Émotion, Fantasy, Suspense

Le livre de Gwybod

de Morgane Muller
Broché – 4 juin 2021
Éditeur : AFNIL

Bandeau_Intro.jpg

Un parcours d’étudiante tranquille, une vie sociale limitée, Mahé, à 24 ans, n’est pas de celles que l’on remarque. Et cela lui convient parfaitement, préférant rêver le nez dans ses livres et passer ses journées seule à la bibliothèque.

Pourtant, un désir de vivre les aventures qu’elle dévore dans les romans bouillonne en elle.
Alors, lorsqu’elle surprend une discussion au sujet d’un livre ancien, mystérieux, relatant la fin du règne du Roi Arthur, la curiosité de Mahé prend le dessus.
Entraînée malgré elle dans une folle aventure – allant de la forêt de Brocéliande en Bretagne aux Cornouailles en Angleterre – avec deux professeurs de son université, poursuivie par des chasseurs de trésors, Mahé aura enfin l’occasion de découvrir quelle femme se cache vraiment en elle.

Parviendra-t-elle à dépasser ses peurs ?
Trouveront-ils cet objet mythique dont l’existence est enveloppée de magie ?

Pour Mahé, sa vie commence maintenant…

 

2021_060_Muller Morgane - Le livre de gwybod

 

Mahé, 24 ans, étudiante en littérature, ne trouve pas sa place. Elle a beau essayer, c’est plus fort qu’elle, elle ne se fait pas confiance, et elle a beaucoup de mal à participer lorsqu’elle est en groupe. Ainsi elle vit ses soirées par procuration grâce aux aventures qu’elle dévore dans ses livres, seule, chez elle ou à la bibliothèque. Un jour elle surprend une conversation au sujet d’un livre ancien qui parle du règne du Roi Arthur, sa curiosité est très vite piquée.
Contre sa volonté, elle sera ainsi entraînée dans une aventure incroyable et dangereuse – partant de la forêt de Brocéliande en plein cœur de la Bretagne, jusqu’aux Cornouailles en Angleterre. Avec deux professeurs d’université, elle va devoir se surpasser et rechercher la femme intrépide et courageuse qui se cache en elle.

Je vous conseille vivement ce premier roman de Morgane Muller “Le livre de Gwybod” !

Mais pourquoi donc, me direz vous ?
Pour tout un tas de bonnes et belles raisons…

La première ?
Dès les premières lignes l’auteure est parvenue à m’accrocher. J’ai eu soudain l’impression d’être dans mon lit, quand j’habitais encore chez mes parents et que je lisais en cachette sous les draps avec une lampe torche pour ne pas réveiller mon frère !!! J’adorais ça… Ne pas faire de bruit en tournant les pages, lire en apnée avec cette excitation de l’“interdit” !

La seconde ?
Qui n’a jamais rêvé de vivre des aventures incroyables. Dans ce roman, je les ai vécues comme si j’y étais…
Écriture soignée, fluide et pleine de rebondissements. Mahé part à la quête de la fameuse épée du roi Arthur, Excalibur, afin qu’elle ne soit récupérée par un horrible receleur d’objets rares, qui ne reculera devant rien…
Dans cette aventure qui se déroule à cent à l’heure, Mahé devra se battre, non seulement pour aider ses “compagnons”, mais aussi afin de conserver sa vie !

Une troisième ?
La magie…

D’autres raisons ?
Des décors superbes, Merlin, des objets mythiques, des passages souterrains millénaires oubliés depuis bien longtemps, des runes, les fameuses brumes d’Avalon, une ambiance et un monde où tout peut arriver…

Voilà ce que vous découvrirez à travers ce récit de Fantasy, mais ma que… Il y a de l’émotion, du romanesque, de la psychologie. Les personnages sont attachants, l’atmosphère des lieux est palpable, quel plaisir.
Mais je n’irai pas plus loin pour ne pas gâcher votre lecture.
Cette histoire vous touchera forcément, que vous soyez adultes où adolescents…
Une belle manière et originale aussi, de découvrir, ou redécouvrir peut-être une partie de la vie du roi Arthur et de ceux qui à un moment ou un autre lui ont prêté main forte !

Une très belle surprise pour moi !
Merci Morgane pour cette belle histoire enchantée, j’espère que tu continueras à me surprendre ainsi par tes écrits !

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Mahé aimait la petite boutique d’objets du monde devant laquelle elle venait de s’arrêter, l’appréciant pour le dépaysement mais aussi pour les entêtantes odeurs de patchouli, santal et vanille qui s’en dégageaient.
La jeune femme y entra comme c’était souvent le cas le soir avant de prendre son bus, fit le tour du magasin, sourit à la vendeuse qui ne semblait jamais la reconnaître et lui répondait chaque fois laconiquement. Du bout des doigts elle caressa les carnets de voyage en cuir. Mahé adorait feuilleter ces objets vierges de tout et engageant à tous les possibles. Elle regarda celui en cuir marron, à l’aspect tanné ; il sentait bon. Les pages jaunies lui conféraient une certaine authenticité. On eut dit le carnet d’un aventurier, peut-être le carnet de notes d’un conquistador à la découverte d’un nouveau monde ou encore le calepin d’un prévenu de la Grande Guerre. L’imagination n’a pas de limites pour peu qu’on en ai suffisamment. »
…/…
« Mahé était pétrifiée, sentant le canon froid de l’arme contre sa peau. Elle ne voulait pas mourir. Pas maintenant. Pas comme ça. Si Merlin, Arthur ou Morgane existaient, où étaient-ils donc ? Allaient-t-ils permettre que ce lieu soit souillé du sang d’innocents ? La jeune femme observait Catherine qui ne bougeait pas, ne parlait pas, en proie à des sentiments contraires. Qu’attendait-elle pour lui donner cette foutue épée ? Entre la vie et ce maudit objet, le choix selon elle était vite fait. Le temps était suspendu à cet instant surréaliste. Mahé avait l’impression d’être dans l’une de ces scènes de cinéma dans lesquelles les figurants sont à l’arrêt, tels des statues, et où le personnage principal se déplace en les regardant un par un sans comprendre ce qui leur arrive, spectateur de ce phénomène étrange. »

