Adolescence, Émotion, Cercle littéraire, Drame

Dahlia

de Delphine Bertholon
Broché – 17 mars 2021
Éditions : Flammarion

Bandeau_Intro_2022-06-02

Début des années 1990, dans le sud de la France. Lettie, quatorze ans, vit avec sa mère dans un mobile home et brûle secrètement d’être quelqu’un d’autre. Quand survient Dahlia, une fille un peu étrange, une ardente amitié se noue entre ces adolescentes que tout semble opposer. Dahlia a deux jeunes frères, des parents généreux, et Lettie voit dans le père de son amie l’homme idéal, celui qui lui a toujours manqué. Chacune envie l’autre ; qui sa tranquillité, qui sa famille joyeuse. Mais le jour où Dahlia lui confie un secret inavouable, Lettie ne parvient pas à le garder. La famille de son amie vole en éclats. Au milieu du chaos, le doute : et si Dahlia avait menti ?

Delphine Bertholon explore le lien ambigu entre adolescence et vérité, et les frontières floues qui nous séparent du passé.

 

Couv_053_Bertholon Delphine - Dalhia.jpg

 

Un roman touchant et captivant avec beaucoup de finesse envers toute une adolescente qui cherche sa place.
L’adolescence est pour moi la période la plus compliquée de notre vie, tout est possible.
Le pire comme le meilleur…

Delphine Bertholon nous propose avec “Dahlia”, une histoire qui m’a fait me poser pas mal de question !
Delphine bouscule et égratigne la notion de “la famille” qui est malmenée pendant tout ce roman.

Nous sommes dans les années 90. Entre Dahlia et Lettie, qui ont 14 ans, naît une amitié toute en fragilité. De conditions très différentes, elles apprennent petit à petit à se connaître.
Dahlia vit chez ses parents avec ses deux petits frères qui sont jumeaux, avec qui elle partage sa chambre. Sa maman ne travaille pas, son père est chauffeur routier.
Lettie vit avec sa mère dans un mobile-home, elle travaille dans les services sociaux. Elle n’a pas de papa. Elle ne l’a jamais vu, elle ne sait rien de lui. Sujet tabou pour la maman…

Dahlia étouffe dans un univers clos alors que Lettie représente une certaine liberté et a les faveurs des élèves de la classe.

Un jour Dahlia raconte un secret très important à Lettie, “son secret”, en lui faisait jurer de ne jamais le raconter à qui que ce soit… Mais ce secret va peser sur la conscience de Lettie qui ne tiendra pas. Elle finira par en parler à sa mère, qui se fera un devoir elle-même de le raconter à qui de droit, déclenchant ainsi un processus judiciaire ! Dès lors, une machine infernale démarre au grand désespoir de Dahlia…
Cette amitié naissante entre les deux jeunes filles, dès lors va s’écrouler et la famille de Dahlia va littéralement voler en éclats…

Delphine Bertholon interroge sur toutes les difficultés vécues par une adolescente qui arrive dans un nouvel environnement, nouvelle classe, constituée d’amitiés fragiles, de mensonges et de jalousies. Elle doit trouver sa place, mais tous les cercles d’amitiés sont déjà définis.
Dahlia, a du mal à s’intégrer et lorsque Nettie la remarque enfin, il faut absolument qu’elle arrive à la captiver, elle doit se faire remarquer…

Le sujet est bien mené, intéressant, mais pas suffisamment “fort” pour moi.
Je ne voudrai rien dévoiler à ceux qui ne l’ont pas encore lu, mais je pense que les réactions des divers personnages ne sont pas à la mesure de tous les préjudices vécus.

Par contre la fin du roman, les retrouvailles entre Dahlia et Nettie adultes, m’ont parus très intéressantes d’un point de vue psychologique.
Mon Ressenti reste un avis personnel, et cela ne m’empêchera pas de lire un autre roman de Delphine lorsque l’occasion se représentera.
C’est une belle histoire, avec beaucoup de sensibilité et la construction de l’écriture est plutôt agréable.
J’ai passé un bon moment, mais… Il m’a manqué un petit quelque chose !

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« La première fois que je m’aperçus de l’existence de Dahlia, c’était au début de mon année de troisième, au retour des vacances de la Toussaint. Je venais d’avoir quatorze ans le 2 novembre. Je suis née le jour des Morts et c’était l’une des choses que ma mère aimait répéter, par jeu ; devenu adulte, je le répète à mon tour. J’ai fini par aimer, je crois, cette façon d’oxymore, comme si cela me donnait une touche d’originalité. Dahlia était dans ma classe depuis la rentrée, mais je ne l’avais pas remarquée jusqu’alors. Elle était encore ce que je fus longtemps : une invisible. »

« Le soir tombe derrière les vitres étincelantes. Le ciel est gris et rosissant par-delà les toits en zinc, les antennes râteaux, l’ocre minérale des tubes de cheminée. À la radio, les millionnaires promettent des fortunes pour reconstruire Notre-Dame, tandis que le périmètre est pollué au plomb, ce que le grand public apprendra plus tard – trop tard, comme souvent. »

« Je n’ai jamais compris pourquoi Annie, qui avait enfanté à dix-huit ans, était pudique et ce point. Les essayages de maillots, c’était comme les scènes coquines dans les films. La sexualité, je crois, lui faisait peur. Elle m’a transmis une partie de cette peur, de manière nébuleuse. Toute ma vie de jeune fille, puis de femme, j’ai alterné par des phases entre deux extrêmes : la putain et la nonne. Deux catégories qui, sauf miracle, enfantent rarement et ne se marient jamais. Mina est un miracle engendré par une putain de nonne, mais, par chance, son père est coureur de jupons, dragueur invétéré gentleman à ses heures, ce qui devrait offrir à cette enfant un certain équilibre, précaire peut-être, mais qu’importe. »

« Lettie,
Il fallait que la colère descende. Elle est toujours là, mais j’avais besoin de te raconter ce qui m’arrive. Après ce dimanche, j’ai essayé de te téléphoner toute la semaine, mais tu n’étais jamais là, ou tu faisais semblant, ce qui est probable (et parfaitement dégueulasse). Si j’avais pu te parler, tout serait différent…
Tu avais promis. Je croyais que tu étais mon amie, que ta parole valait quelque chose. Mais rien ne vaut, jamais, je m’en rends compte. IL n’y a que dans les romans que les amitiés sont vraies.
Tu me dégoûtes, Lettie
Comment as-tu pu répéter ÇA ? »

 

 

Delphine Bertholon naît à Lyon et écrit depuis l’âge de six ans, âge auquel elle remporte un modeste concours de poésie. Après des études de lettres, elle se destine au professorat, mais y renonce pour se consacrer à l’écriture. Dans la vingtaine, elle commence à publier ses premiers romans, la plupart publiés aux éditions Jean-Claude Lattès, tel que “Twist, journal d’une jeune fille kidnappée”. Elle écrit également des scénarios pour la télévision, comme “Yes We Can”, afin de vivre plus confortablement de sa plume.

En juillet 2018, elle signe une tribune dans ActuaLitté où elle revient sur son parcours afin de témoigner de la précarité de sa vie d’écrivaine. Elle est attirée par les romans de Stephen King. Elle se joint ainsi au mouvement de contestation sociale #PayeTonAuteur et #AuteursEnColere et aux revendications de la Ligue des auteurs professionnels.
Elle est notamment l’auteure du très remarqué “Grâce” et, plus récemment, de “Coeur-Naufrage”.

Cercle littéraire

Amour, extérieur nuit

de Mina Namous
Broché – 6 janvier 2022
Édition : Dalva

Bandeau_Intro_03.jpg

Tout commence dans un immeuble de bureaux du centre d’Alger, avec le son d’une voix assurée, le corps élégant d’un homme, sa prestance certaine. Peu importe le sujet de cette réunion, l’essentiel est ailleurs : Sarah découvre Karim. Cet homme un peu plus âgé qu’elle. Cet homme qui vit en France. Cet homme, déjà marié. Et pourtant, au-delà de ce qui rend leur amour impossible, elle deviendra pour Karim la femme d’Alger. Dans les rues de la ville, la nuit, ou dans les chambres de leurs rendez-vous secrets, s’écrit alors l’histoire interdite de deux amants.

