Émotion, Humour, Philosophique, Romance

Nos silences ne sont pas des chansons d’amour

de Tom Noti
Broché – 9 novembre 2020
Éditeur : Éditions la Trace

Bandeau_Tom.jpg

Si vous n’aviez qu’un ami,
mais qu’il était fan de karaoké…
Si vous n’aviez qu’un frère,
mais qu’il était parti vivre sa passion loin de vous…
Si vous n’aviez qu’une passion,
mais que la vie l’avait mise en sourdine…
Et si vous receviez des textos de votre mère,
mais qu’elle était pourtant morte depuis des années…

÷÷÷÷÷÷÷

Déjà bientôt un an, que j’ai découvert Tom Noti avec un roman qui m’a mis du baume au cœur, “Elles m’attendaient”…
https://leressentidejeanpaul.com/2019/12/12/elles-mattendaient/

 

2020_071_Noty Tom - Nos silences ne sont pas des chansons d'amour

 

Nos silences ne sont pas des chansons d’amour…

Après une superbe préface de David Zaoui qui donne le ton, Tom Noti avec ses mots simples et fragiles m’a emporté dans son histoire.

Et pas n’importe quelle histoire…

C’est l’histoire d’un rétroviseur de tramway qui rencontre la pommette gauche d’Aldino il y a quelque temps, créant ainsi une cicatrice blanche, tandis que son nez saigne constamment,

C’est l’histoire d’Émilie qui rentre un soir du travail et voit le linge sale entassé sur le sol de la salle de bain,

C’est l’histoire d’un grand frère qui ramène depuis sa plus tendre enfance, des médailles qui scintillent, des fanions, des statuettes et coupes diverses… Primo, parti en Angleterre est un “très grand” footballeurs,

C’est l’histoire d’une famille italienne, où tous les membres ne vivent pas sur la même longueur d’ondes. D’une maman et d’un papa partis trop tôt… ou peut-être pas !

L’histoire d’une maman qui continue a envoyer des messages à son fils, l’histoire de Ludo furieux car Aldino embrasse Gabrielle, l’histoire aussi d’un premier appartement qui fait rentrer le soleil et la nature entre ses murs, d’une vieille coccinelle orange qui craque un peu et tombe trop souvent en panne, mais qui reste fidèle, d’une chanteuse lyrique, puis de deux chanteuses lyriques, de l’Épiphone de Noel Gallagher et des premiers albums d’INXS… (Tom, j’ai toujours les miens !)

C’est l’histoire de la vie…
Mais pas n’importe quelle vie !

La vie d’Aldino rebondit sur chaque idée, chaque mot durant les 244 pages du roman.

Sans oublier, le bonus-track en dernières pages…
Sans oublier, Charles Aznavour, Étienne Daho, Jean-Jacques Goldman, Julien Clerc, Michèle Torr… et tous les autres.

Bravo Tom, et merci pour ce roman qui est venu à moi, qui s’est inscrit comme une parenthèse dans mon quotidien. Qui m’a fait rire et sourire bien sûr (j’arrivais même parfois à entrevoir ton sourire et tes yeux malicieux à certains passages), mais l’histoire m’a aussi fait réfléchir sur certaines choses que je n’imaginais même pas !
Que d’émotions…

Le passé est passé, le futur est encore loin…
Je dois maintenant me fixer sur le jour, l’heure, le moment que je vis…
Lutter contre les silences anesthésiants qui pourrissent mon existence, faire disparaître mes bosses et mes cicatrices.

Merci Aldino

Coup de cœur !!!

PS. Une fois lu, n’hésitez pas à partager ce livre autour de vous, à vos proches, à vos amis… Ils vous en seront toujours reconnaissants.

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Soudain, la voix de ma mère. Parce que crier, ça, elle savait bien le faire, ma mère ! Quand elle se taisait, ma mère, ce n’était pas bon signe… Par exemple lorsqu’à la fin d’un match, elle voyait une fille ou deux rôder autour de Primo, mon frère, à la sortie des vestiaires du stade municipal, et bien là, elle se taisait drôlement fort. Ce n’était même pas se taire. C’était se renfrogner, se fermer, se cadenasser, se bétonner. Et il était compact, le béton des armées de ses sentiments à elle, la mamma italienne. »

…/…

« Elle est ressortie de la chambre vêtue d’un vieux jeans et tee-shirt informe. Elle a pris la bouteille d’eau dans le frigo trop vide (toujours pas de remarque) et elle s’est installée sur le canapé. De tout son long. Les pieds sur l’accoudoir, du côté de la fenêtre. Pas une miette de place pour moi. Mes miettes étaient sur la table basse. Ça sentait mauvais cette bagarre qui couvait. Affrontements retardés. Je préférais les colères impulsives aux stratégies militaires, au tactique de combats. J’ai pensé à Ikea. J’ai pensé qu’elle avait eu raison, la dernière fois qu’on y était allé, qu’on aurait du acheter ce fauteuil en promo. Je rechignais toujours à sillonner les allées d’Ikea et encore plus à acheter des meubles, de manière générale. Il n’était pas si mal, ce fauteuil ! J’aurais su où me poser à présent. Parce que là, grand con debout, les bras ballants dans l’attente d’une salve de reproches, je perdais d’emblée le combat sur la dignité. »

 

 

Tom Noti, il vit au creux de montagnes majestueuses qui sont son oxygène. Ses histoires racontent les gens qui avancent, vaille que vaille, avec leurs sentiments en bandoulière et les casseroles qu’ils trimballent. Il est l’auteur de plusieurs romans dont “les naufragés de la salle d’attente” et “Elles m’attendaient”.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s