Émotion, Historique, Polar historique

Révolution, 2 : Le sang du roi

Arnaud Delalande
Broché – 10 mai 2017
Éditeur : Grasset

1789. Un Royaume au bord de l’implosion.
Une conspiration contre la République naissante.
Un espion laissé pour mort qui mène l’enquête…
FAITES LA REVOLUTION !
Les États généraux, la Bastille, la Déclaration des Droits de l’Homme, Varennes, la chute de la monarchie, Valmy, la mort de Louis XVI, le procès de Marie-Antoinette, la Terreur…

Revivez l’Histoire comme si vous y étiez, et les heures qui ont changé le monde.
La fin d’une époque… et la naissance d’une autre.

 

2020_056_Delalande Arnaud - Révolution 2 - Le sang du roi.jpg

 

Et voilà, la boucle est bouclée…
Après avoir aidé les puissants du monde, Viravolta “l’Orchidée Noire” doit maintenant s’occuper de sa famille. Mais comment y réussira-t-il alors que lui-même à été fait prisonnier par le pouvoir en place ?

Voilà les nouvelles aventures (peut-être les dernières ?) que nous fait vivre de nouveau Arnaud Delalande.

Ce roman historique et policier a encore une fois agit sur moi à la perfection. Un vrai divertissement de qualité…
Arnaud est un excellent conteur, il n’hésite jamais à nous mener par le bout du nez dans les méandres de la naissance de la démocratie française… Le procès, puis la mort du roi, ainsi que la mort de Marie-Antoinette sont un des plus grands moments de ce roman historique fort bien documenté.
Je vous mets au défit de trouver la moindre erreur chronologique !
On imagine très difficilement le travail de recherche réalisé. C’est un véritable régal pour les passionnés d’histoire qui aiment vibrer en même temps que leurs héros.

Pas de temps morts, le récit s’effeuille à toute vitesse…
L’Histoire, les rebondissements, les trahisons, le fantôme et la belle histoire d’amour que Virevolta voue à Anna Santamaria, sa femme, vont ainsi se croiser et se recroiser jusqu’au bout du récit.

Je tourne la dernière page…
Le dernier mot que je lis, emporte avec lui, le nœud à la gorge qui s’était mis en place, en voyant se réduire les pages qui me restaient à lire. Les derniers chapitres sont magnifiques, tout en sensibilité, que d’émotions…
Ainsi s’achève pour moi, cette superbe fresque commencée le 23 avril 2006, avec “Le piège de Dante”.
Oh, combien d’aventures ai-je vécu avec Viravolta ?
Poursuites, évasions spectaculaires, des combats et surtout “Le” duel à l’épée final, je ne saurais le dire.

Mais une chose est sûre, je serai toujours à l’affût du “prochain” Arnaud Delalande, qui fait définitivement partie de nos grands écrivains !!!

Gros, gros coup de cœur pour cette fresque magnifique que je conseille à tous…

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Les médecins, assistés par l’officiant de circonstance, se pressaient autour du cadavre allongé sur le billot. Il y eut un sifflement, puis le chuchotement de la lame, qui tomba d’un coup sec.
Et hop ! La tête du cadavre roula dans le panier.
C’était propre et net.
– Et bien ? Ça marche ? S’enquit le Dr Guillotin, enthousiaste.
L’officiant se tourna vers lui et opina du chef.
– Oh, ben oui, Monsieur Guillotin.
Il eut un sourire, cracha par terre, et leur fit un clin d’œil :
– … On peut dire que ça fonctionne. »
…/…
« Il ne cessait de veiller sur elle, s’assoupissant par intermittence, au point de confondre la nuit et le jour. Il se réveillait parfois en sursaut il se précipitait pour l’écouter, la recouvrir de ce drap qui tombaient.
En cet instant, il lui semblait bien que c’était le couchant ; un rai de lumière orangée filtrait encore à travers les rideaux cramoisis et éclairait la pièce. Luttant contre l’engourdissement, Pietro lui prit la main et la contempla encore. À la seule idée de la perdre, il se sentait anéanti. Il ne pourrait faire face à ce nouveau gouffre. Il savait que plus rien n’aurait alors d’importance. Il s’abîmait en prières et en pensées ténébreuses. Puis, résigné, il finissait par dépasser la panique, pour s’échouer là, vers… vers cette lumière orangée. Vers cette solitude émouvante et pénétrée qui est le lot de la condition humaine. Vers l’espérance de Dieu, peut-être, le Dieu des espions et des aventuriers. Vers cet endroit, situé au-delà du tout, où il espérait la revoir. Il avait tout tenté et, maintenant, il ne savait plus que faire. Comment lutter pour sauver sa blanche orchidée… »