 

Couv_028_Namous Mina - Amour, extérieur nuit

 

“Amour, extérieur nuit”, un titre qui m’a très vite interpellé et donné envie de lire ce roman.

Durant tout le récit, je me suis retrouvé dans la tête de Sarah, qui recherche SA liberté à travers la plume de Mina Namous.
Elle rencontre Karim, un collègue avocat, sur son lieu de travail. Très vite, elle est attirée par ce bel homme au regard profond, un peu arrogant, un peu plus âgé, et par l’assurance qu’il dégage. Mais, Karim est marié. Entre sa femme qui vit à Paris et son amante, il papillonne et n’est pas toujours franc. Commencera alors, un jeu de séduction qui se transformera pour la jeune femme en un lien à la fois fragile et aveugle… Ils se retrouvent à Alger, mais aussi à Paris ou à Londres, lui faisant entrevoir un avenir. Il n’y a plus que lui qui compte, elle vivra alors cet adultère par des attentes et des joies éphémères.

L’écriture que nous propose Mina est belle et fluide, et très poétique, mais pour moi, passée la surprise du début, je n’ai malheureusement pas été assez ému par l’ensemble. L’histoire est assez simple et on sait dès le début comment cela finira, mais j’aurai préféré, plus d’émotions, plus de rebondissements peut-être.
Attention ! La lecture n’a rien de désagréable, mais, personnellement, je suis resté un peu sur ma faim, et c’est dommage…

l’histoire raconte la vie d’une jeune algéroise de 28 ans, qui vit avec sa mère et sa grand-mère, ses tantes aussi et qui fait partie de ces femmes qui cherchent à s’émanciper dans un pays où malheureusement, elles n’ont que rarement le droit à la parole, ce roman donc, fait d’Alger une ville pleine de contrastes entre les traditions très marquées et la modernité qui prend sa place. Alger, avec ses odeurs, la mer, le ciel, ses couleurs, ses nuits étoilées, sa chaleur étouffante, et parfois, les dangers de la ville. La ville se dresse entre Sarah et Karim mettant parfois leur amour en arrière-plan.

Finalement, ne serait-ce pas Alger le personnage principal de ce roman ?
Une histoire de racines, de liens de sang ?

Je vous laisse seul juge d’apprécier la subtilité de cette histoire d’amour(s)

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« C’est une histoire algéroise, une histoire d’amour. Qui vient, qui monte, qui entre dans la peau, qui prend dans le sang, dans les pleurs. Une histoire de parfum qu’on se colle au poignet, et qu’on ressasse à longueur de journée. Une histoire de fenêtre sur rue, les voisins qui ne savent rien, mais qui se doutent de tout, de portière dans la nuit, de regrets, de remords, de tout. Une histoire d’amour. Entre lui et moi, entre Alger et moi. »

« Le lendemain soir, je me prépare pour rejoindre des amis. Ma mère en profite pour me répéter qu’elle trouve que je sors trop et qu’elle craint que les voisins jasent. Je lui réponds qu’ils sont le dernier de mes soucis, qu’ils peuvent bien tenir un registre de mes allées et venues, ça m’est égal. Elle lève les yeux au ciel. Ma grand-mère, lorsqu’elle nous entend, lui dit de me laisser tranquille, d’envoyer balader les autres, ils n’ont qu’à s’occuper à vivre. »

« Dans ma famille, les hommes ont disparu, un à un, d’une façon ou d’une autre. Ils nous ont laissé dans notre royaume de femmes. Les gens nous plaignent, disaient qu’il n’y avait plus personne pour nous protéger. Ils ignoraient qu’on veillait les unes sur les autres. Que, petite, je mettais tout en œuvre pour faire rire ma mère dès que je le savais triste, qu’on m’appelait le clown. Que ma grand-mère s’en rendait compte et faisait pareil avec moi, que mes tantes m’aimaient comme leur fille. J’avais plusieurs mamans, plusieurs maisons, j’avais des sœurs, des lit qui m’attendaient. »

 

 

Mina Namous naît en 1984 à Paris dans une famille algérienne et passe son enfance et son adolescence en Algérie. Après un doctorat de droit, elle exerce en tant que juriste à Alger avant de revenir vivre en France. De 2010 à 2014, cette ville lui inspire une série de chroniques et d’histoires, publiées sur le blog jeuneviealgeroise. Très suivis dans son pays, remarqués par la presse algérienne et française, ses articles évoquent la vie quotidienne d’une jeune femme en Algérie. Amour, extérieur nuit, son premier roman, se fait l’écho de cet univers littéraire.

Mina.jpg

Logo.jpg

 

Cercle littéraire

Mon mari

de Maud Ventura
Broché – 19 août 2021
Éditeur : Iconoclaste

Bandeau_Intro_02.jpg

“Excepté mes démangeaisons inexpliquées et ma passion dévorante pour mon mari, ma vie est parfaitement normale. Rien ne déborde. Aucune incohérence. Aucune manie.”
Elle a une vie parfaite. Une belle maison, deux enfants et l’homme idéal. Après quinze ans de vie commune, elle ne se lasse pas de dire “mon mari”. Et pourtant elle veut plus encore : il faut qu’ils s’aiment comme au premier jour. Alors elle note méthodiquement ses “fautes”, les peines à lui infliger, les pièges à lui tendre. Elle se veut irréprochable et prépare minutieusement chacun de leur tête-à-tête. Elle est follement amoureuse de son mari. Du lundi au dimanche, la tension monte, on rit, on s’effraie, on flirte avec le point de rupture, on se projette dans ce théâtre amoureux.

 

2022_019_Ventura Maud - Mon mari

 

Dans le cadre de nos réunions mensuelles du Cercle littéraire de Maffliers nous avons pu rencontrer Maud Ventura pour son Roman “Mon mari”…
Elle s’est prêtée gentiment aux “jeu” des questions/réponses tout le long de la soirée !
J’ai découvert une personne, très agréable qui a su développer son ouvrage et m’a personnellement éclairé sur certains points que je n’avais pas perçus.

Aujourd’hui, je suis triste…
Ayant vu les différents retours du premier roman de Maud Ventura, je me faisais un plaisir de le lire… Mais, malheureusement, je n’ai pas été suffisamment capté pendant ma lecture.
Alors, oui, je suis triste, d’être passé à côté du roman de Maud.

Pourtant, les deux premiers chapitres m’ont plutôt plu !
Singuliers. Un monologue écrit à la première personne, avec un style alerte, les descriptions des petits riens du quotidien, réalistes par certains aspects, mais souvent répétitifs avec un humour à froid parfois tranchant.
L’héroïne, une femme, professeure d’anglais et traductrice (on ne connaîtra jamais ni son prénom, ni son nom), est obsédée par le parfait amour, et raconte SA vie auprès de son Mari (dont on ne connaîtra pas non plus le prénom).

Maud dresse un portrait dépeignant cette femme sur le qui-vive, qui a tout pour être comblée et qui au fil du roman va devenir beaucoup plus inquiétante que je ne l’avais imaginé.
Le récit se découpe en sept chapitres, les sept jours de la semaine, auxquels elle attitrera pour chacun une couleur différente représentative de sa perception de la journée.
Comme je l’expliquais plus haut, le lundi et le mardi se sont bien déroulé…

Mais… à partir de mercredi, j’ai trouvé le récit malheureusement ennuyant.
Certes, il y a çà et là, de très bonnes idées qui émanent, tantôt pétillantes, parfois effrayantes. Mais il m’aura fallu attendre l’excellent épilogue, pour sortir d’un rythme qui était devenu pour moi, trop répétitif.