 

 

Issue d’un mélange entre l’Espagne, l’Allemagne et la France, Morgane Muller a toujours eu soif de découvertes et de voyages, quand bien même ils se faisaient par l’imagination.
Grande rêveuse, les livres furent une merveilleuse source d’évasion lorsqu’elle était plus jeune. Puis l’écriture s’est imposée peu à peu d’elle-même.
Passionnée par les mythes et les légendes, fascinée par les émotions et les rapports humains, Morgane Muller, après avoir écrit des nouvelles et un spectacle théâtral, s’est lancée dans l’écriture de son premier roman.
Amoureuse de la Bretagne, sa région de cœur, elle y a puisé son inspiration. La magie, les artefacts, les mystères ont bercé sa jeunesse et c’est tout naturellement qu’elle a entraîné l’héroïne de son premier roman dans cette Bretagne mystérieuse, secrète et envoûtante, au cœur de la légende du Roi Arthur.
Ses héroïnes sont des femmes fortes qui, malgré leurs doutes et leurs failles, relèvent les défis qui se présentent à elles. Les liens qui unissent les personnages leur permettent d’évoluer et de se dépasser. Le parcours initiatique est un thème cher à l’auteure.
La vie est faite d’aventures qu’il ne faut pas s’empêcher de vivre.

Émotion

Je revenais des autres

de Mélissa Da Costa
Broché – 5 mai 2021
Éditeur : Albin Michel

Bandeau_Intro.jpg

Philippe a quarante ans, est directeur commercial, marié et père de deux enfants. Ambre a vingt ans, n’est rien et n’a personne. Sauf lui.
Quand submergée par le vide de sa vie, elle essaie de mourir, Philippe l’envoie loin, dans un village de montagne, pour qu’elle se reconstruise, qu’elle apprenne à vivre sans lui. Pour sauver sa famille aussi.
Je revenais des autres est l’histoire d’un nouveau départ. Le feuilleton d’un hôtel où vit une bande de saisonniers tous un peu abîmés par la vie. Le récit de leurs amitiés, doutes, colères, rancoeurs, amours aussi.
Le roman des autres, ceux qu’on laisse entrer dans sa vie, ceux qui nous détruisent mais surtout ceux qui nous guérissent.

“On abandonne [les personnages] avec regret. Un panorama […] qui ravira les amoureux du cinéma de Cédric Klapish.” Lire-Le Magazine Littéraire

“Je revenais des autres est un très beau roman qui rappelle avec lucidité et intelligence que c’est toujours dans le regard et l’écoute des autres que l’être humain puise sa force et sa grandeur” L’Avenir

“Un livre touchant. Une ode à la résilience. À lire absolument” Le Progrès

 

2021_056- da Costa Mélissa - Je revenais des autres

 

Tout d’abord je tenais à remercier Caroline Vallat pour ce roman… Dès sa réception, je me suis douté que le livre que je tenais entre mes mains n’était pas banal et allait me marquer !

« Je revenais des autres » fait parti de ces romans que je n’ai pas pu lâcher, une fois commencé. De plus, je dois avouer que c’est le cœur triste, qu’à la dernière page tournée, j’ai quitté Ambre et tout ses amis… Quelques pages de plus n’auraient pas été pour me déplaire.

Ambre a vingt ans, elle la vie devant elle. Trop maquillée, trop alcoolisée, et triste de ne pas être aimée comme elle le souhaiterais, elle a tout quitté, ses études, sa famille, ses amis. Elle est la maîtresse de Philippe, un homme marié, qui l’entretient dans un petit studio qu’il a pris pour partager leurs ébats sexuels plus facilement. Elle ne se sent pas aimé suffisamment.
Un jour, il arrive ce qui devait arriver, elle n’en peut plus de cette situation et s’ouvre les veines…
Sauvée de justesse par Philippe, il décide de l’envoyer à Arvieux, un petit village des Hautes-Alpes, travailler dans un hôtel, afin qu’elle se reconstruise dans un autre milieu, afin qu’elle apprenne à revivre, parmi un groupe de saisonniers, en tant que serveuse. Ambre fera la connaissance de ceux qui partageront sa nouvelle vie et habiteront avec elle au 3e étage de cet hôtel. Tim, Andréa, Rosalie, Sophie… et bien d’autres…

« Je revenais des autres”, c’est l’histoire de ce nouveau départ, de cette reconstruction, d’une résurrection peut-être ? C’est un récit d’amitiés, d’amour aussi, de doutes, de colères et de pardons.
C’est fort, c’est puissant ! Doux et dur à la fois.
Ce n’est pas un “feel good” dans le vrai sens du terme, mais finalement n’est-ce pas ça la vie, un enchainement de hauts et de bas ?

