je l’ai fait !
Les phrases résonnaient différemment dans mon salon que dans ma tête…
Cheminée allumée, chien, chats qui dormaient sur le canapé. J’avais les choses bien en main… Le bonheur, vous connaissez ?

Une nouvelle m’a émue, plus que les autres à sa lecture…
J’avais l’impression d’y découvrir une partie de moi, une partie de ma vie,
“Deux demi-truites”.

Beaucoup de cœur dans tes récits, Merci Gilles…
Et à très bientôt !

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :
“Mon père était champion de boxe. Champion, je ne sais pas trop, mais boxeur, ma mère on était la preuve vivante et tuméfiée. Là d’où je viens, ça n’avait rien d’exceptionnel. Pas mal de copains à l’école vivaient des trucs similaires. Il suffisait de voir dans les vestiaires les coquarts, les bleus sur les bras ou le torse. Pas besoin d’en parler pour savoir. C’était comme ça. Personne pour s’en souciait vraiment, d’ailleurs. Il y en avait pour dire que c’était la faute de la misère. Mais c’était tout ce qu’on avait connu, alors la misère, on ne savait pas trop ce que c’était.”

 

Gilles Marchand est né en 1976 à Bordeaux. Il a notamment écrit Dans l’attente d’une réponse favorable (24 lettres de motivation) et coécrit Le roman de Bolano avec Eric Bonnargent. Il rencontre un immense succès avec son premier roman solo, Une bouche sans personne (prix Libr’à nous 2017). Son deuxième roman, Un funambule sur le sable, confirme la naissance d’un écrivain.

Non classé

“Cabossé” de Benoît Philippon

Quand Roy est né, il s’appelait Raymond. C’était à Clermont. Il y a quarante-deux ans. Il avait une sale tronche. Bâti comme un Minotaure, il s’est taillé son chemin dans sa chienne de vie à coups de poing : une vie de boxeur ratée et d’homme de main à peine plus glorieuse. Jusqu’au jour où il rencontre Guillemette, une luciole fêlée qui succombe à son charme, malgré son visage de « tomate écrasée »… Et jusqu’au soir où il croise Xavier, l’ex jaloux et arrogant de la belle – lequel ne s’en relèvera pas… Roy et Guillemette prennent alors la fuite sur une route sans but. Une cavale jalonnée de révélations noires, de souvenirs amers, d’obstacles sanglants et de rencontres lumineuses.

Cabossé
de Benoît Philippon (Auteur)
Broché – 8 septembre 2016
Éditeur : Gallimard

2019_001_benoit philippon - cabossé

Bonjour à toutes et à tous…

Benoît Philippon est un menteur.
Benoît Philippon est un tricheur…

Sous couvert d’un premier roman “cabossé”, où il nous raconte la vie de Roy, un géant, un colosse au visage déformé, une sale gueule, quoi ! Benoît Philippon, nous entraîne dans un monde très sombre…
Malmené par la vie qui l’a détruit, mais il le lui rend bien, par ses colères,
ses destructions, coups, violences physiques et mentales.
Roy est une bête qui ne parle qu’avec ses poings…

Puis un jour Guillemette “tombe” dans sa vie.
Guillemette fragile, chétive face à ce géant.

C’est à partir de là, que le mensonge de Benoît échoue. Le “cabossé” à une âme, une sensibilité. À l’intérieur de la tête de Roy, bouleversements, chamboulements naissent à fleur de peau, jusqu’à exploser littéralement.

Je ne suis plus dans un Polar ou un roman noir… Je lis de la poésie !
Les mots sont différents certes, mais la musique est là, bien présente, bienveillante.

La bête et la belle se transforme en Juliette et Roméo.

Un roman formidable avec une écriture qui ne l’est pas moins. J’ai beaucoup ri aussi malgré le sombre scénario de l’histoire. Les mots font tache parfois, mais percutants à tous les coups !
Benoît n’écrit plus il grave son histoire d’une plume acérée, crue, brute de décoffrage, il tatoue directement ses idées sur la peau de Roy, en prenant un plaisir certain à jouer avec ses mots imagés.

C’est un hymne magnifique à l’amour, c’est une histoire formidable, que dis-je… C’est de la vraie littérature…
Difficile de sortir de ce Road movie désespéré, incroyablement émouvant.
Le petit clin d’œil à “Mamie Luger” me laisse augurer de belles surprise pour le second roman de Benoît !

Un auteur incroyable à découvrir sans perdre un instant !
Roy et Guillemette vont rester dans mon cœur un moment.

Par ailleurs ce matin j’ai regardé “Lullaby for Pi”, film écrit et réalisé par Benoît.
Amateurs de jazz, de blues et de belles histoires, vous savez désormais ce qui vous reste à faire !

2019 démarre sur les chapeaux de roues !!!

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :
“Roy a rencontré son premier employeur de cette façon. Sergueï. Un type charmant. Qui gagné à être connu. Surtout des forces de police. Sergeî a vu passer Roy dans la rue et l’a suivi. Il a d’abord vu le format exceptionnel de Roy : la machine de guerre. Puis il a vu s’agacer du prix prohibitif du demi sur le zinc dans un rade pourri de Belleville. Il a vu le gérant du bar voler à travers sa baie vitrée et finir dans la benne à ordures du chantier d’en face : la colère. Puis Sergeî a vu des clients se lever, les potes du gérant – quand on parle de quartier mal famé, on parle de ces gars-là-, cinq types ébréchés qu’on encerclé Roy pour lui souhaiter la bienvenue. Et là, Sergueï a vu Roy sourire : ce mec avait rien à perdre.
Sergueï avait trouvé une recrue exceptionnelle.”

 

Benoît Philippon, né en 1976, est un écrivain, un réalisateur et un scénariste français, auteur de roman noir.
Il réalise son premier film en 2009, Lullaby for Pi, qui réunit Clémence Poésy, remarquée, Forest Whitaker et Rupert Friend. En 2015, il co-réalise le long-métrage d’animation « Mune » qui remporte un important succès critique en France et à l’étranger (600 000 entrées).
En 2017, il signe son premier roman noir, Cabossé chez Gallimard.

Super Mimi est sa première BD.