 

 

Après des études à Pontoise, une hypokhâgne et une khâgne aux lycées Chaptal et Victor Duruy (Paris), puis une licence d’histoire, Arnaud Delalande est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris en 1994. Repéré par l’éditrice Françoise Verny, il publie son premier roman en 1998 à 26 ans, Notre-Dame sous la Terre (éditions Grasset).

Le roman va se vendre à environ 10 000 exemplaires et être traduit en différentes langues.

En mars 2011, il publie Le Jardin des larmes, récit contemporain relatant la destinée entrecroisée de deux humanitaires en quête de sens et confrontés au chaos : l’un se voit plongée dans les premiers jours du génocide rwandais, tandis que l’autre fait face aux conséquences du tsunami de 2004 sur les côtes du Sri Lanka. Le Piège de Lovecraft, en 2014, thriller inspiré de l’œuvre de H. P. Lovecraft où l’on suit la lente plongée d’un étudiant au cœur de la folie, reçoit le Prix Masterton du roman fantastique francophone 2015.

Mais c’est surtout la saga Viravolta, l’Orchidée Noire, publiée entre-temps, qui lui permet de se consacrer pleinement à l’écriture. Avec Le Piège de Dante (Grasset, 2006), commence en effet une série historique qui rencontre un réél succès, notamment à l’étranger. Dans le premier opus, Pietro Viravolta, dit l’Orchidée Noire, agent secret dans la Venise du XVIIIe siècle, enquête sur un tueur en série dont les meurtres s’inspirent des différents Cercles de L’Enfer de Dante. Dans Les Fables de sang en 2009, l’Orchidée Noire traque à Versailles un assassin qui signe ses meurtres de Fables de La Fontaine. Avec Notre espion en Amérique (2013), Viravolta part en compagnie de La Fayette conduire la guerre d’Indépendance américaine aux côtés de George Washington, avant de traverser la Révolution française dans les deux tomes Révolution 1 : Le Cœur du Roi et Révolution 2 : Le Sang du Roi, en 2017.

Parallèlement à son travail de romancier, de scénariste et scénariste de bandes dessinées, Arnaud Delalande participe au milieu des années 1990 au développement d’une école de cinéma pour les professionnels du film, le CEFPF, où il est professeur en scénario (ateliers d’écriture, cours en dramaturgie), directeur adjoint, puis consultant. Il continue son activité d’enseignement en scénario, dramaturgie ou « storytelling » en 2017 à l’école « Les Mots », fondée par Philosophie Magazine, rue Dante à Paris.

Membre de la SADN (Société des auteurs de Normandie), fondée par André Castelot et Michel de Decker, et juré pour le prix Spiritualités d’aujourd’hui remis chaque année par le Centre Méditerranéen de Littérature, il est depuis 2009 parrain et membre du conseil d’administration de l’ONG Bibliothèques Sans Frontières (BSF), dont la mission est le soutien au développement durable par la diffusion du livre, l’émergence de projets et de structures culturelles locales dans les pays en développement (Haïti, Cameroun, Niger, Rwanda, Rdémocratique du Congo).

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s