Je découvre Mélissa Da Costa avec ce roman. Elle m’a touché, m’a captivé et m’a fait pleurer aussi. Mais en dépit de certains passages « tristes », c’est un véritable un hymne à la vie !
Je suis persuadé que ce roman pourra toucher une multitude de gens, tant les sujets abordés sont différents. Abandon familial, abandon sentimental, le silence, le besoin d’aimer, celui d’être aimé, l’amitié, le partage, le don de soit… Tout est là, caché entre les lignes. Il ne tient qu’a vous de suivre Ambre dans ce bel hôtel où l’humanité y est puissante et omniprésente… Ambre avait juste besoin qu’on lui tende la main.

Que d’émotions, nouveau coup de cœur pour moi !
J’ai bien l’intention de lire très vite les deux premiers romans de Mélissa…

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Quand j’étais petite, je m’amusais un petit jeu. Je m’imaginais que j’avais le pouvoir d’arrêter le temps sur le moment de mon choix, pour pouvoir en profiter. Je me demandais sans cesse : « Est-ce maintenant ? Est-ce que j’aimerais appuyer sur pause ? » Et puis, je me disais qu’il y aurait d’autres moments plus heureux. Ce n’était jamais totalement parfait. Je n’avais droit qu’à une seule pause, pour toute ma vie, alors il fallait bien la choisir. J’ai arrêté ce petit jeu quand je suis entrée au lycée, je crois, plus ou moins.
Et puis l’autre jour, on rentrait d’un après-midi ski : Gabriel, Rosalie, Sophie dans le porte-bébé, Anton, Tim et moi. On est passés à l’appartement de Gabriel puisqu’on avait deux heures devant nous avant de reprendre le service. On avait tous pris des coups de soleil et on était affamés. Je donnais le biberon à Sophie, sur le canapé. Rosalie et Tim préparaient une salade de fruits dans la cuisine. Rosalie riait aux éclats, je l’entendais depuis le salon. Gabriel avait mis de la musique : il avait acheté un nouvel album qu’il voulait nous faire écouter. Anton était accroupi devant la chaînes hi-fi et ils discutaient d’un groupe de rock je crois. Et ça m’est revenu d’un coup, comme ça, sans prévenir, le petit jeu de la pause. Je me suis dit : “Ça, c’est un moment parfait”. »
…/…
« Longtemps j’ai cru qu’être heureux, c’était trouver une stabilité, vivre un bonheur sans tâche, jamais troublé, jamais questionné. Ne pas faire de vagues. Finalement, j’ai compris que être heureux, ça peut être au contraire choisir de faire table rase du passé, perdre des gens pour prendre le risque de rencontrer d’autres. Être heureux, c’est quelque chose qu’on obtient quand on a eu le courage de tout envoyer balader et qu’on a pris le risque de tout recommencer à zéro. Être heureux, ce n’est pas la sérénité, le calme et le bonheur sans vague. C’est au contraire être capable de tout faire voler en éclats, de tout remettre en question, toute sa vie si on le souhaite. »

 

 

Mélissa Da Costa, 30 ans, romancière française, a conquis son public avec son premier roman “Recherche compagnon(ne) de voyage pour ultime escapade” (2017), sorti en librairie sous le titre “Tout le bleu du ciel” (2019). Salué par la presse, il a reçu le prix du jeune romancier au salon du Touquet Paris Plage. Elle s’est imposée très vite comme une auteure incontournable. Ses deux autres romans, “Les Lendemains” et “Je revenais des autres” sont des best-sellers.

Après des études d’économie et de gestion à l’Institut d’administration des entreprises de Lyon (IAE) (2008-2011), elle est chargée de communication dans le domaine de l’énergie et du climat.

Elle suit également des formations en aromathérapie, naturopathie et sophrologie.

Polar historique

La louve de Mausecret

de Thierry Berlanda
Relié – 14 janvier 2021
Éditeur : Christine Bonneton

Bandeau_Intro

Bourges, 1633. Deux commerçants prospères se suicident coup sur coup. Intrigué par les circonstances étranges de leur mort, le lieutenant de police Archambault mène l’enquête. En butte à la suspicion des habitants, pressé par le maire et contesté par plusieurs membres du Conseil, parviendra-t-il à prendre de court l’adversaire dont le visage se dessine peu à peu ? Ce dernier a-t-il d’ailleurs forme humaine ou est-il plutôt l’une des créatures de la meneuse de loups, dont l’empire s’étend sur les marais, à l’écart de la Ville ? Vieillissant, en proie à d’incessantes angoisses, Archambault trouvera-t-il en lui-même la force d’accomplir sa mission, ou devra-t-il se résoudre à invoquer des puissances qui à la fois le fascinent et le terrorisent ? D’ailleurs, sait-on jamais si ces puissances sont en dehors de nous ou bien en nous ? Thierry Berlanda trame une aventure palpitante dans les plis atroces des guerres de religion et de la trop commodément nommée « chasse aux sorcières », qui fut avant tout une chasse aux femmes !