Aujourd’hui, je suis triste…
Je suis passé à côté du premier roman de Maud Ventura…
Aux vues des critiques positives attribuées au récit, depuis sa sortie, je vous conseille de vous faire votre propre avis !

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Je suis amoureuse de mon mari. Mais je devrais plutôt dire : je suis toujours amoureuse de mon mari.
J’aime mon mari comme au premier jour, d’un amour adolescent et anachronique. Je l’aime comme si j’avais quinze ans, comme si nous venions de nous rencontrer, comme si nous n’avions aucune attache, ni maison ni enfant. Je l’aime comme si je n’avais jamais été quittée, comme si je n’avais rien appris, comme s’il avait été le premier, comme si j’allais mourir dimanche. »

« Louise est sublime dans sa longue robe noire, et je ne peux pas m’empêcher de lui faire remarquer que cette couleur et cette coupe lui vont bien. Je m’en veux au moment même où les mots sortent de ma bouche. C’est un travers que je tente de corriger depuis des années : je commente systématiquement un collier, une tenue, un rouge à lèvres ou un parfum qui me plaisent (il faudrait que je me contente de me renseigner discrètement pour savoir d’où ils viennent et acheter les mêmes plus tard). J’ai toujours éprouvé une admiration démesurée pour les femmes de mon entourage, et le leur faire sentir me place insidieusement en infériorité par rapport à elles. Il faut que j’apprenne à ne pas le faire. À moins le faire. Louise me remercie, mais ne me retourne pas le compliment. Dans les milieux bourgeois, on se complimente peu. »

« Depuis que j’ai rencontré mon mari, mes parents, mes sœurs, mes collègues n’ont cessé de commenter mon bonheur. Ils l’affirment tous avec assurance : « Tu en as de la chance ». On me dit que j’ai de la chance comme si j’avais gagné mon mari au loto. On se comporte avec moi comme si j’avais déjoué les statistiques et les probabilités en l’épousant. En d’autres termes, on suggère qu’il aurait pu trouver mieux. »

« Je quitte l’hôtel avec légèreté. J’ai passé un bon moment, même si je sais que c’était pour de faux, comme disent les enfants. C’était bien, mais ça ne compte pas. Cette liaison ne sera ni féconde ni productive : aucun enfant, aucun mariage, aucun bijou ne sortira de cette fin d’après-midi passé avec Maxime. Même la photo de mon dos, unique témoin de ce moment, a été supprimée. De nous deux, il ne reste déjà plus rien. »

 

 

Logo.jpg

 

Maud Ventura a vingt-huit ans et vit à Paris. Elle est titulaire d’un master en philosophie de l’École normale supérieure de Lyon (2013-2015) et d’un master en ménagement d’HEC Paris (2016-2019).

Elle rejoint France Inter juste après ses études. Depuis 2021, elle est rédactrice en chef des podcasts dans un grand groupe de radios, NRJ.
Elle ne cesse d’explorer la complexité du sentiment amoureux dans son podcast “Lalala” et dans son premier roman Mon mari.

Émotion, Cercle littéraire, Polar, Romance

Sœurs de sable

de Stéphane Héaume
Broché – 7 avril 2021
Éditeur : Payot & Rivages

Bandeau_Intro.jpg

1958, une station balnéaire écrasée de chaleur. 2018, un surprenant huis clos au décor raffiné. Rose et Amelia, deux femmes malmenées par la vie et que soixante ans séparent n’ont, on pourrait le croire, rien en commun. Pourtant, un homme, un secret, un cadavre vont relier leurs existences et changer leur destin.
En donnant corps à deux turbulentes héroïnes dans un univers plein de mystère, Stéphane Héaume nous prouve, avec malice et fantaisie, qu’il faut toujours se méfier de l’eau qui dort.

Stéphane Héaume est l’auteur de plusieurs romans dont «Le Clos Lothar» (Zulma, 2002, prix du jury Jean-Giono et prix Emmanuel-Roblès) et «Sheridan Square» (Seuil, 2012, prix de la Ville de Deauville).

 

2022_010_Héaume Stéphane - Sœurs de sable

 

Un roman très agréable, au charme désuet, qui m’a rappelé les films adaptés des romans d’Agatha Christie… On y retrouve cette ambiance balnéaire méditerranéenne bien particulière, les hommes en costumes, les femmes avec leurs belles robes et leurs chapeaux, les villas, les hôtels de luxe perchés au milieu des rochers entre les pins… Mais il n’y a pas que ça… Vous croiserez un nain magicien, un très beau Zippo en argent gravé de deux initiales, deux sœurs qui se détestent, des langoustes aussi ! et vous ferez même un voyage en première classe dans un Zeppelin en direction de Porfou… Toutes les descriptions sont méticuleuses et délicieuses.

Stéphane Héaume, m’a emporté, transporté même, dans son récit qui navigue au rythme des chapitres entre passé et présent, jusqu’à “LA” rencontre attendue, la fusion de deux époques qui ne demandaient qu’à se croiser…

Fa, mi.
Fa, mi, do dièse.
Fa, mi, do dièse.

La musique est très importante aussi, elle est partout. Entre les lignes, entre les mots…
Chaque phrase résonne telle une mélodie, s’enchaînant les unes aux autres. Donnant l’impression parfois d’une poésie. Stéphane est un musicien et cela s’entend !

Rose est écrivain, Amélia journaliste, deux femmes, deux époques différentes, 1958, 2018. Chacune vit un parcours difficile, paraissant au premier abord très différent… En réalité, leur destin est lié par un homme étrange, un homme qui pourrait bien changer leur destin.

Venez donc vous installer à la terrasse du Grand Café de la Plage. Observez-les… Ces hommes, ces femmes qui se croisent, qui se bousculent, qui s’ignorent ou qui se haïssent. Regardez bien ce ballet incessant, au rythme des marées, des vagues et du ressac…
Vous la voyez ?
Mais oui, c’est bien Rose qui est là, au milieu de la plage, dans sa robe blanche, un verre à la main. Que fait-elle ?
Non, vous ne rêvez pas… Elle danse.
Elle danse, car contrairement aux autres jours, aujourd’hui elle est heureuse… elle pense à l’homme aux yeux verts qu’elle vient de rencontrer… Sa voix douce et grave résonne encore dans son esprit.

Une lecture au rythme lancinant et addictif, une ambiance donnant un côté immersif au roman, un mystère qui nous tient en haleine, des personnages très marqués dans leurs personnalités, des situations originales. Le sable est doux au soleil, mais il cache bien des mystères…

“Sœurs de sables”, une histoire qui mériterait de compléter votre bibliothèque !

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Ce matin, tout semblait immobile. Ce n’était pas normal. Il y avait bien, à demi dissimulées sous les tamaris et les cyprès de la promenade des Italiens, assises sur des bancs, deux ou trois silhouettes avec leurs chiens, mais Rose ne les reconnut pas. C’était trop éloigné, trop flou. Elle voyait mieux le croissant blond de la plage niché au pied du quai principale où s’alignait les boutiques encore fermées et les restaurants. Bientôt, d’autres silhouettes y viendraient pour se dévêtir, s’enduire de crème, s’allonger, se baigner – rituel avide en cette fin d’été. »

« … ce voyage à Porfou ne me fait pas grimacer, il libère des souvenirs protégés, des parfums que j’avais mis sous clef, un visage, un sourire, le sourire d’une femme qui hante mes nuits et mes désirs enfuis, ce visage que vous avez vu, cette femme dont je peux bien vous parler, maintenant, vous avez tout fait pour, cette femme s’appelait Rose – y a-t-il plus beau prénom ? … »

« Il opéra un rétablissement fulgurant dans une grande gerbe d’eau et s’assit sur le banc. Rose était toute mouillée. Elle riait nerveusement. Son châle détrempé, à présent transparent, laissait voir ses petits seins, sa peau fine, cachés au monde depuis si longtemps, enfermés, clos comme les volets de son hôtel, étrangers aux mouvements de la vie. Rose était un animal traqué. Un cœur traqué. Un corps craqué oublié dans les remises obscures de sa très vieille solitude. »

« Tous les deux seuls dans le théâtre vide. Ils ont marché longtemps. Ils ont partagé leurs blessures dans la fulgurance, l’évidence de la rencontre. Frère et sœur, voilà ce qu’ils seront. Sans jamais se le dire. Ils n’ont pas eu le courage de grimper jusqu’au cirque – ils iront demain. Rester dans le vent, se perdre dans le rivage lointain, se bercer du mouvement des vagues qui montent à l’assaut de la lame noir des roches. Avancer dans le parfum de la pinède et des aiguilles chauffées par le soleil. Se jeter vers l’horizon. Se liguer contre leurs fêlures. »

 

 

Stéphane Héaume, né à Paris en 1971, est un romancier français.

