Histoire vraie, Suspense

Crossroads

La dernière chanson de Robert Johnson
de Hervé Gagnon
Broché – 10 novembre 2021
Éditeur : Hugo Roman

Bandeau_Intro.jpg

Lorsqu’ils reçoivent une lettre de Simone Jackson les invitant à venir la rencontrer pour prendre possession d’objets ayant appartenu au légendaire bluesman Robert Johnson, l’historien Donald Kane et l’anthropologue Virginia Craft n’ont rien de plus en tête qu’une publication universitaire qui contribuera à l’avancement des connaissances sur les origines du blues.

Mais le contenu de la boîte en fer-blanc que leur remet la vieille dame change tout. Parmi les objets attendus (un pick et une slide), se trouvent un doigt momifié, une amulette de protection et un carnet dans lequel Johnson a transcrit ses chansons, en plus de notes disparates en apparence anodines. Mais lorsque Kane découvre, caché dans la reliure, le texte de la mythique trentième chanson de Johnson, la légende de son pacte avec le diable prend un nouveau sens.

Tandis que Kane et Craft suivent la piste que leur indique le manuscrit, les événements se bousculent : les bluesmen qui peuplent les rues de Memphis se suicident les uns après les autres de manière identique et sordide; les mauvais sorts s’accumulent et Kane, le cartésien, doit finir par admettre qu’ils existent. De plus, la police le soupçonne d’être derrière les morts suspectes. Comme si cela ne suffisait pas, Ezekiel Thorne, un mystérieux personnage, cherche à acquérir le manuscrit pour un client. Au fil des péripéties, Kane doit accepter qu’une âme peut être sauvée.

Crossroads est un roman trempé de bourbon, qui se déroule dans la chaleur moite du Delta du Mississippi, où le surnaturel se trouve toujours à l’envers du décor.

 

2021_094_Gagnon Hervé - Crossroads - La dernière chanson de Robert Johnson

 

Un grand merci à Babelio et aux Éditions Hugo pour cet envoi, dans le cadre d’une masse critique spéciale.

Ce récit se déroule principalement à Memphis, ville considérée comme étant la capitale du rock’n roll, de la Soul, mais aussi du blues.
Personnellement je ne suis pas spécialement adepte de blues alors j’ai fait l’effort de m’imprégner de cette musique durant toute ma lecture pour être plus en phase avec l’histoire. C’est ainsi que j’ai enchaîné et découvert de nombreux bluesmen à la voix si particulière, en mettant en avant, bien sûr, les morceaux de Robert Johnson…

Donald Kane, historien et amateur de Blues, et Virginia Carft, anthropologue, se voient confier par une vieille dame, Simone Jackson, un coffret contenant des objets ayant appartenu à une légende du blues, Robert Johnson. Aux côtés d’un doigt momifié et d’une amulette, ils découvriront un manuscrit où le chanteur transcrivait ses chansons ainsi que quelques notes disparates, mais aussi, l’amorce d’un titre inconnu à ce jour. Ils se retrouveront alors, emportés dans une véritable course contre la montre avec des événements surnaturels et empreints de superstition locale. Ésotérisme, culture propre au Delta du Mississippi, pendant que dans le monde du blues, une série de suicide frappe Memphis.

J’ai été emporté comme à chaque fois que je lis un roman d’Hervé Gagnon, malgré ma surprise pour le choix de sa thématique.

Puis petit à petit, et à ma grande tristesse, je suis un peu “sorti” du récit. Écriture moins fouillée que d’habitude ?, peut-être aussi un peu prévisible…
Mais je suis allé quand même jusqu’au bout, et grand bien m’en a fait ! J’ai petit à petit retrouvé la verve qui me fait vibrer dans ses romans habituellement. En me renseignant par la suite, il s’avère qu’Hervé est un spécialiste du blues depuis son adolescence. Ce sont peut-être ces manques, qui ne m’ont pas permis d’entrer tout de suite dans l’histoire.

Si vous aimez le blues, ce roman est fait pour vous.
Si, comme pour moi c’est une découverte, essayez quand même…
Peut-être que les voix du “Hoodoo” seront aussi réceptives pour vous !
Cette histoire basée sur la réalité de la légende de Robert Johnson et de sa mort à l’âge de 30 ans, ont été au final une lecture agréable, et je ne peux renier les découvertes musicales que j’ai faites…

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Une étrange prémonition s’insinua dans la tête de Donald Kane tandis que la chair de poule lui couvrait les bras. Face à lui, Virginia Craft eut une expression de surprises.
– Mort ? Balbutia-t-il, pris au dépourvu.
En guise de réponse, Kitchen pivota sur sa chaise et étira le bras pour attraper un journal qui traînait sur la table derrière lui. Avec affectation, il l’ouvrit pour le plier à la bonne page, puis le déposa devant ses deux interlocuteurs afin qu’il puisse le lire.
– Dans les circonstances qui sont les vôtres, je comprends que vous n’ayez pas consulté les journaux du matin, roucoula-t-il. »

« Il ramassa l’argent sur le comptoir et se pencha pour le mettre dans la caisse qu’il gardait dessous. Au même moment, le monde s’assombrit autour de lui et sa poitrine ce serra douloureusement. Un violent élancement lui traversa le bras gauche et son souffle se fit laborieux. Au loin, un grognement monta. Il lui fallut quelques secondes pour comprendre qu’il était venu de sa propre gorge. Il ferma les yeux, prit appui à deux mains sur le comptoir et attendit en essayant de respirer lentement. »

« L’homme se planta solidement devant eux. Il dépassait Kane de quelques pouces et, sous une considérable couche de graisse uniformément répartie, il avait une carrure à l’avenant. Il portait un costume gris anthracite d’une parfaite élégance dont il gardait le veston stratégiquement ouvert sur une pense spectaculaire, qui le précédait d’un bon pied et demi. De près, il dégageait de violents effluves de Brut de Fabergé, dans lequel il semblait s’être immergé avant de se présenter. »

 

 

Né le 26 août 1963 à La Baie, au Québec, Hervé Gagnon détient un Ph.D. en histoire et une maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal. Habitant depuis 1995 dans la région des Cantons de l’Est, au Québec, il consacre ses temps libres à la musique, à la lecture, à l’ornithologie et à la cuisine. Amateur de blues depuis sont adolescence, il voue une grande admiration au mythique guitariste Robert Johnson.
Après avoir œuvré pendant plus de 25 ans dans la mise en valeur du patrimoine et l’enseignement universitaire, il se consacre entièrement à l’écriture dès 2010. Reconnu comme un des maîtres du thriller et du polar ésotérique, il a signé entre autres les séries Damné (vendue à plus de 200 000 exemplaires en français seulement), Malefica et La mort du Temple. Ses livres ont été récompensés à plusieurs reprises.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s