 

2021_011_Berlanda Thierry - La louve de mausecret.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous,

Pour les amoureux de la langue française et férus d’histoire, vous allez vous régaler !

À Bourges en 1633, alors q’une épidémie de peste a ravagé le Berry, deux marchands sont retrouvés pendus, c’est le lieutenant Archambault qui reçoit l’ordre de calmer la population. Déconcerté par la coïncidence des deux événements, il part sur une route sinueuse à la recherche d’indices et d’un éventuel coupable… Jamais une enquête n’aura été aussi pleine de mystère et de secrets.

Ce roman policier est rempli d’une multitude de détails, de recherches de langage, de patois et de recherches vivantes qui m’ont simplement transporté au cœur d’une période de l’histoire dont nous avons tous entendu parler. J’ai aimé me promener dans les rues de Bourges, en observant les coutumes de cette époque.

Au-delà de l’intrigue policière, l’auteur a le don de créer une atmosphère réaliste et nous renvoie dans ce passé sombre comme si nous y étions nous-mêmes, sur fond d’obsession religieuse et de chasse aux sorcière. J’ai été transporté par le personnage de Jeanne bien sûr, entourés de “ses” loups.

Le récit est addictif, non seulement en raison de l’intrigue, mais aussi pour l’attachement que j’ai eu envers les personnages. Leurs défauts leurs bontés, et leurs véhémences sont décrits en détail.

Un grand merci Thierry je me suis régalé !

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :

« Passant par la rue Mirebeau pour atteindre l’hôtel des Échevins, Archambault fut attiré par des éclats de voix provenant de la Gerbaude, une auberge que fréquentaient surtout les administrateurs du bailliage et les hommes du guet. Le sergent fut surpris que le magistrat y voulût faire un détour.
 – Nous dînerons après votre entretien avec le bailly, messire. Il vous attend, sans songer à boire ni manger avant de vous avoir vu.
 Sourd à la supplique, Archambault s’arrêta devant l’enseigne de la gargote, un porcelet couronné de maniguette. La pluie alors redoubla. En tous sens ses dards criblaient les toits et rebondissaient sur le sol comme des éteufs. L’échevin et son second pensèrent se mettre à l’abri sous l’auvent, mais ils n’en furent guère moins trempés, et ne mesurèrent l’avantage de leur piètre refuge qu’après que la radée eût cessé. »

 

 

Thierry Berlanda est l’auteur de vingt romans. Après Naija (2017) et Jurong Island (2018), Cerro Rico (juin 2019) clôt sa trilogie de techno-thrillers (Éditions du Rocher). Ses autres romans récents sont L’Affaire Creutzwald (2018), un roman noir, et L’Orme aux Loups (2017), un suspense médiéval, parus aux Éditions De Borée. L’Insigne du Boiteux, un thriller pur jus, est ressorti en poche chez le même éditeur en 2019. En septembre 2020, DÉVIATION NORD, dans la collection Marge Noire des Éditions De Borée.

Émotion, Fantastique, Humour, Philosophique, Suspense

13 à table !

Collectif
Poche – novembre 2018/2019/2020/2021
Éditeur : Pocket

Bandeau_13 à table

Un livre acheté = 4 repas distribués

2020_13 à table.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous,

Chaque année j’achète ce “petit” recueil en faveur des Restos du Cœur.
Cela faisait quatre ans que je les cherchais partout dans ma dans ma PAL. Il m’a fallu faire un rangement de “Ouf” pour les retrouver. Dorénavant ma PAL n’est plus classée par ordre d’arrivé, mais par ordre alphabétique !
Je ne vous raconte pas le boulot…

Pour ceux qui ne connaisse pas encore, ce sont des petits livres très touchant, drôle, triste, émouvant, poignant parfois…
J’ai toujours aimé les histoires courtes. Grace à ce recueil, je retrouve des auteurs que je connais déjà et d’autres que je vais découvrir. Mais c’est aussi pour moi le plaisir d’offrir sans modération…

Comme chaque année, les histoires sont écrites autour d’un thème.
Pour la cuvée 2021, 13 à table ! vous fait revivre votre premier amour pour le meilleur et parfois pour le pire…

Depuis 2014, les six premiers tomes de « 13 à table !” ont permis la distribution de plus de 4,5 millions de repas supplémentaires par Les Restos du Cœur…
Aujourd’hui et plus que jamais, ils ont besoin de notre soutien.
Un immense merci à tous les auteurs participants…

N’attendez plus pour faire une bonne action !

