Non classé

“Musical Box” de Nick Gardel

Musical Box
de Nick Gardel (Auteur)
Broché – 26 juin 2018
aux Éditions, Independently published.

L’histoire familiale de Peter Raven est tragique et compliquée. Ce n’est pas une raison pour se permettre de massacrer ce qu’il en reste avec une batte de baseball ! C’est le moment rêvé pour notre Corbeau de redécouvrir son parrain, un guitariste de session dans un groupe qui monte, avant que celui-ci ne passe l’arme à gauche. Le voilà donc parti avec un compagnon de route improbable vers une clinique privée au fin fond de la forêt de Compiègne. La musique adoucit les mœurs, paraît-il. À voir… De Genesis à Marillion en passant par Ange, Yes, Pink Floyd et tant d’autres, ce road-trip sanglant et bourré de références, se fera en suivant les changements de rythmes et les mélodies alambiquées des meilleures formations d’un rock que l’on dit progressif.

2018-71_Nick Gardel - Musical Box.jpg

Bonjour à toutes et à tous…

Après Nevermore, j’ai enchaîné tout de suite avec le deuxième opus des histoires de Peter Raven.
C’est une digne suite… J’y ai retrouvé tout ce qui m’avait emporté et même plus !
L’esprit, l’humour et les joutes verbales sont toujours là.
J’avais comparé lors de ma dernière chronique le style de Nick à Michel Audiard. Cela se voulait être un compliment… Mais en terminant ces nouvelles aventures et en lisant entre les lignes, je dois avouer que je m’étais un peu trompé. En voulant systématiquement faire des comparatifs ou passe parfois à coté de certaines choses.
Nick à un vrai style, un style à lui, très imagé et très riche, qui fonctionne très bien, avec des touches de poésies qui interviennent régulièrement… Alors n’enlevons pas à César ce qui lui appartient !!!

Dans ce tome la musique a encore plus d’importance (Que de souvenirs de jeunesse, je me suis demandé même à quels moments Peter cédait sa place à Nick et/ou vice versa !). Nous évoluons avec un groupe de rock progressif « qui s’émiette“ petit à petit… Encore une fois Peter Raven relève le défit devant une police impuissante.

Pour cette enquête Peter délaissera Lucien, son ami libraire et mentor, qui fait quand même une apparition, au profit d’Esteban, un SDF espagnol qui a une culture richissime et qui parle el frances con muchas palabras españolas et avec qui il va vivre de drôles d’aventures, con su coche que se llama « Harold ».

Avec ce roman, peut-être plus personnel, on entre un peu plus dans l’univers de Peter, dans sa famille aussi.
Peter est de nouveau mêlé à une enquête policière qui fait de lui un coupable idéal… Mais le corbeau est de retour…..
J’adore!

Prochaine lecture « Mal placé » Devinez de qui ?

Extrait :
“Au final, tout le groupe avait quartier libre ce soir. Blackout sur l’info mais la consigne simple de paraître anxieux si on venait à croiser des fans ou des journalistes. A l’heure d’Internet et des réseaux sociaux, il ne fallait négliger aucune publicité. C’était le paradis des spéculations et des demi-vérités, fussent-elles orchestrées… Avec la douleur qui lui vrillait les reins, Robert tiendrait le rôle à la perfection et n’aurait aucun mal à donner le change.
C’est au niveau des reins, justement, que vint le premier choc. Il crut d’abord à une nouvelle poussée de douleur produite par son nerf coincé. Mais celle-ci était bien trop forte, trop réelle et si puissante qu’il dut mettre un genou à terre, le souffle coupé par la fulgurante du mal. Il n’eut que quelques secondes de répit avant que le coup suivant ne lui fracture la mâchoire. Étonnamment, c’est le bruit, plus que la souffrance, qui l’alerta. Quelque chose n’allait pas, sans qu’il parvienne à réaliser ce qui lui arrivait. La question à peine esquissée resta sans réponse. La batte de baseball s’abattit une troisième fois en atteignant la tempe. Il perdit aussitôt connaissance, renonçant à comprendre. Il loupa ainsi les volées suivantes, moins précises, mais tout aussi efficaces quant à la destruction méthodique de son squelette.”

Enseignant dans les parties les plus complexes des méandres de l’éducation nationale, rattrapé par une quarantaine qui ne va pas en s’arrangeant, il a bien fallu que Nicolas JUAN trouve une échappatoire.

Il a finalement mis la main sur Nick Gardel pour se cacher derrière et pouvoir écrire des bêtises.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s