Il a été résident au Domaine de La Prée (Indre) entre 2000 et 2002 (résidence d’artistes parrainée par l’Académie des Beaux-Arts).
Après plusieurs années passées à New York et en Afrique, il vit aujourd’hui à Paris.

Il est l’auteur de plusieurs romans :
Le Clos Lothar (Zulma, 2002, Prix du jury Jean-Giono 2002 et Prix Emmanuel-Roblès 2003),
Orkhidos (Zulma, 2004),
Le Fou de Printzberg (Anne Carrière, 2006),
Le Contemplateur (Anne Carrière, 2007)
et La Nuit de Fort-Haggar (Seuil, 2009).

Il écrit également des textes pour la musique.
Avec le compositeur Thierry ESCAICH (né en 1965) :
Valse désarticulée (Théâtre du Lierre, 2007).
Avec le compositeur Richard DUBUGNON (né en 1968) :
Tryptique (Royal Academy of London, 1999 ; reprise à Radio France, 2008), Le Voyage écarlate (La Péniche Opéra, 2002 ; reprise au Festival d’Aix-en-Provence, 2005), Cantata Oscura (Espace Cardin, 2005 ; reprise à Radio France, 2005) et Le Songe Salinas, symphonie lyrique pour mezzo-soprano et orchestre (Théâtre des Champs-Elysées, 2009).

 

Cercle littéraire

Château de Maffliers

Vendredi 10 septembre 2021.

IMG_3981

Ce soir, ce fût la reprise de nos diners mensuels dans le cadre de notre Cercle Littéraire du Château de Maffliers.

2021_064_Andrea Jean-Baptiste - Des diables et des saints.jpg

L’auteur invité, Jean-Baptiste Andrea, qui a reçu le Prix du Cercle Littéraire Novotel Château de Maffliers 2021, a été très à l’aise dans son rôle et ce fût comme d’habitude une très belle soirée, ou chacun à pu à tour de rôle échanger sur ses perceptions du roman…

Il y a eut de nombreuses confidences échangées avec Jean-Baptiste concernant ses trois romans. Mais il a été question aussi beaucoup, de Liberté, d’Amour, d’orphelinat, d’Hommes de Dieu et de Religion, d’“Antony & the Johnson”, de “The fields of Nephilim” et aussi de “Nick Cave”…
Vous l’aurez compris une soirée “Grand écart”, vivante et émouvante.

IMG_3983.jpg

Une soirée un peu à part, de retrouvailles bien sûr, mais avec beaucoup de mots et de moments qui touchent.

01.jpg

Merci Corinne, merci Jean-Pierre, un grand merci bien sûr à Jean-Baptiste, mais comment ne pas remercier aussi toutes et tous pour ces mome, entre parenthèses, inoubliables…

À très bientôt…

Dédicace.jpg

Mes “Ressentis” :

https://leressentidejeanpaul.com/2021/08/30/des-diables-et-des-saints/

https://leressentidejeanpaul.com/2021/09/08/ma-reine/

Cercle littéraire

Château de Maffliers

Château de l’Hermitage à Ennery, le 19 juin 2021

IMG_3765.jpg

C’est la première fois que j’avais l’occasion de voir Elsa et Eric.
J’avais beaucoup aimé leur roman respectif et ce pour des raisons très différentes.
Très vite les auteurs se sont sentis très à l’aise et les discutions bien sûr ont tournée autour des romans, où il est beaucoup question d’histoires d’amour, de couples déchirés et de coups de foudre aussi !

IMG_3764.jpg

Chaque repas est un beau moment d’échange.
D’idées, de discussions, d’extraits de lectures et de sourires aussi…
Sourires qui je trouve, ont été particulièrement nombreux ce week-end !
Je pense, dû au plaisir de se retrouver.

IMG_3753.jpg

IMG_3763.jpg

Notre prochain rendez-vous aura lieu courant septembre et notre invité sera Jean-Baptiste Andrea.

Alors, à très bientôt…

÷÷÷÷÷÷÷

Les romans mis à l’honneur “Hôtel du bord des larmes” et “Un bonheur sans pitié”, deux romans forts et poignants…

Hôtel du bord des larmes.jpg

Dédicace Elsa.jpg

Un bonheur sans pitié.jpg

Dédicace Eric.jpg

÷÷÷÷÷÷÷

Hôtel du bord des larmes

de Elsa Flageul
Broché – 3 mars 2021
Éditeur : MIALET BARRAULT

Bandeau_Intro.jpg

Les divorce hôtels promettent de divorcer en un week-end, sans tracas ni démarches interminables, dans un souci de médiation, de bonne humeur, et même de bien-être. L’Hôtel du bord des larmes est l’un de ces hôtels. En ce vendredi de début d’été, il accueille Cécile et François, désolés d’en arriver là, pas très convaincus par l’idée, mais bien décidés à rompre ce mariage tout en préservant leur fille : ce que l’amour a fait mourir, la famille qu’ils étaient les oblige à le laisser en vie. Au cours de ces deux jours, ils vont revivre les émotions qui les ont unis puis séparés, accepter de prendre leurs distances… et faire de nouvelles rencontres. Et ça, ce n’était pas prévu. À travers les aventures touchantes et drôles de ses jeunes personnages, Elsa Flageul dessine un portrait acide et très subtil de la difficulté à vivre des nouvelles générations.

 

2021_032_Flageul Elsa - Hôtel du bord des larmes

 

Autopsie d’une histoire d’amour, ou peut-être autopsie de l’amour tout simplement…

Dans ce court récit très réaliste Elsa Flageul fait preuve de beaucoup de justesse. La passion, puis l’amour, la lassitude, et enfin la désillusion. Toute une palette de sentiments sur les liens qu’entretiennent les couples.

“Hôtel du bord des larmes” nous propose un week-end dans un lieu pas banal, c’est le moins que l’on puisse dire, puisqu’il permet de divorcer en toute quiétude. vous ferez donc la connaissance de Cécile et François, qui viennent finaliser leur séparation et divorcer et tout cela sera pris en charge par quelques membres de l’Hôtel, Jeanne, Julien ainsi que des hommes de loi. François accepte enfin, pour le bien de leur fille Valentine, de laisser partir sa moitié.

Mais on dirait bien que cette séparation sera le fruit d’une nouvelle rencontre…

Plus que l’histoire en elle-même, ce sont les relations humaines qui priment, ainsi que le ton donné par l’auteure qui m’a emporté. De la profondeur, de l’empathie, de la finesse, beaucoup d’émotions, quelques sourires et une fin qui n’en est pas vraiment une…

L’amour est définitivement au centre de ce récit, mais Elsa le magnifie, par ses mots qui roulent et se bousculent, par ses phrases entre tumulte et poésie, j’ai eu à plusieurs moments, l’impression d’être au cinéma.

Roman sensible et bien écrit, qui décrit des sentiments que nous avons tous vécus un jour.