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« [Chez nous] c’est un petit appartement avec une seule chambre, celle de mes parents. Moi, je dors dans le salon, sur un lit pliant. Je n’ai pas de bureau, encore moins d’ordinateur. Mes copains, à l’école, se foutent de moi parce que je n’ai ni portable, ni Internet. Mes parents sont pauvres et parfois, je les déteste pour ça. Simplement pour ça… C’est stupide et injuste, je sais. Parce qu’on ne choisit pas d’être pauvre et que mes parents auraient sans doute préféré se vautrer dans le luxe et se la couler douce. Alors, quand ces mauvaises pensées m’envahissent la tête, j’embrasse ma mère un peu plus fort, comme pour me faire pardonner cette faute qu’elle ignore. »

« Dans le vacarme des basses qui rebondissait sur la façade, Alex lança un cri que personne n’entendit. Un de ces cris qu’il n’avait pas poussés depuis l’enfance. Vraiment, ça faisait du bien de hurler comme un sauvage, d’avoir tombé veste et chemise pour danser tel un damné au bord d’une piscine qui sentait plus le champagne que l’eau chlorée. Et, quarante ans ou pas, question danse et alcool, Alex pouvait en remontrer à tous ces jeunots, frais sortis de leur Ecole de Commerce, qui se trémoussaient autour de lui. »

Émotion, Fantastique, Romance

Un Noël saupoudré d’espoir

de Nathalie Brunal
Poche – septembre 2020
Éditeur : Nouvelles Plumes

Bandeau_04

Et si la magie de Noël vous était contée ? Et s’il suffisait d’y croire ? Dolly, âgée de seize ans, a perdu son combat contre la maladie. Le cœur lourd, elle a abandonné les êtres qui lui étaient chers les laissant dans un abîme de chagrin. Pourtant, l’espoir renaît lorsque là-haut, on lui propose une mission auprès des siens. D’abord méfiante, puis intriguée, elle paraphe le contrat avec le besoin urgent de revoir ses parents.Embarquée dans une histoire étonnante avec un compagnon de voyage détonnant, elle revient sous les traits de Gabrielle, un ange fraîchement promu à qui il arrivera le meilleur et surtout le pire. Retrouvez votre âme d’enfant et accompagnez-la dans cette aventure où se mêlent humour, amour et espoir. Un conte de Noël qui vous permettra, entre rires et larmes, de croire que tout est possible.

 

2020_088_Brunal Nathalie - Un Noël saupoudré d'espoir.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous,

Quel plaisir de retrouver, dans un autre registre, Nathalie Brunal.
Après son superbe roman “Le défi d’Apolline”, elle vient se “frotter” à une littérature fantastique avec beaucoup de bienveillance, dans un conte adressé à tous les publics.

Dolly, jeune fille de 16 ans, prématurément décédée, est devenue un ange. Touchante et maladroite, elle doit accomplir sa première mission, revenir sur Terre afin d’aider sa mère à surmonter le chagrin de sa propre mort. Pour cela elle sera épaulée de Peter, son “surveillant”, un personnage drôle et extraverti.

J’attendais la période de Noël pour lire ce roman et j’ai bien fait…
Couette et fauteuil, assis face à la cheminée, petits gâteaux à la cannelle et un peu de chocolat noir. Ce joli roman plein de douceur m’a fait beaucoup de bien en cette période assez triste. Attention ! Cette histoire n’a rien de larmoyante au contraire. J’ai passé un excellent moment de lecture. Nathalie a mêlé de façon très équilibrée, tristesse et humour. J’ai même à deux trois reprises éclaté de rire, malgré certains sujets douloureux…

L’amour, l’humour et l’amitié sont très présents dans ce récit.
Un beau message d’espoir pour toutes les personnes qui ont perdu un être cher.

La fin du récit est féerique et c’est ce que j’attendais d’un roman de Noël.
Magie, espoir et émotions…
C’est sûrement mon meilleur conte de Noël depuis ces dernières années !

Pourquoi ?
Parce que en terminant mon livre,
j’ai eu envie de connaitre les héros,
J’ai eu envie de partager encore un peu leurs vies,
j’ai eu envie tout simplement que cette histoire soit vraie…

Un grand merci à toi Nathalie.

Dédicace.jpg

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Des souvenirs de préparatifs des Noëls d’antan me reviennent en mémoire. Ils ont tous cette saveur chocolatée qui accompagnait les longues journées d’hivers. Maman nous avait appris à confectionner des cookies aux épices et nous les grignotions devant des dessins animés. Notre préféré était bien évidemment “le pôle express”. Il rendait la soirée du réveillon un peu moins interminable et le cœur gorgé d’espoir nous allions nous coucher sans rechigner. Il fallait que le Père Noël sache que nous étions sages et obéissantes afin d’emplir le devant de la cheminée des cadeaux qui figuraient sur notre liste. »

« J’approche mon verre afin de déguster ce punch fait maison. C’est la seule boisson alcoolisée que nos parents nous autorisaient à boire. À l’époque, elle contenait plus de jus de fruit que d’alcool. Amy a eu la main lourde et je serai incapable de retrouver le chemin de la maison.
Une quinte de toux brise le silence quand le mélange enflamme mon œsophage. Amy éclate de rire et m’annonce le programme de la soirée.
– Pop-corn, plaid et notre film culte, ça te vas ?
– Comment peux-tu savoir que nous avons les mêmes goûts ?
– Qui résisterait à Dirty Dancing ? »

 

 

