Non classé

“Les Dix enfants que Madame Ming n’a jamais eus” de Eric-Emmanuel Schmitt

Les Dix enfants que Madame Ming n’a jamais eus
de Eric-Emmanuel Schmitt
Poche – 7 janvier 2015
aux Éditions, Albin Michel.

Madame Ming aime parler de ses dix enfants vivant dans divers lieux de l’immense Chine. Fabule-t-elle, au pays qui impose l’enfant unique ? A-t-elle contourné la loi ? Aurait-elle sombré dans une folie douce ? Et si cette progéniture n’était pas imaginaire ? L’incroyable secret de madame Ming rejoint celui de la Chine d’hier et d’aujourd’hui, éclairé par la sagesse immémoriale de Confucius.

Dans la veine de Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, d’Oscar et la dame rose ou de L’Enfant de Noé, Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus est le sixième récit du Cycle de l’invisible.

2018_78-Eric-Emmanuel Schmitt - Les dix enfants….JPG

Bonjour à toutes et à tous…

Récit bref, facile à lire, dont il se dégage une grande sagesse…
E. E. Schmitt aurait pu développer plus la trame de l’histoire, car il y avait matière et surtout le sujet est très intéressant.
l’auteur par le biais de Mme Ming nous distille des « petites vérités ». Choc de deux cultures, drôle de contraste entre la pensée de cette femme et les préoccupations de son interlocuteur occidental qui se trouve en Chine pour des réunions d’affaires. En effet Mme Ming, dame-pipi dans un grand hôtel chinois, est-elle une menteuse, une douce folle, une dame qui s’ennuie dans son métier ?

En tout cas cette histoire faite de tendresse est une vraie leçon d’amour.
Plus un petit conte philosophique au cœur de Confucius, qu’un roman! J’ai retrouvé l’esprit de « Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran », lu il y a quelques années, sa légèreté, sa simplicité… de petits mots qui s’enchaînent, se suivent qui nous transportent sans jamais s’égarer. E. E. Schmitt sait nous emmener exactement là où il veut.

Un petit plaisir qui méritait plusieurs pages supplémentaires pour me toucher d’avantage…

Extrait :
Tandis que nos dix enfants discutaient de leur avenir professionnel, Ru déclara soudain : « Choisissez un travail qui vous passionne et vous n’aurez pas travaillé un seul jour de votre vie. » Le lendemain, alors que mon mari rapportait qu’au bureau son supérieur l’avait harcelé bien qu’il ait accompli ses tâches et secouru ses collègues, il proclama :  » L’homme supérieur ne demande rien qu’à soi-même; l’homme trivial et déméritant demande tout aux autres. »

 

Né en 1960, normalien et docteur en philosophie, Eric-Emmanuel Schmitt s’est d’abord fait connaître en tant que dramaturge avec Le Visiteur, devenu un classique du répertoire théâtral international. Plébiscitées tant par le public que par la critique, ses pièces ont été récompensées par plusieurs Molière et le Grand prix du théâtre de l’Académie française. Son théâtre, qu’il met parfois en scène lui-même, est traduit dans plus de quarante langues et désormais joué dans le monde entier. Sa carrière de romancier, initiée par La Secte des Égoïstes, s’est poursuivie avec L’Évangile selon Pilate, La Part de l’autre, Lorsque j’étais une œuvre d’art, Ulysse from Bagdad, La Femme au miroir, Les Perroquets de la place d’Arezzo. Il pratique l’art de la nouvelle avec bonheur : Odette Toulemonde, La Rêveuse d’Ostende, Concerto à la mémoire d’un ange (prix Goncourt de la nouvelle 2010), Les Deux Messieurs de Bruxelles. Son Cycle de l’invisible (Milarepa, Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, Oscar et la dame rose, L’Enfant de Noé, Le sumo qui ne pouvait pas grossir, Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus) a remporté un immense succès en France et à l’étranger. En 2006, il écrit et réalise son premier film, Odette Toulemonde, suivi, en 2009, de sa propre adaptation d’Oscar et la dame rose. Mélomane, Eric-Emmanuel Schmitt est aussi l’auteur de Ma vie avec Mozart et Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent. En 2015, il publie un récit autobiographique, La Nuit de feu. Il a été élu à l’académie Goncourt en janvier 2016.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s