Histoire, Suspense

La Quête

de Robert Lyndon
Broché – Poche – 21 août 2014
Éditions : Pocket

• Bandeau_Intro.jpg

Fin du XIe siècle, à la veille de la Première Croisade.
Ce jour-là, Vallon, chevalier et mercenaire franc, croise le chemin d’Hero aux portes de l’Italie. Cet étudiant est porteur d’une demande de rançon pour un seigneur, dont le fils et prisonnier des musulmans. Le prix de sa libération : quatre faucons blancs, d’une espèce rare, qu’il faut aller chercher en Norvège.
Vallon et Hero embarquent alors pour un long périple, du Groenland à Constantinople, en passant par la Russie, à travers des continents dévastés par la guerre. Une quête de rédemption pour le chevalier, doublée d’une quête secrète pour Hero, qui recherche bien plus que de simples faucons…

“Un coup de maître… Une quête impressionnante.”
Le Monde des Livres

“Si vous ne devez lire qu’un roman d’aventures dans l’année, c’est celui-ci.”
Le Courrier de l’Ouest

 

• Couv_082_Lyndon Robert - La Quête

 

“La Quête” est un roman passionnant.
On y traverse de nombreux pays, et on fait la connaissance de nombreux personnages attachants.

Cette aventure initiatique, dans une époque médiévale cosmopolite, est construite comme un vrai roman d’aventures. Malgré ses plus de mille cent pages, cette quête se lit sans aucun temps morts. J’ai été emporté par le récit, par son rythme et les multiples tribulations des héros qui frôlent le désastre régulièrement, mais toujours pour mieux rebondir tout le long de leur périple incroyable.

Nous sommes en 1072. L’Émir d’Anatolie a fait emprisonner un Anglais qui détient un document très secret. Pour sa libération, l’Émir demande des gerfauts blancs en guise de rançon. Commence alors une épopée maritime qui va nous faire voyager de l’Angleterre à l’Islande, du Groenland au Cap Nord, en traversant toute l’ancienne Russie, de la Baltique à la Mer Noire.

Fauconnier lui-même, l’auteur utilise son savoir et nous donne envie d’en connaître plus.
Un premier roman remarquablement construit et très érudit, dont il se dégage beaucoup de poésie, c’est très visuel et très bien construit. Je tenais à signaler aussi le travail exceptionnel de la traductrice Élodie Leplat qui utilise un vocabulaire très riche, très souvent inusité, mais fort adapté à ce type de roman historique !

Robert Lyndon est un homme qui aime son métier, qui aime la nature, qui aime la vie… et ça se ressent !
Les faucons blancs… j’ai vraiment eu l’impression de les voir voler…

÷÷÷÷÷÷÷
Extraits :

« Ce matin-là, une patrouille de la cavalerie normande avait capturé un jeune Anglais qui fourrageait dans les bois au-dessus du fleuve Tyne. Après interrogatoire, il fut considéré comme insurgé et pendu au sommet d’une haute colline en guise d’avertissement pour les habitants de la vallée. Transis de froid, les soldats attendirent que les spasmes de leur victime, cessent, puis s’éloignèrent sur leurs montures. On les apercevait encore quand les charognards qui décrivaient des cercles dans le ciel fondirent sur le cadavre, où ils s’amassèrent telle une nuée de chauves-souris infernales. »

« La solitude le submergea. Pour la première fois depuis des années, il se languissait de la compagnie des hommes. Il songea aux fugitifs. S’ils avaient suivi ses directives, ils devaient camper à quelques lieues en amont de la rivière. Se servant de son arc comme d’une béquille, il se mit debout et baissa la tête.

Très chers parents, très cher grand-père, mon cher frère, mes chères sœurs, pardonnez-moi. Je dois partir. J’ignore où me conduiront mes pas, mais je doute qu’ils me ramènent ici. Jamais je ne vous oublierai. Où que j’aille, je chérirai votre souvenir. »

« “Es-tu en train de dire que la Terre est ronde ?

– Évidemment. C’est pour ça que l’horizon décrit une courbe quand on voit la mer de haut.
– Je n’ai vu la mer qu’une fois, quand on a rallié l’Angleterre depuis la Normandie. J’ai été malade pendant toute la traversée”.
Richard fronça les sourcils.
“- Si la Terre est ronde, alors on vit sur le dessus. Sinon on tomberait.
– Les guêpes marchent bien autour des pommes sans tomber.
– Elles ont plus de pâtes que nous. Elles sont capables de marcher à l’envers au plafond.
– Il doit exister une force qui nous maintient au sol, concéda Hero. La même, peut-être, que celle qui fait pointer l’aiguille de ma boussole vers le sud et vers le nord.” »

« J’y ai réfléchi. Les fleuves n’ont aucun mystère. Ils naissent dans les montagnes, où ils sortent d’un ruisseau comme un nouveau-né émerge du ventre de sa mère. Ils ont un début de vie tumultueux, jaillissent en tous sens avec une énergie intarissable mais sans aucun but. Petit à petit, ils gagnent en profondeur, se calment. Ils deviennent vastes, majestueux et fiers. Puis ils se font paresseux, l’hésitation les gagne et ils s’égarent parfois dans des bras morts. Enfin, ils perdent leurs forces et se coulent dans la mer. »

 

 

Robert Lyndon est fauconnier.
La Quête est son premier roman. Il a été traduit dans plus de vingt langues.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s