Nathalie Brunal a 43 ans quand elle se lance le défi fou d’écrire son premier roman. « Dévoreuse » de livres depuis sa plus tendre enfance, elle est passée de l’autre côté du miroir pour à son tour, faire voyager les lecteurs. Lisant de tout depuis qu’elle sait lire avec une préférence pour les romans qui font découvrir de nouveaux horizons, elle a découvert le « feel-good » tout à fait par hasard. Il l’a inspirée pour l’écriture de son premier roman publié en juin 2017. « Une tragique fête des fraises » est drôle, frais et rempli d’humour. Son héroïne Anna est une Bridget Jones à la française. Avec son compagnon Roger, ils vont vivre des aventures rocambolesques. Ce sont des personnages attachants qui pourraient être tout à chacun et qu’il est possible de retrouver dans le tome 2 « Le défilé des glaces » ainsi que dans le tome 3 « Un bouquet sans mariée » et le tome 4 « L’Hydromel Hindou » Les 4 tomes ont été réunis dans la « La saga Anna & Roger ».
Deux nouvelles héroïnes vous attendent dans  » Vacances en terre inconnue « , sourire garanti en leur compagnie.
N’hésitez pas à vous procurer  » Les tribulations d’Hortense « . Douceur, humour et amour s’y mêlent pour un agréable moment de lecture en compagnie d’Hortense et de sa tata  » brut de décoffrage « .
 » Quand Cupidon s’en est mêlé… «  , une romance feelgood où se mêlent amour, surprises et un soupçon d’humour vous entraînera dans les rues de la Butte Montmartre.
 » Un Noël saupoudré d’espoir «  paru en octobre 2019 vous invitera à croire que tout est possible. Il suffira juste de laisser la magie de noël opérer. Rejoignez Dolly et Peter, son superviseur dans une aventure détonante et drôle saupoudrée d’amour, d’humour et d’espoir.
Le tome 5 des aventures d’Anna et Roger  » D’une Pierre… Deux coups ! «  vous permettra de retrouver ces deux personnages qui préparent l’arrivée de leur progéniture. Humour, amour et intrigue seront au rendez-vous dès le 14 mars 2020.

Retrouvez toute l’actualité de Nathalie Brunal sur
http://www.facebook.com/nathalie.brunal
Instagram: @nathaliebrunal
Twitter @NathalieBrunal

Polar, Polar historique

La main de gloire

Jean-Luc Bizien
Poche – 2 juillet 2009
Éditeur : 10×18 – Grands détectives

Tandis que l’Exposition universelle bat son plein au pied de la Tour Eiffel flambant neuve, un assassin sème la terreur dans Paris, défiant les services de la Sûreté. Après la découverte en pleine rue de la main momifiée d’une jeune femme, puis celle du corps mutilé d’un malfrat, les macchabées s’amoncellent. Alerté par la police, l’aliéniste Simon Bloomberg reprend du service, aidé de son intrépide gouvernante, Sarah Englewood. La Cour des miracles est transformée en quartier général : il faut agir au plus vite pour démasquer un ennemi aussi redoutable qu’insaisissable. Mais qui est donc ce criminel surgi de nulle part ? Un tueur professionnel, un dément qui frappe au hasard… Ou bien un monstre, que rien ni personne ne peut arrêter ?

 

2020_062_Bizien Jean-Luc - La main de gloire.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous…

 

“La Main de Gloire” fait suite à “La chambre mortuaire”, que je vous conseille de lire avant, pour bien cerner les personnages et leur histoire.

C’est avec beaucoup de joie que je retrouve les personnages que j’avais découverts et appréciés dans le tome précédent.
Simon Bloomberg, aliéniste, y apparaît plus à l’écoute, Ulysse, le colosse un peu simplet toujours aussi gentil et Sarah Englewood sa nouvelle gouvernante. Ensemble ils aident régulièrement un duo de policiers, atypique et assez drôle, à élucider des crimes…

Dans ce volet, il sera question de cadavres momifiés, de mains tranchées retrouvées en plein Paris, de petits cambrioleurs portés disparus, mais surtout de magie noire.

Hormis l’ambiance particulière de la cour des miracles et de la maison pyramide du Dr Bloomberg, les faits se déroulent au cœur de l’expo universelle de Paris et ses attractions typiques. On y croisera ainsi Buffalo Bill, le magicien Chung Ling Soo et des indigènes exposés comme de vulgaires bêtes sauvages.

J’ai été une fois encore complètement happé par l’univers et les personnages de Jean-Luc Bizien. Avec cette série, il fait preuve d’une très grande rigueur, pour faire évoluer ses personnages au cœur d’une intrigue, dans le Paris de la fin du XIXe siècle, plus vrai que nature. Mon attention a été régulièrement attirée vers une multitude de petits détails, sans pour autant me laisser distraire, me permettant de m’évader complètement dans cette époque.

Je ne saurai dire si, ce second tome est mieux au pas que le premier. C’est encore une fois, une enquête pleine de rebondissements qui, quand on pense qu’elle est résolue, ne l’est toujours pas…
Belle surprise, je ne m’attendais pas du tout à cette fin !
J’aime beaucoup cette série policière dont les protagonistes sont originaux et charismatiques.

Jean-Luc, confirme pour moi qu’il n’est pas n’importe quel auteur. Non seulement il se sent à l’aise dans tous les styles, mais surtout il arrive à s’imprégner des différentes époques et des différents personnages qu’il crée dans ses romans et à nous transmettre ensuite son imprégnation, comme si vous y étiez !

Soyons fou…
J’enchaine avec le troisième volet de la saga !