Venez vivre à votre tour, trois jours dans cet hôtel du bord des larmes, pour une histoire tout en délicatesse.
Merci Beaucoup Elsa…

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« On se moquait des premiers inscrits. On les méprisait de ne pas arriver à se séparer tout seuls, comme des grands, proprement, comme si c’était facile, comme si personne, jamais, n’était devenu fou de désespoir par amour. Comme si personne n’avait jamais voulu s’arracher le cœur à mains nues pour qu’il s’arrête de battre, effacer de sa mémoire les soupirs, l’odeur de la peau, le sexe qui se dresse, l’humidité et la chaleur des lèvres de l’autre. »
…/…
« Bien sûr, Jeanne avait entendu parler du coup de foudre. Les films ne parlent que de ça, les chansons ne parlent que de ça. Combien de fois a-t-elle imaginé ce que ça pouvait être : une flèche, un poignard, un éclair dans le cœur ? Cette brèche, ensuite qui ne peut être comblée que par les baisers, que par le sexe, que par l’autre. Une dévoration. Une combustion. Elle pensait alors que c’était une invention pour jeune fille romantique et frustrée, que c’était une machine à histoires niaises et gentilles, ces romans qui parlent d’amour et de bienveillance, vous savez. »

 

 

Avant de se lancer dans l’aventure romanesque, Elsa Flageul a d’abord étudié le cinéma et travaillé sur l’œuvre de Jacques Demy. Le cinéma garde une influence majeure sur son travail d’écrivain, caractérisé par un sens aigu de la musicalité et une écriture d’une grande délicatesse.

Aux éditions Julliard, elle a déjà publié Madame Tabard n’est pas une femme (2011), J’étais la fille de François Mitterrand (2012), Les Araignées du soir (2013), Les Mijaurées (2016), À nous regarder, ils s’habitueront (2019).
Hôtel du bord des larmes est son sixième roman.

÷÷÷÷÷÷÷

Un bonheur sans pitié

de Éric Genetet
Broché – 2 mai 2019
Éditeur : Éditions Héloïse d’Ormesson

Bandeau_Intro.jpg

“Je n’aurais jamais imaginé devenir cette fille-là. Personne ne peut comprendre pourquoi je ne le quitte pas, je l’ignore moi-même.”

Après quelques mois d’une passion enivrante et sans nuage, Marina sait qu’elle a enfin trouvé le bonheur avec Torsten. Mais un jour, le masque se fissure et il révèle son vrai visage. Emportée par ses sentiments, Marina pardonne inlassablement et s’habitue à l’inacceptable, jusqu’à se perdre et sombrer.

Un bonheur sans pitié est le récit d’un amour insensé, incompréhensible et fatal. Avec justesse et sensibilité, Éric Genetet raconte, sans jamais la juger, l’histoire d’un couple régi par une violence physique et morale qui engloutit leur existence et transforme leur union en prison.

 

2021_030_Genetet Éric - Un bonheur sans pitié

 

La question de l’emprise dans un couple a rarement été aussi aboutie, pour moi.

Éric Genetet soulève le long de son récit, de nombreuses de questions…
Il analyse en donnant à chacun de ses protagonistes la parole sans aucun jugement. C’est à nous, lecteurs, de déterminer qui est celui ou celle qui agit mal et surtout qui souffre. Il y a beaucoup de tension et d’oppression durant toute la lecture.
Avec une écriture fluide, addictive et poétique parfois, l’auteur s’immisce dans un couple pour en décortiquer chaque mouvement, chaque mot, chaque blessure. Il nous montre comment, un homme apparemment bien, n’est finalement qu’un “moins que rien” capable de s’opposer à toute raison…

Qui est Marina ?

C’est un peu une madame tout le monde. Elle vit avec Malek.
Lui est obsédé par l’écriture et ne veut surtout pas d’enfants. Marina est triste… Elle veut être maman. Ils finiront par rompre.

Grâce à Facebook, Marina “rencontre” celui qu’elle attendait. Torsten, un homme qui allie physique, confiance et magnétisme. C’est une jolie histoire d’amour qui commence bien.

Pourtant c’est un homme qui souffre de l’intérieur, il souffre d’un père qui l’a élevé à force de coups, de larmes et de cris… Éric démontre admirablement bien comment, à travers de simples mots, sans jamais lever la main, on peut irrémédiablement détruire un être humain.

Comment Marina est-elle devenu cette fille là ?
J’ai vécu et subit la pression exercée par cet homme, la pression psychologique et la pression physique. Le prince charmant est devenu bourreau.

Inutile de préciser que Marina ne sera jamais à la hauteur de cet homme qui a des exigences impossibles, mais l’amour a ses raisons…

Je viens de terminer ma lecture. On peut difficilement dire que j’ai passé un beau moment, compte tenu du sujet, mais j’ai encore une fois été emporté. Je l’ai lu d’une traite tellement je voulais en savoir plus sur le destin de nos deux “amoureux”.
Ce livre est aussi sublime dès les premières pages que glaçant à la fin.

Une lecture dont on ne sort pas indemne…
Un roman qui vaut la peine d’être lu et partagé tout autour de vous.

Il est tellement important de laisser certaines choses disparaître…

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« En partant travailler, j’écris des mots doux sur des morceaux de n’importe quoi que je laisse traîner partout dans l’appartement. Lorsque je rentre, je retrouve les siens, comme des bouffées d’air pur : « tu me bonheurs, je te rayon de soleil, je t’extraordinaire, tu me certitudes, je te miracle, tu m’étoiles filantes », l’amour m’a transformée. S’il me le demandait, je lui donnerais tout. Je ressens un manque énorme dès les premières secondes de ses absences, comme si j’avais quinze ans. Je pense à lui à chaque moment. On ne m’a pas menti sur les papillons qui volent dans le ventre des filles amoureuses. Je veux que la vie dure une éternité. C’est aussi beau qu’un massif de haute montagne en hiver, et dans la neige à perte de vue les seules traces sont celles de nos pas. »
…/…
« Marina m’a appelé, elle avait l’air totalement désemparée. Au bistrot où on se retrouve, elle regarde partout si le loup n’y est pas. Elle a l’impression de faire une bêtise, comme une petite fille qui ne rentrerait pas directement après l’école. Torsten travaille pourtant à plusieurs dizaines de kilomètres. Autour d’un café, elle me raconte son histoire, mais je crois qu’elle ne me dit pas tout de sa violence, ni de sa souffrance. Elle relativise, sinon pourquoi ce serait-t-elle dans cet état ? J’essaye de comprendre, sans accabler Torsten. Il a dû pas mal morfler quand même. On dit que la relation que l’on entretient avec sa mère détermine toutes les autres. »

 

 

Né en 1967 à Rueil-Malmaison, Éric Genetet commence sa carrière comme animateur et chroniqueur radio. Il passe dix ans à France Bleu. Spécialiste Culture et Sports, il devient journaliste chroniqueur pour la presse écrite (Strasbourg magazine, Poly, DNA, Passions Vin, Zut…).
Éric Genetet vit et travaille à Strasbourg, il partage son temps entre l’animation de débats-conférences pour des organisations privées et publiques et l’écriture.
En 2016, il écrit des textes de chansons pour la chanteuse Flore M, et collabore avec la photographe Ayline Olukman (2017).

Cercle littéraire

Maffliers – Tom Noti

Château de l’Hermitage, 24 octobre 2020

Bandeau_Elles m'attendaient.jpg

Depuis quelques temps, nos rendez-vous à Maffliers sont pas mal bousculés !
Un incendie il y a quelques mois, et maintenant le Coronavirus… Mais, nous arrivons bon an, mal an à nous retrouver quand même autour d’un délicieux repas…
Aujourd’hui, couvre-feu oblige, notre “diner” du Cercle Littéraire de Maffliers a eu lieu à 13h, au Château de l’Hermitage à Ennery !!!

Dessins de Florence Jacodson

L’invité du jour, Tom Noti.
Malgré ce cadre différent pour la seconde fois et le respect des distanciations, nous avons quand même passé un excellent moment de partage… C’est la première fois que je rencontrais Tom, malgré nos divers échanges.
Il est vraiment tel que je me l’imaginais au téléphone, quelqu’un de posé, de doux et à l’écoute des gens.

