Philosophique, Émotion

Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler

de Luis Sepulveda
Poche – 22 janvier 2021
Éditions : Métailié

Zorbas le chat a promis à la mouette qui est venue mourir sur son balcon de couver son dernier œuf, de protéger le poussin et de lui apprendre à voler. À travers leurs aventures, on découvre la solidarité, la tendresse, la nature et la poésie.

 

 

En voilà un joli conte rempli de tendresse, de tolérance et beaucoup de courage !

Cela faisait plusieurs années que je voulais lire du “Sepulveda” !
Beaucoup de gens m’en parlaient, toujours en bien, je vois maintenant pourquoi.

C’est un conte qui peut s’adresser aux grands comme aux petits. C’est drôle, vivant et très actuel. Les personnages à ma grande surprise sont très réalistes, dit celui qui a cinq chats à la maison !!!
C’est un récit qui parle avant tout d’amitié et de tolérance. Zorbas, un bon gros chat noir se prélassait au soleil en ronronnant. Soudain surgissant de nulle part, une mouette engluée de pétrole fonce sur lui à grande vitesse. Il a juste le temps de s’esquiver quand elle s’écrase là où il se trouvait quelques secondes plus tôt ! Il s’approche du volatile et cherche tout de suite à le relever.
Se sentant mourir, la mouette fait jurer à Zorbas, de s’occuper de l’œuf qu’elle va pondre, de s’en occuper jusqu’à la naissance du poussin, puis de lui apprendre à voler…

Luis Sepulveda développe dans son récit une belle notion d’entraide, et il le fait très bien !
Je n’ai pu m’empêcher de vivre plusieurs rôles à la fois. Et qu’aurais-je fait à sa place ? Et pourquoi pas ci, et pourquoi pas ça ?
Il est aussi question de pollution, d’environnement, de compassion pour les plus faibles et d’acceptation des différences.
Le talent et la sensibilité de l’auteur, par les images qu’il nous envoie, nous transmettent une vérité plus simple à comprendre pour les enfants, plus abordable psychologiquement, sans éviter les sujets graves et importants permettant ainsi d’éveiller la conscience écologique au plus tôt.
Luis est un magicien, les chats miaulent plusieurs langues, les singes et les chats se comprennent, les mouettes et les chats aussi. Luis, m’a fait retourner en enfance durant ma lecture.

L’amitié
La transmission
La bienveillance
Mais c’est bien sûr, beaucoup plus que cela !

Une très belle histoire…

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« – J’ai beaucoup de peine de te laisser tout seul, dit l’enfant en caressant le dos du chat grand noir et gros.
…/…
Le chat grand noir et gros le regardait avec attention, assis sur le bord de la fenêtre, son endroit préféré.

J’ai pris mes lunettes pour nager ? Zorbas, t’as pas vu mes lunettes ? Non, tu ne les connais pas, toi, tu n’aimes pas l’eau. Tu ne sais pas ce que tu perds. La natation est un des sports les plus amusants. Des croquettes ? proposa l’enfant en prenant une boîte de croquettes pour chat. »

« – Maman ! Maman ! cria le poussin qui avait quitté son œuf.
Il était blanc comme du lait et des plumes minces, clairsemées et courtes couvraient à moitié son corps. Il essaya de faire quelques pas et s’écroula contre le ventre de Zorbas
.
Maman ! J’ai faim ! piailla-t-il en lui picorant la peau.
Qu’est-ce qu’il allait lui donner à manger ? Jesaitout n’avait rien miaulé à ce sujet. Il savait que les mouettes se nourrissaient de poissons, mais d’où est-ce que, lui, il allait sortir un morceau de poisson ? Zorbas courut à la cuisine et revint en faisant rouler une pomme. »

« Les humains sont imprévisibles ! Souvent, avec les meilleures intentions du monde, ils causent les pires malheurs, déclara Colonello.
C’est bien vrai. Prenons Harry, par exemple, c’est un brave homme, il a bon cœur, mais, comme il a une grande affection pour le chimpanzé et qu’il sait qu’il aime la bière, chaque fois que le singe a soif, il lui en donne une bouteille. Ce pauvre Matias est un alcoolique qui a perdu toute honte, et quand il se soûle, il se met à glapir des chansons terribles. Terribles ! miaula Jesaitout. »

 

 

Luis Sepulveda (1949-2020) est l’auteur, entre autres, du “Vieux qui lisait des romans d’amour”, de “Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis” et de “Histoire d’une baleine blanche”. Ses livres sont traduits dans 50 pays.

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s