Noir, Polar, Thriller, Thriller psychologique

Le brouillard d’une vie

Le brouillard d’une vie
de Cécile Pellault (Auteure)
Broché – 10 mars 2016
Éditeur : Editions Le Manuscrit

Quand la famille de Lilly décide de s’installer dans la banlieue de Boston, cette famille d’expatriés français pense avoir trouvé le foyer qu’ils n’ont jamais connu. Cette vie rêvée vole en éclat le soir du bal de promo de Lilly. Comment faire son deuil quand ce en quoi on a cru jusqu’alors n’était qu’illusion ? Comment se reconstruire quand la traque continue ? 10 ans après, Lilly se pose toujours ces questions et espère trouver dans la fuite un peu de paix…

 

2019_061_Cécile Pellault - Le brouillard d'une vie

 

Bonjour à toutes et à tous…

C’est le premier roman de Cécile que je lis.

Le Brouillard d’une vie, est un thriller doublé un roman noir, une histoire de manipulation, un road trip à travers les États-Unis. Mais c’est surtout une histoire de famille très prenante.
Le suspense m’a tenu en haleine du début à la fin.

Comment se reconstruire lorsqu’on a vécut un drame familial ?
Tout le roman tourne autour de cette phrase. Lilly se sent coupable du drame qui est arrivé à sa famille.
Elle se met à douter de tout, de son entourage, de sa famille, même d’elle-même…
Elle perd tous ses repères et quand tout s’effondre autour d’elle, elle préfère fuir loin des siens.

J’ai suivi Lilly dans sa douleur, ses doutes, dans sa fuite vers l’impossible.
Jusqu’à la “surprise” finale.
Bravo Cécile, je me suis bien fait avoir.
Avec un style très agréable à lire, la toile de l’énigme est tellement bien ficelée qu’à aucun moment je ne suis parvenu à deviner qui était qui !

Un bon polar psychologique.
Il ne me reste plus qu’à te suivre sur tes autres romans !

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :
« Malgré ses tentatives désespérées, elle ne réussit pas à reprendre son souffle. Elle essaya d’ouvrir les yeux mais un voile imperméable lui bloquait la vue, elle entrapercevait des ombres et un murmure, peut-être son nom. Une main tentait de l’atteindre, ses longs doigts ressemblaient à ceux de sa mère. Dans l’esprit de Lilly, surgit l’image des mains impeccablement manucurées de sa mère qui préparait le repas dominical et le soleil qui se reflétait sur les tomettes de la cuisine, c’était peut-être cela mourir se laisser aller aux dernières images du bonheur et arrêter de courir. Sam se tenait aux côtés de sa mère, il fronçait les sourcils, il lui parlait, se faisait même menaçant, sa mère hochait la tête à chacun de ses propos mais Lilly ne les entendait pas. Un couteau, du sang, du sang partout, Lilly hurla à se déchirer les poumons. Haletante, elle eut du mal à savoir où elle était. Les chiffres rouges du réveil indiquaient “4 h”. »

 

 

Avec ce drame familial au rythme haletant Cécile Pellault signe son troisième roman après « Serial Belle-Fille » (qui vient de ressortir aux Editions du Loir) et « On ne choisit pas sa famille ». Également auteur de nouvelles et de poésie, elle a vu un de ses textes primés par le Musée du Luxembourg édité dans l’ebook collectif sur le peintre Fragonard.