Mais, j’avais envie de lui faire une surprise !
Dès que j’ai su que Corinne Tartare avait défini le jour et l’heure de notre repas, j’ai contacté David Zaoui, l’un de ses très bon amis, afin qu’il se joigne à nous pour le repas…
Ils n’ont pas pu s’embrasser lorsqu’ils se sont trouvés face à face mais le cœur y était !

IMG_3224.jpg

Le roman mis à l’honneur “Elles m’attendaient…” Édition La Trace, est un roman incroyable, fort et poignant…

Elles m'attendaient copie.jpg

En plus de nos échanges habituels, nous avons lu énormément d’extraits de son roman. Chaque phrase sortie du contexte global du livre, a conservé malgré tout une “essence” et une puissance toute particulière… J’ai pu voir à quelques moments, l’émotion à travers le masque de Tom.

IMG_3223.jpg

Un roman à lire absolument !

Je vous parlerai très bientôt de son nouveau roman “Nos silences ne sont pas des chansons d’amour”, alors…

À très bientôt !

Merci Tom, merci David, un grand merci bien sûr à Corinne et Jean-Pierre, mais merci aussi à tous les autres pour ces “moments” inoubliables…

IMG_3213.jpg

Dédicaces_Tom.jpg

÷÷÷÷÷÷÷

Elles m’attendaient…

de Tom Noti (Auteur)
Broché – 18 février 2019
Editions : Editions la Trace

Deux personnes s’aiment et leur solitudes s’aimantent. Cela ressemble à une histoire d’amour simple et lumineuse, mais c’est sans compter sur les ombres que Max cache derrière ses silences…

 

2019_054_Tom Noti - Elles m'attendaient

 

Bonjour à toutes et à tous…

J’ai adoré ce roman étonnant pour sa façon d’aborder son thème, l’amour !
Mais ici, l’amour est différent. Il est fort, puissant jusqu’à l’abnégation…

Max est un homme. Max est amoureux de Halley. Halley est la femme de sa vie.
Puis arrive Rosie. Petit à petit Max se perd. Max a peur…

Les chapitres se construisent et se répondent intelligemment les uns aux autres avec beaucoup d’émotion. Et c’est ainsi que l’écriture sensible de Tom Noti m’a entraînée avec finesse dans la vie de Halley, Rosie et surtout celle de Max. Trois personnages attachants qui ne vous laisseront pas indifférents.

Merci Tom, j’ai passé un très agréable moment de lecture.

Auteur à suivre…

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :
« Dans la salle où elle était étendue, on rangeait les dernières traces du champ de bataille qui s’était livré en silence.
Le corps a corps se poursuivait dans un halo de quiétude. Elle m’a souri, de ce sourire las d’après la guerre. Quand les âmes ne sont remplies que des peurs disparues et des honneurs arrachés en lambeaux.
Je n’ai pas osé m’approcher de la chaleur qui émanait de ses joues rosie et de sa poitrine gonflée à laquelle s’agrippait le petit être. J’avais l’air empoté. Elle attendait un père et j’étais un représentant de commerce peu convaincu de ce qu’il proposait.
– C’est ta fille, Max approche.
La petite fille qu’elle m’offrait, que la vie m’offrait, que le futur me désignait comme responsable, moi qui n’étais même pas responsable de moi-même. Cette petite fille offerte que je n’avais pas envisagée. »

 

 

Tom Noti, il vit au creux de montagnes majestueuses qui sont son oxygène. Ses histoires racontent les gens qui avancent, vaille que vaille, avec leurs sentiments en bandoulière et les casseroles qu’ils trimballent. Il est l’auteur de plusieurs romans dont « les naufragés de la salle d’attente ».

Cercle littéraire

Château de l’Hermitage, 11 septembre 2020

bandeau_guillaume-1

 

Hier soir Le Cercle Littéraire de Maffliers s’est retrouvé au château de l’Hermitage, suite à un incendie à celui de Maffliers il y a quelques semaines…

L’invité du soir, Guillaume Sire, s’est vu remettre par Corinne Tartare le prix annuel de Maffliers pour son roman “La longue flamme rouge” paru chez Calmann Lévy, avec la présence du président du jury, François Alquier (journaliste-animateur spécialisé dans la culture depuis 30 ans. Il est aussi connu pour son blog “Les chroniques de Mandor”).

IMG_3087.jpg

IMG_3082.jpg

IMG_3084.jpg

Comme d’habitude nous avons passé une soirée particulière et inoubliable…
Les morceaux choisis de Jean-Pierre Tartare, Vicky qui a suspendu le temps en lisant, que dis-je, en “vivant” en grec ancien une tirade des Troyennes, avec beaucoup d’échanges d’idées et de beaux moments de lectures, la gentillesse de Guillaume Sire pour son savoir, son royaume intérieur, pour Saravouth, ses explications, sa patience aussi car il a été soumis à rude épreuve.

 

Une soirée placée sous le signe des échanges bienveillants,
philosophiques et intemporels, et je vous passe tous les plats qui étaient vraiment délicieux… Tout ce que nous aimons dans notre Cercle !

 

« Ce n’est pas seulement pour y être moins seul que Saravouth ouvre ainsi à Dara les portes du Royaume, mais parce qu’un jour, en se demandant ce qu’il se passerait si tout à coup il perdait la mémoire, il en est venu à la conclusion que si le Royaume pouvait exister ailleurs que dans sa tête, s’il pouvait être partagé et transmis, cela le protégerait mieux que n’importe quel rempart. Si je l’oublie, elle pourra me le rendre. »

Guillaume Sire

IMG_3096.jpg

IMG_3095.jpg

Dédicaces.jpg

÷÷÷÷÷÷÷

Avant la longue flamme rouge

Guillaume Sire
Broché – 2 janvier 2020
Éditeur : Calmann-Lévy

« Il essaye de courir en poussant sa famille devant lui, mais un hurlement ouvre le ciel et une mitraillette frappe des millions de coups de hache partout en même temps. Dans le Royaume, il y a des vrombissements lointains. »

1971 : le Cambodge est à feu et à sang. Saravouth a onze ans. Sa petite sœur Dara en a neuf. Leur mère enseigne la littérature au lycée français. Leur père travaille à la chambre d’agriculture. Dans Phnom Penh assiégée, le garçon s’est construit un pays imaginaire : le « Royaume Intérieur ».

Mais un jour, la guerre frappe à sa porte. Les fondations du Royaume vacillent. Séparé de ses parents et de sa sœur, réfugié dans la forêt sur les rives du Tonlé Sap, Saravouth devra survivre dans un pays en plein chaos, animé par une volonté farouche de retrouver sa famille.

Inspiré d’une histoire vraie, ce roman restitue une épopée intérieure d’une rare puissance.

 

2020_050_Sire Guillaume - avant la longue flamme rouge.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous…

Un magnifique roman sur la guerre civile au Cambodge mais surtout un roman sur l’enfance de Saravouth…
Guillaume Sire raconte à sa façon, avec tendresse et intelligence un monde qui se perd et transforme les rêves en pires cauchemars.

Inspiré d’une histoire vraie, ce récit est très dur. C’est le récit d’une enfance meurtrie, d’un pays à l’agonie. D’un enfant qui par la force des choses deviendra “orphelin”, dans un paysage apocalyptique…

Nourri par les lectures de sa mère, Phusati, professeur de littérature, Saravouth, 11 ans, trouve son bonheur dans les livres, dans les histoires qui façonnent son imaginaire, son quotidien, au sein d’une famille aimante. Dans l’esprit du garçon, les personnages d’Homère vont côtoyer ceux de Peter Pan. Il embarque alors sa sœur Dara 9 ans, dans son monde fantastique où les deux enfants voyageront ainsi entre le réel et l’imaginaire.