Premier volet de la saga :
https://leressentidejeanpaul.com/2020/08/17/la-chambre-mortuaire/

PS.
Je vous conseille aussi, “Les veilleurs” du même auteur.

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :

« Vous autres, Anglais, avez le mot juste pour chaque chose. C’est probablement ce qui fait de vous un peuple de chercheurs et de techniciens. Vous privilégiez la concision, allez droit au but. En France, nous avons au contraire privilégié l’art du discours. Nous sommes férus de rhétorique, nous adorons argumenter. Rien ne nous passionne plus qu’une discussion : nous aimons imposer notre point de vue, notre vision des choses, nous sommes prêts à nous battre pour des idées. Vous imaginez dès lors la difficulté à cerner la psychologie d’un homme qui peut exprimer ses sentiments de plusieurs de manières, selon l’humeur ? Sans doute est-ce la raison pour laquelle les autres nations nous pensent arrogants. Nous vénérons les mots, les poèmes, les écrits. »

 

 

Né en 1963 à Phnom-Penh (Cambodge), Jean-Luc Bizien a vécu une grande partie de son enfance à l’étranger. Il a exercé pendant une quinzaine d’années la double profession d’auteur et d’enseignant avant de se consacrer totalement à l’écriture. Jean-Luc Bizien s’épanouit d’abord dans les jeux de rôles et les littératures de l’imaginaire : il a obtenu en 1994 le prix Casus Belli du meilleur jeu de rôles pour Chimères et a publié de nombreux livres pour la jeunesse. En 2002, il a obtenu le prix du roman d’aventures pour “La Mort en prime time” et le prix Fantastic’Arts pour “WonderlandZ”. Passant avec bonheur d’un genre à l’autre, il est l’auteur aux éditions Gründ de Vivez l’Aventure, une série de livres-jeux illustrés qui rencontre un grand succès et de la “Trilogie des ténèbres”, des thrillers contemporains aux éditions du Toucan.
Les œuvres dont il est le plus fier sont cependant ses deux fils, Elric et Adriel, respectivement parus en 1990 et 2005.

Émotion, Humour

L’Amour, c’est…

Par 200 auteurs – textes illustrés par Jack Koch
Broché – 31 octobre 2018
Éditeur : Le Livre de Poche

Illustrateur très actif sur les réseaux sociaux, Jack Koch a invité 200 auteurs, connus et moins connus, français et étrangers, issus de tous les genres littéraires, à offrir leur définition de l’amour, qu’il a ensuite illustrée.
Le résultat : 400 pages empreintes de poésie et d’humour.

 

2020_048_Koch Jack - L'amour, c'est… .jpg

 

Bonjour à toutes et à tous…

Qu’est-ce que l’Amour, l’Amour avec un grand A ?

C’est la question “toute simple” que Jack Koch a posé à 200 auteurs…
Classés par ordre alphabétique, ils vous offrent leurs propres définitions !

Der de couv.jpg

“L’amour c’est…”

– L’essentiel. Mais qu’est-ce que c’est compliqué !
– Comme un filtre Snapchat : embellissant !
– Se sentir comblé par un secret qu’on est deux à partager.
– Lever les yeux au même moment pour se chercher…
…/…

C’est un livre sublime.
Un livre magique, empreint de poésie, de rêves et d’humour aussi…
Un livre que j’ai savouré, que j’ai lu tranquillement, n’importe quand, n’importe où.

Chaque mot, chaque phrase, chaque dessin est un cadeau de bonté.
C’est ainsi, qu’étalée sur plusieurs mois, ma lecture m’a donnée l’occasion de lire et relire plusieurs fois tous ces très beaux textes. Je ressentais quelque chose d’intime parfois.
À aucun moment je ne me suis lassé d’admirer les illustrations de Jack.
Quelques gris, des filets noir en soutien, rehaussé de blanc pour le relief… et comme par magie tous les dessins prennent vie…
Un vrai régal pour mes yeux et pour mon cœur, que du bonheur !

Un grand merci à toi Jack !
À très bientôt…

÷÷÷÷÷÷÷

En achetant ce livre, non seulement vous vous ferez plaisir, mais vous pourrez aider des enfants malades. Une partie de son prix (2€) est systhématiquement reversée à l’association « Le rire médecin » qui grâce à vous pourra faire intervenir des comédiens, des clowns et autres professionnels dans les hôpitaux et permettre aux enfants, à travers le rire, de se sentir moins seuls, de mieux lutter contre la douleur et de se battre contre la maladie.

Dédicace

Moi.jpg

Marque page.jpg

 

Extrait :

« L’amour, c’est s’aimer entre la terre et le ciel,
c’est partager les étoiles d’été
et dormir l’un contre l’autre
dans notre univers »
Jack Koch

 

 

L’histoire de « L’amour, c’est », racontée par Jack Koch * :

Début novembre 2017, j’ai publié sur mes réseaux des dessins que j’ai appelés « L’amour c’est… ».
À gauche mon texte en caractères machine à écrire sur fond gris et à droite le dessin sur papier kraft. Chaque texte commençant par cette même phrase, parce que j’aime les séries déclinées.

J’ai réalisé 7 dessins avec mes mots.
Sans penser à plus j’ai demandé à un puis deux puis trois auteurs de m’écrire leur version de « L’Amour c’est… ». J’ai pris un plaisir immense à illustrer leurs mots qui emportaient mon crayon vers des zones où je ne serais pas allé tout seul.