Non classé

“Les voleurs du temps” de Corinne Martel

Les voleurs du temps
de Corinne Martel (Auteur)
Broché – 12 février 2018
Éditeur : Independently published

UN THRILLER HORS NORME, JOUISSIF ET BRILLANT DANS SA CONSTRUCTION !!!
« Inclassable et tellement déroutante cette auteure. Alors que le lecteur se jette dans l’aventure aux côtés de Chloé et Valentin, qui doivent se marier samedi prochain, les rapports ambigus de la jeune femme et de sa sœur Manon déroutent à souhait. Pour organiser la cérémonie, le couple fait appel à un organisateur de mariage et sa coéquipière cougar, deux personnages atypiques eux-aussi, et il se passera ce qui doit se passer … ou pas. La narration véhicule une angoisse grandissante et interpelle chacun d’entre nous sur les limites que nous sommes prêts à franchir par amour et c’est en fait au cœur de la folie que nous plongeons… Poétique et fou, entre L’écume des Jours de Boris Vian et Régis de James Osmont, addictif et savamment dosé. Corinne Martel a superbement assuré et comblé les espoirs que l’on pouvait mettre en elle après son premier roman. A noter la ponctuation du récit par de superbes illustrations qui confortent le lecteur dans ses errements. » Danièle Ortega-Chevalier Collectif Polar

2018-65 - Corinne Martel - Les voleurs du temps

Bonjour à toutes et à tous…

Au le cinéma, il y a les blockbusters où l’on en prend plein les yeux, et il y a le cinéma d’auteur pour les passionnés, les amoureux, ceux qui ont besoin d’être touchés en plein cœur…
Les voleurs du temps s’adresse à eux !

Le thème, le style poétique, le violence l’histoire. Tout était là pour me déstabiliser par rapport à mes lectures habituelles… E. L. James, peut ranger “ses jouets” et aller se rhabiller… Elle a trouvé son maître ! Difficile de faire un retour tellement cette lecture m’a perturbée. Corinne Martel a un vrai univers, épuré, il déroutera certains lecteurs, malgré de longues et belles phrases descriptives, il va à l’essentiel. Ici on a de la haine pure, de la vengeance… Mais la plume de Corinne telle une drôle de petite fée survole les mots agilement de façon surprenante. Parfois piquante, souvent crue mais tellement poétique… Cette histoire d’amour glauque et incroyable m’a fait marcher en équilibre sur un fil qui délimite difficilement le meilleur et le pire que nous avons en chacun de nous… Eros et thanatos… Les personnages atypiques, la force des textes font, que ce roman peut rivaliser sans problèmes aucun avec les meilleurs du genre. En tenant ce livre pour le lire, mes mains tremblaient, mon cœur fragile palpitait, mon esprit se révoltait, mes yeux ont coulé… Et quand l’auteur s’adresse directement au lecteur c’est le trouble qui l’emporte. Il y a de la magie chez Corinne Martel, il faudra bien la surveiller. Merci Corinne pour les sensations que j’ai ressenties à la lecture de ce bijou “brut” ! Ce roman est auto-édité, mais une version en livre de poche est prévue dans les semaines à venir…

÷÷÷÷÷÷÷
Extrait :
“Qui suis-je ? Nous répondrons ensemble à cette question, mais pas tout de suite. Avant, vous allez me prendre, me toucher, me reposer, peut-être même me sentir, me caresser de longs moments, de longues heures pas loin de la ligne de flottaison de votre cœur. Les artères irrigueront votre âme par torrents de sentiments. Je ne serai jamais bien loin de vous, je vous le promets, mais il faut aussi me faire une promesse ! Ne me rangez pas, ne me fermez pas, ne me jugez pas sans être allé jusqu’au mot “fin”. …/… L’addition Quel est le prix à payer pour les rêves brisés ? Quelle est la peine pour les violeurs d’âme? A-t-on le droit de toucher des enfants, Pour assouvir le plaisir des grands ? Emmurée vivants dans le bitume de la honte Vous avez choisi nous avons agi ! L’addition et de trois morts, et de deux vies brisées. Je vous laisse payer. Moi, je vais nous venger !”

 

Corinne Martel est née le 8 octobre 1969 à Paris. Écrivain ou auteur ?
Ses mots sont des histoires, des émotions.
Le thriller psychologique son terrain d’expression.

Non classé

“Ne la réveillez pas” de Angelina Delcroix

Âmes sensibles, attention c’est du lourd.
Préparez-vous à entrer dans un “jeu”, vicieux et dangereux !