1971, La guerre éclate, le Cambodge est à feu et à sang…
Sa mère, lui donnant le goût de la lecture, très vite, il se créé un royaume imaginaire : “Le Royaume Intérieur”, qui va lui donner la force de supporter son quotidien au milieu des atrocités de la guerre, “L’Empire extérieur”.
Les mots de René Char, l’auteur préféré sa mère, “Il faut trembler pour grandir”, vont résonner régulièrement dans son esprit.

Le périple que va alors vivre Saravouth, et qu’il devra affronter seul, est porté par l’auteur grâce à une écriture acérée mais délibérément poétique. Ce livre est un véritable Odyssée. On sent l’odeur de la violence et de la mort, de l’insondable folie humaine.

Ce livre est Beau. Ce livre est dur et puissant…
Écrit avec beaucoup d’humanité et de simplicité, il commence comme un rêve d’enfant, se poursuit dans un monde d’adultes sur la vision d’un pays déchiré, et s’achèvera au-delà des pages sur des blessures irréparables.

Livre à mettre entre toutes les mains et à consommer sans modération…

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Ce n’est pas seulement pour y être moins seul que Saravouth ouvre ainsi à Dara les portes du Royaume, mais parce qu’un jour, en se demandant ce qu’il se passerait si tout à coup il perdait la mémoire, il en est venu à la conclusion que si le Royaume pouvait exister ailleurs que dans sa tête, s’il pouvait être partagé et transmis, cela le protégerait mieux que n’importe quel rempart. Si je l’oublie, elle pourra me le rendre. »

…/…

« Il était une fois, dans un château fort, une princesse enfermée dans la chambre du donjon, son père le roi n’est pas rentré des croisades…
Saravouth trouva la description du château insuffisante. Il décida de la compléter dans sa tête. En plus de l’église, du foin, des chevaux blancs et blonds, des tours en pierres polies, luisantes, des meurtrières et des douves vaseuses, il imagina un toit de verre semblable à celui du pavillon Napoléon-III, une esplanade gardée par des lions sculptés et un clocheton d’émeraude. À l’heure du dîner, le château était complet. Pour franchir les douves, où nageaient des requins et des gobies phosphorescents, il fallait passer un pont-levis en bois vermoulu. Pour compléter les tours crénelées, Saravouth avait ajouté des toits pointus, rouges et laqués. Et pour la princesse, une cheminée d’où s’exhalait un parfum de noisette. Le soir, il ne trouva pas le sommeil avant d’avoir ajouté encore plusieurs détails. Des canards morillons et des buffles dans la cour, des cerisiers, des nuages mousseux et vernissés, des chevaliers en armure, un boulanger et l’odeur du pain : les petits éclats tièdes, la farine envoûtante. Ça se mariait au parfum de noisette. »

 

 

Guillaume Sire est un auteur français, romancier, poète, né à Toulouse en 1985.
Il commence avec la poésie, et des prix remportés à l’Académie des jeux floraux pour L’amour est une impression (2005) et Nymphéas (2006).

Repéré par l’écrivain Denis Tillinac, il publie ensuite son premier roman, Les confessions d’un funambule, aux Éditions de la Table Ronde (janvier 2007). Puis d’autres romans remarqués, notamment Où la lumière s’effondre chez Plon (septembre 2016), Réelle aux éditions de L’Observatoire (septembre 2018) et Avant la longue flamme rouge chez Calmann-Lévy (janvier 2020).

Guillaume Sire tient un blog où il écrit régulièrement : Ce qu’il reste des brumes.

Cercle littéraire

Château de Maffliers 28 février 2020

88237130_10207021736418704_4309375910550700032_n-2.jpg

Hier soir, notre dîner aux chandelles au Château de Maffliers…
Corinne et Jean-Pierre Tartare reçoivent Alexandra Koszelyk.

87799452_10207021737298726_3846331771222228992_n.jpg

Est-ce, parce que nous avions changés exceptionnellement de salle ?
Est-ce, parce que nous étions plus nombreux que d’habitude ?
Est-ce, le sujet du roman qui s’y prêtait ?
Est-ce, parce qu’Alexandra dégage une paix intérieure ?
Ou bien les esprits de Léna et d’Ivan planaient-ils autour de nous ? …

88108119_10207021738098746_1306861499091779584_n.jpg

En tout cas, j’ai eu l’impression que cette soirée était plus intense, plus “Cosy”* que d’habitude…
Merci beaucoup Alexandra…

* Spéciale dédicace à Jean-Pierre !!!

IMG_2566_b.jpg

IMG_2565.jpg

« Quand un auteur écrit, il déverse sur le papier un des mondes qu’il porte en lui, une sorte d’accouchement solitaire dont la gestation peut prendre des années.
Et puis, arrive ce miracle de la rencontre de l’autre, de ce lecteur avide d’un nouvel univers à explorer.
La magie de la littérature est là, dans ces ponts qu’elles créent entre deux imaginaires.
Hier soir, j’ai eu la chance phénoménale de rencontrer 29 personnes qui avaient lu mon roman. Dans leur regard brûlait la passion de la lecture.
Dans un silence de cathédrale, j’ai parlé de mon histoire. L’instant est royal. Mais bien plus fort encore fut ce moment où, grâce à la passion de ces lecteurs, j’ai compris que Léna et Ivan n’étaient plus seulement des êtres de papier, mais bien deux personnes qui peuplaient dorénavant l’univers de ces lecteurs. Et ça, c’est une offrande inestimable.»

Alexandra Koszelyk

IMG_2559.jpg

IMG_2563.jpg

Acte.jpg

89110305_10207021739938792_5278895783268057088_n.jpg

Photos © Dominique Sudre, Alexandra Lahcene et moi-même.

÷÷÷÷÷÷÷

À crier dans les ruines
de Alexandra Koszelyk (Auteur)
Broché – 23 août 2019
Éditeur : Aux Forges de Vulcain

Lena et Ivan sont deux adolescents qui s’aiment. Ils vivent dans un pays merveilleux, entre une modernité triomphante et une nature bienveillante. C’est alors qu’un incendie, dans l’usine de leur ville, bouleverse leurs vies. Car l’usine en question, c’est la centrale de Tchernobyl. Et nous sommes en 1986. Les deux amoureux sont séparés. Lena part avec sa famille en France, convaincue qu’Ivan est mort. Ivan, de son côté, ne peut s’éloigner de la zone, de sa terre qui, même sacrifiée, reste le pays de ses ancêtres. Il attend le retour de sa bien-aimée. Lena, quant à elle, grandit dans un pays qui n’est pas le sien. Elle s’efforce d’oublier. Mais, un jour, tout ce qui est enfoui remonte, revient, et elle part retrouver le pays qu’elle a quitté vingt ans plus tôt.

2020_008_Koszelyk Alexandra - A crier dans les ruines

Bonjour à toutes et à tous…

Wahou !!!

Quel roman… Je l’ai lu d’une seule traite. Impossible de le laisser sans connaître la fin.
Mais est-ce bien une fin ?

Léna et Ivan, deux adolescents sont séparés, suite à la terrible catastrophe nucléaire survenue le 26 avril 1986 à Tchernobyl.
Voilà le point de départ du roman.
Léna est partie vivre en France avec ses parents et sa grand-mère, alors qu’Ivan a dû rester dans cette zone d’exclusion, où la nature reprend petit à petit ses droits en s’adaptant, mais les radiations sont encore là, pour des milliers d’années.

Alexandra Koszelik raconte, ou plutôt nous conte tout cela comme une histoire un peu “magique” avec beaucoup de sensibilité et d’émotion.
Je suis passé par plusieurs sentiments tout au long du récit. Il y a de la poésie cachée entre ses lignes, mais il y a aussi des événements chocs et marquants !