J’ai contacté des gens que j’aime, amis, auteurs ou autres pour qu’ils me proposent leur vision de l’amour. Et porté par leur enthousiasme et leurs encouragements (merci Sophie, merci Laurent) j’ai continué, sans savoir du tout ce que ça pourrait donner. Arrivé à une trentaine de contributions l’histoire semblait terminée. Et je ne savais de toute manière pas quoi en faire. Ça n’était pas une BD, pas un album, pas un roman graphique. Pour moi c’était invendable.
C’est Sophie Loubière qui a trouvé la clé pour continuer, en me proposant un ami qui adorerait participer: Thomas Cook.
Pour moi c’était inconcevable que ce type, si « connu » et si loin en plus, me donne ses mots, à moi, comme ça, sans aucun projet éditorial, sans me connaître et sans rien en contrepartie.

J’ai accepté. Mais je trouvais ça dingue. Et j’ai fait, pour remercier, les portraits de tous (je ne pensais pas devoir en faire 200 !). Alors j’ai donc demandé à ma petite trentaine de contributeurs de proposer l’idée à quelqu’un qu’ils aiment.
Pas forcément des auteurs. Que le lien soit l’amour. Et là j’ai commencé à flipper (un peu) parce que le truc m’échappait complètement. Les noms et les contributions sont arrivés en rafale. Et quels noms… J’ai passé du temps sur Wikipédia pour découvrir les livres ou les métiers de toutes ces personnes !
Je pensais qu’après 50 versions de « L’Amour c’est… » on en aurait fait le tour, mais j’ai vite compris que ce sujet était inépuisable et d’une variété immense.

L’amour sous toutes ses formes. Le beau, le lumineux, mais aussi, la tristesse, la perte, la douleur, l’amour filial, l’amour d’enfance, l’amour au grand âge et l’amour entre deux femmes, deux hommes.
Samantha a suggéré l’idée d’en faire un éphéméride. Mais il fallait 365 contributions et c’est un objet qui ne se vend à priori qu’en fin d’année. Mais je me suis lancé dans cet objectif !

50, puis 75, puis 100 contributions sont arrivées à une vitesse insensée. Parce que chacun me proposait d’autres noms et surtout, surtout l’enthousiaste Caroline, libraire au top, qui m’a généreusement et plus que gentiment ouvert son carnet d’adresse immense. Grace à elle la fusée a décollé.

Vers l’infini et au-delà. Merci à toi Caroline.
Oui ça commençait à ressembler à quelque chose, mais à quoi ?

J’ai été débordé par l’enthousiasme de tous et on me répétait que ça allait forcément aboutir.
Littérature, polar, feel good, thriller tout est représenté. Auteur, illustrateur, scénariste, coloriste, traducteur, journaliste, blogueur, éditeur, libraires, bibliothécaires, attachés de presse, profs, acteurs, musiciens, parolier, réalisateur et bien d’autres autour du monde du livre ou pas. Et puis les frontières ont été franchies : Anglais, Irlandais, Italien, Belge, Québécois, Néo-Zélandais, Sud-Africain, Etats-unien, Russe et même Alsacien…

Puis 125… Mais quoi en faire ? Et comment arrêter cette chaîne qui pour certains était à la 5ème génération.

Comme un arbre généalogique.
C’est là que certains mauvais élèves, Virginie et Baptiste en tête ont publié leur dessin avec leur phrase sur Facebook. Sur le coup j’en ai été saisi parce que… parce que si ça se trouve on ne pourra jamais rien en faire si c’est déjà diffusé sur les réseaux !

C’est pourtant grâce à cette mise en lumière que j’ai reçu les mails que chaque illustrateur rêve de recevoir : « Avez-vous un éditeur pour ce projet ? » Le monde à l’envers quoi !

Un projet ? Quel projet ?
Et c’est bien ça le plus étrange dans cette aventure, ça n’a jamais été un projet. Les choses se sont faites, presque toutes seules. Le voyage vers Paris en TGV a été particulier, je me demandais un peu ce que j’allais faire là.

J’ai vu 4 éditeurs, et j’ai été ravi de leur gentillesse, leur accueil et leur franchise.
Il ne s’est pas écoulé 2 mois entre la première contribution dessinée et l’accord avec le Livre de Poche…

« L’amour c’est… » venait de trouver une maison. Et quelle belle maison.
Ce que j’ai gagné avec cette aventure est immense. En rencontres, en sourires, en encouragement, en fierté.

L’Amour c’est avoir illustré tous ces mots.

Le livre sort le 31 octobre 2018, moins d’un an avant le début et je me réveille chaque matin en me disant « c’est dingue… ».

Le livre de Poche – format 24 × 16 – 14€90 dont 2€ qui seront reversés à l’association Le Rire Médecin.

Et en plus on est presque à la parité homme femme !

Merci à tous les 200. Et à tous ceux qui achèteront ce livre.

Je vous embrasse.

Jack

………………………
* Texte récupéré sur le Blog littéraire, EmOtionS.
Yvan Fault, le 31 octobre 2018.
https://gruznamur.com/2018/10/31/lamour-cest-200-auteurs-textes-illustres-par-jack-koch/