Thriller historique

Jeremiah

de Hervé Gagnon
Poche – 6 juin 2019
Éditeur : 10 X 18

Bandeau_Intro.jpg

Avril 1865. La guerre de Sécession tire à sa fin, et les membres d’une société secrète confédérée sont réunis au St. Lawrence Hall Hotel, à Montréal. Leur but : planifier une reprise des hostilités et encaisser des traites bancaires d’une valeur de 2,5 millions de livres sterling. Parmi eux, John Wilkes Booth, futur assassin du président Abraham Lincoln, a en sa possession un objet encore plus précieux.

Février 1892. Des Montréalais noirs sont sauvagement assassinés, à la manière caractéristique du Ku Klux Klan. Le journaliste Joseph Laflamme se lance sur l’affaire en compagnie de l’inspecteur Marcel Arcand. Ils croiseront la route d’un personnage légendaire, que l’on croyait mort, qui ne reculera devant rien pour retrouver ce que Booth a caché à Montréal.

Après La Légende de Jack, Hervé Gagnon mêle à nouveau petite et grande Histoire pour nous offrir une plongée passionnante dans le Montréal de la fin du XIXe siècle.

 

2021_073_Gagnon Hervé - Jeremiah

 

Après, “La légende de Jack”, “Jeremiah”, seconde enquête de Joseph Laflamme est tout aussi plaisante à lire et m’a fait passer un moment agréable et instructif.

Décidément, Hervé Gagnon a le sens du récit !
Dans son deuxième roman policier, l’auteur québécois nous prouve qu’il possède du talent à tous les niveaux… Ce coup-ci, il s’attaque au Ku Klux Klan, qui décide de sévir en plein Montréal, sous la neige.

On retrouvera avec plaisir, le journaliste Joseph Laflamme, sa sœur et leurs deux “complices” policiers de Scotland Yard, plus étoffés, plus intéressants peut-être que dans le premier tome… Ils évoluent aussi avec le récit. Cette fois, ils seront sur la piste de John Wilkes Booth et de Jeremiah, personnages célèbres de l’histoire.

Le Ku Klux Klan fait une incursion à Montréal pour récupérer un trésor qui “dort” depuis plusieurs années bien caché et pour cela il est prêt à tout.
Bien documenté, avec son ambiance de l’époque et très violent, donnant de la modernité au récit, Hervé colle parfaitement à une certaine réalité historique dans cette enquête ésotérique et franc-maçonnique à multiples rebondissements. Pas de temps morts, tout va très vite… La mort rode et se rapproche très vite de nos enquêteurs. Nos “amis” n’ont pas le choix, ils devront prendre des risques s’ils veulent arriver au bout de leur quête avant leurs ennemis masqués.

Roman très bien ficelé, plein de mystères, avec des personnages que j’apprécie de plus en plus.
Je valide !

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Chaque fois qu’il venait à Montréal, l’homme descendait au St. Lawrence Hall, au 13, rue Saint-Jacques. Outre le fait que l’établissement avait été le centre des activités confédérées au Canada avant même que la guerre civile soit déclarée quatre ans plutôt, il appréciait à sa juste valeur le luxe légèrement décadent que proposer l’hôtel à sa distinguée clientèle. Car l’homme était coquet et douillet. Il aimait aussi la vie nocturne de Montréal, cette ville britannique dans son architecture et française dans son âme, aussi moderne qu’ancienne, qui n’était comparable à aucune autre. Pourtant, il en avait visité plus que sa part. Il affectionnait particulièrement les nombreux théâtres, qui présentaient des concerts, des opéras, des opérettes, des vaudevilles, des comédies et des classiques auxquelles il assistait à la moindre occasion. Il trouvait à la fois la détente et l’inspiration. Quand la guerre serait terminée, peut-être s’établirait-il un moment à Montréal avec Lola. S’il survivait, évidemment. »

« Le Ku Klux Klan est une domination, déclara-t-il. Une de ces horreurs produites par la haine de l’homme envers l’homme, auxquelles on refuse de croire jusqu’au moment où on y est confronté, et dont on sait pourtant qu’elles se produiront à nouveau. »

« Au milieu du chœur, au fond de l’église éclairée par une multitude de chandelles, une forme humaine inerte donnait l’impression de flotter dans les airs. La corde à laquelle elle était suspendue ne semblait accrochée à rien. Il lui fallu un moment pour s’expliquer le prodige. Un filin de métal tendu entre les deux colonnes traversait le chœur pour soutenir une lampe perpétuelle dans laquelle brûlait un lampion. On avait dû lancer la corde par-dessus ce filin pour ensuite hisser le supplicié à la force des bras. En se déplaçant sur la gauche, il en repéra l’extrémité attachée à la chaire, situé devant la colonne de droite. »

 

 

Historien et muséologue, auteur prolifique et maître du polar historique, Hervé Gagnon a connu un grand succès au Québec et en France avec ses séries Damné, Vengeance et Malefica.

Hervé Gagnon est né en 1963 à Chicoutimi au Canada.
Il détient un doctorat en histoire et une maîtrise en muséologie ce qui lui a permis d’enseigner ces matières dans diverses universités.
Depuis 1989, il travaille dans le domaine de la gestion et de la mise en valeur du patrimoine.
Depuis 2000, il a écrit seize romans pour la jeunesse, dont plusieurs ont été primés. Il est l’auteur de la très populaire saga Le Talisman de Nergal. Sa série Damné, adressée aux adultes, a comme toile de fond la croisade contre les Cathares au début du XIII e siècle. Sa nouvelle série, Malefica, dont les deux premiers tomes ( La Voie du livre et La Voie royale) ont paru en 2014 chez Hugo Roman, se penche sur les heures sombres de l’Inquisition et le sort des femmes guérisseuses. Le troisième volume, La Voie du sang, paraît en février 2015 chez le même éditeur.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s