C’est à la fois un récit émouvant et réaliste, décrivant avec justesse une catastrophe humaine sans précédent, mais c’est aussi une histoire d’exil. Léna est déracinée. Elle ne peut en parler à ses parents, qui eux, désirent tout oublier. Seule sa grand-mère Zenka pourra l’aider. Mais le temps va faire son travail et petit à petit ses souvenirs d’Ivan et de son “ancienne” vie s’estompent…
Mais c’est surtout, une très belle histoire d’amour qui se déroule sur 20 ans.
En effet, Lena et Ivan étaient deux moitiés inséparables qui soudain se retrouvent cruellement éloignés.
Alors, Ivan, tous les ans, à date anniversaire, va écrire une lettre, tantôt bouleversante, tantôt terrible à “sa” Léna. Lettre qu’il ne pourra envoyer puisqu’il ne connait pas son adresse. Ce sera façon d’essayer de contrôler sa vie, son quotidien.

Tandis que Lena, elle, va…

Je vous laisse la possibilité de le découvrir par vous-même, en lisant ce roman plein de beauté, de mélancolie et de poésie.

Alexandra, avec beaucoup de finesse et de psychologie, va vous faire avancer le fil du temps de cette ode à la vie, à la liberté et à l’amour, jusqu’au dénouement final.
Dénouement certes un peu attendu, mais il ne pouvait en être autrement…

À crier dans les ruines”, roman qui explore un passé récent, est un très beau premier roman qui m’a touché et ne vous laissera sûrement pas indifférent…

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Souvent, la dernière attention, un dernier geste ou regard, n’est pas prise au sérieux. On ne sait jamais quand elle arrive, personne n’y prend garde, l’instant glisse sur nous et s’échappe. Mais quand le dernier instant se fige, quand on sait qu’il portera le nom de « dernier », alors l’instant revient et perfore l’inconscient. Si j’avais su… »

« Léna entra dans son ancienne école avec effroi. Dans cette classe, le sol était jonché de cahiers ouverts et éventrés. Quelques jouets attendaient toujours que des paumes chaudes d’enfants les reprennent. Un peu plus loin, elle eut envie de mettre de l’ordre dans ces stylos poussiéreux, puis de remettre droite cette affiche Jaunie. Elle laissa ses gestes en suspens. Dans cette brocante à ciel ouvert, s’étalait sa vie d’antan. »

Alexandra Koszelyk est née en 1976. Elle enseigne, en collège, le français, le latin et le grec ancien. Elle vit et travaille en région parisienne.

C’est aussi une blogueuse littéraire.
Sur son blog “Bric à Book”, elle organise chaque semaine des ateliers d’écriture.

Cercle littéraire

Château de Maffliers 24 janvier 2020

IMG_2435

Ce soir, dîner aux chandelles au Château de Maffliers, Corinne et Jean-Pierre Tartare reçoivent Jérôme Attal.

83999155_2629240184025734_935628715281350656_n.jpg

Je ne présente plus le Château, un magnifique domaine dont les jardins s’étendent à perte de vue.

Jérôme un brin fantaisiste qui est venu nous parler de son roman “La petite sonneuse de cloches”, nous a fait passer une excellente soirée.

IMG_2437.jpg

Tantôt conteur, tantôt guitariste, tantôt pianiste…

IMG_2439.jpg

83004576_2629240220692397_7809126232125079552_n.jpg

Il nous a même poussé à la chansonnette sur un “Hey Jude” à plusieurs voix.
C’était très chaleureux… et émouvant.

Une soirée très intense à Maffliers…

image0.jpeg

image1.jpeg

……………………………

La Petite Sonneuse de cloches
de Jérôme Attal (Auteur)
Broché – 22 août 2019
Éditeur : Robert Laffont

Deux époques entrelacées, deux histoires d’amour qui se confondent en une chasse au trésor fiévreuse et romantique dans les rues de Londres.

1793. Le jeune Chateaubriand s’est exilé à Londres pour échapper à la Terreur. Sans argent, l’estomac vide, il tente de survivre tout en poursuivant son rêve de devenir écrivain. Un soir, tandis qu’il visite l’abbaye de Westminster, il se retrouve enfermé parmi les sépultures royales. Il y fera une rencontre inattendue : une jeune fille venue sonner les cloches de l’abbaye. Des décennies plus tard, dans ses Mémoires d’outre-tombe, il évoquera le tintement d’un baiser.
De nos jours, le vénérable professeur de littérature française Joe J. Stockholm travaille à l’écriture d’un livre sur les amours de l’écrivain. Quand il meurt, il laisse en friche un chapitre consacré à cette petite sonneuse de cloches. Joachim, son fils, décide alors de partir à Londres afin de poursuivre ses investigations.
Qui est la petite sonneuse de cloches ? A-t-elle laissé dans la vie du grand homme une empreinte plus profonde que les quelques lignes énigmatiques qu’il lui a consacrées ? Quelles amours plus fortes que tout se terrent dans les livres, qui brûlent d’un feu inextinguible le cœur de ceux qui les écrivent ?

 

2020_003_Jérôme Attal - La petite sonneuse de cloches

 

Bonjour à toutes et à tous…

J’aime beaucoup le genre de roman qui mêle habilement réalité historique et fiction. Jérôme Attal se penche sur un véritable élément de la vie de Chateaubriand avec délicatesse, humour et romantisme en mélangeant avec aisance, une histoire ancienne à une histoire contemporaine par un habile jeu de miroirs.

« J’entendis le bruit d’un baiser, et la cloche tinta le point du jour », est LA phrase tirée des “Mémoires d’Outre-tombe” qui va déclencher l’intrigue de ce récit. Une histoire d’amour méconnue De Chateaubriand, alors qu’il était en exil à Londres en 1793…

J’ai beaucoup aimé l’originalité et la crédibilité de l’immersion historique. Mais, après mon enthousiasme du début, lié à une idée de départ prometteuse, alors que tension et mystère disparaissaient pour céder la place à une intrigue romantique, peu à peu, j’ai décroché.
Il aura fallu que deux charmantes demoiselles, Mirabel et Violet viennent, par leur ton joyeux et déluré, me raccrocher au récit et susciter un nouvel intérêt.
Je garderai l’impression globale d’un bon livre, brillant, tant par son style d’écriture, que par la construction du récit, mais “La petite sonneuse de cloches” n’a pas pour moi, tenu toutes les promesses que son idée originale avait fait résonner en moi.

Néanmoins le récit de Jérôme reste un roman très agréable à lire.

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :
« En remontant les rues étroites de Soho, une puissante averse de grêle les surprend, tombe sur leurs épaules. Pour y échapper, ils courent en se tenant la main, insouciants, libres pour quelques heures. Comme elle est trempée, et qu’elle lui dit qu’elle ne peut pas rentrer chez elle dans cet état, il propose de la conduire chez lui pour se sécher, à deux pas, dans son grenier de Mary-le-Bone.
Elle accepte et reste à ses côtés bien après que la dernière flamme de la torche suspendue à la dernière maison du quartier ait rejoint l’enclos de la nuit. »

…/…

« Une fille habillée en soubrette prit notre vestiaire. Mirabel lui confia son manteau et sa pochette en carton sans que je sache ce qui était le plus imprudent des deux. Mon trouble décupla face au spectacle délicieux de ses épaules nues dans sa robe en lamé et de ses cheveux aux reflets or brun qui ruisselaient sur ses clavicules sous les lustres du couloir. Je lui dis que la couleur de ses yeux me faisait penser à l’un des anges du diptyque de Wilton, ou à tous les anges à la fois, dès le moment où son regard se porte sur moi. »

 

 

Jérôme Attal est parolier et écrivain, et l’auteur d’une dizaine de romans. Chez Robert Laffont, il a publié Aide-moi si tu peux, Les Jonquilles de Green Park (prix du roman de l’Ile de Ré et prix Coup de cœur du salon Lire en Poche de Saint-Maur), L’Appel de Portobello Road et 37, étoiles filantes, (prix Livres en Vignes et prix de la rentrée  » les écrivains chez Gonzague Saint Bris »).