Ne la réveillez pas
de Angélina Delcroix (Auteur)
Broché – 14 juin 2018
Éditeur : Nouvelles plumes

Un thriller psychologique glaçant ! Entrez dans un jeu dont personne ne sort gagnant ! Maxime, jeune étudiant de 25 ans, se rend sur la tombe de sa mère. C’est lui qui, il y a un an, l’a retrouvée, égorgée. Un meurtre horrible, resté irrésolu, dont il ne réussit pas à se remettre. Cauchemars et flash-backs le hantent quotidiennement. Christelle, une amie venue le soutenir, remarque sur le côté de la plaque commémorative une étrange inscription : 00F14 – DEBUT DU JEU. Le même jour, un étudiant est retrouvé mort. Gravé sur sa cheville, un autre code : 02F01. Puis, c’est l’une des policières chargées de l’enquête qui reçoit glissé dans son courrier ce message :  » 02F01 : Le deux cherche les uns à travers l’origine. Affaibli. Disparu. Mort ? Le jeu a commencé, que le meilleur gagne, Joy !  » Qui se cache derrière ce jeu ? Quelles en sont les règles ? Et surtout, qui en réchappera ?

2019_007_angelina delcroix - ne la réveillez pas

Bonjour à toutes et à tous…

Wahou !!!

Quel récit…
J’ai été complètement baladé durant tout le roman.
Très belle écriture. Histoire complètement folle et les dernières pages sont à couper le souffle. Encore une nuit blanche au service de la lecture mais ce roman le méritait bien. Impossible de vous en dire plus sans spolier, mais la psychologie est omniprésente dans cette histoire de meurtres/vengeances aux ramifications plus que savamment dosées…

À chaque fois j’ai cette même surprise lorsque je lis des romans aussi prenant, glaçant même, au final éprouvant, écrit pas des femmes qui dans la vie sont toutes souriantes, lorsque je les croise dans des salons !!!
Devrions-nous nous méfier d’elles ???

En tous cas “Ne la réveillez pas” m’a bousculé, là où il faut !
Je risque de récidiver avec Angélina (… et en plus elle porte un prénom angélique !) assez rapidement…

Âmes sensibles, attention c’est du lourd.
Préparez-vous à entrer dans un “jeu”, vicieux et dangereux !

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :
« Il était fatigué, usé de ces crises qui duraient depuis deux longues années. Et quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, il ne parvenait plus à le rassurer. Ce soir-là, il avait fini par s’endormir en la serrant dans ses bras, silencieusement. Au milieu de la nuit, il ne l’avait pas sentie se défaire doucement de son étreinte, s’extraire du lit et descendre les escaliers. Le bruit, il l’aurait reconnu entre mille. Celui qui venait de l’arracher à son profond sommeil et qui l’empêcherait à tout jamais de dormir. une détonation, une seule… Il était tombé du lit dans sa précipitation et avait dévalé les escaliers en ne touchant qu’une marche sur trois, mais il savait, il connaissait ce silence aussi bien qu’il connaissait le bruit de son arme. Ce silence, c’était celui de la mort, satisfaite de son travail. Isabelle était là, sur le carrelage blanc, allongée sur le coté, les jambes pliées comme un pantin, le visage caressant le solde coté gauche. Ses longs cheveux noirs dispersés en bataille peinaient à camoufler l’horreur de la sortie de la balle. Le sang se répandait à une vitesse impressionnante autour de sa tête. Philippe s’était jeté sur elle, un genou de chaque coté de son corps, il avait soulevé ce qui restait de sa tête pour la serrer contra lui, et il avait hurlé de toutes ses forces, mais les sons étaient restés bloqués dans sa gorge. »

 

Née en 1978, à Luçon. Après une licence de génétique et des études en psychothérapie, Angélina Delcroix est actuellement psycho-praticienne en Vendée. Mariée et mère de deux enfants, elle consacre son temps libre à sa passion, l’écriture.