Noir, Suspense, Folie, Psychologie

La Doublure

de Mélissa Da Costa
Broché – 28 septembre 2022
Éditions : Albin Michel

• Bandeau_Intro - bis.jpg

Passion, faux-semblants, emprise… Qui manipule qui ?

Une jeune femme fragile en quête d’un nouveau départ.
Un couple magnétique et fascinant prêt à lui ouvrir les portes de son monde doré.
Un trio pris au piège d’un jeu cruel et d’une dépendance fatale.
Dans ce roman sombre et envoûtant, Mélissa da Costa explore, à travers l’histoire d’une passion toxique, la face obscure de l’âme humaine et les méandres du désir.

Après les succès de Tout le bleu du ciel, des Lendemains, de Je revenais des autres et des Douleurs fantômes, romans aux deux millions de lecteurs, elle révèle une nouvelle facette de son talent.

 

• Couv_2023-004_Da Costa Melissa - La doublure.jpg

 

Je viens de terminer “La doublure”, de Mélissa Da Costa.
Un roman sombre et envoûtant qui restera forcément dans ma mémoire…

Mélissa était pour moi l’auteure qui me permettait de respirer et d’inspirer le bonheur, ses romans m’ont régulièrement mis des paillettes dans le cœur et des larmes aux yeux. Des larmes de tristesse, mais aussi des larmes de bonheur et à chacun de ses romans, j’ai ressenti ce même plaisir renouvelé.

“La doublure”, je le savais allait être différent. Sans lire aucun retour d’autres lecteurs, j’avais quand même entendu ici et là, qu’il était très différent des autres. Par ailleurs Albin Michel ne le cache pas, en quatrième de couverture, il indique : “Elle révèle une nouvelle facette de son talent.”

Et quelle facette !
C’est un livre qui prend aux tripes, qui brûle les veines et échauffe les esprits malgré une noirceur quasi-constante.
Je ne m’attendais pas à cette thématique du tout. Il m’a fallu aller doucement avant de réaliser l’ampleur artistique du récit, faire quelques pauses pour apprécier l’univers déroutant et malsain qui comme un uppercut m’a parfois sonné, estomaqué. On plonge dans le pire de la folie, entre le sexe et la drogue, entre le bien et le mal.

Clara, une peintre “possédée” par la Religion et l’idée La Femme fatale, entraîne Pierre son mari, et Evie “sa doublure”, dans un univers artistique qui côtoie la folie humaine, la mort et la dépravation. Son monde est glauque, toxique et suffocant. Elle se complaît dans un trio amoureux qu’elle dirige du bout des doigts telle une reine adulée. Elle peint ses “visions” torturées seule dans son atelier, durant des heures et des heures et c’est Evie qui donne à l’extérieur, vie à l’artiste en se transformant en “Calypso” dans les expositions et les galeries, qui répond aux journalistes, devenant définitivement “l’image” de l’artiste…

Clara est une manipulatrice détestable de très haut niveau…
Mais… finalement, qui manipulera qui ?

Avec une fin que je n’ai pas pu venir du tout, j’avoue avoir été complètement embarqué par le récit.
Je n’ai pas retrouvé la Mélissa que je connaissais, mais une Mélissa qui prend des risques. Le risque de se planter, le risque de déplaire à son lectorat, le risque de se faire bouder et le risque d’être attendue à son retour !

Personnellement, je l’admire pour cela. Et même, si tout le roman ne m’a pas séduit de la même façon, force est de constater que Mélissa “a grandi”, et que ses atouts littéraires et artistiques la place définitivement chez les grands auteur(e)s français(se) !

Un roman dérangeant avec de nombreux rebondissements, une intrigue qui monte crescendo !
Un roman à lire absolument… pour se faire son opinion.

÷÷÷÷÷÷÷
Extraits :

« L’éternel, Dieu façonna l’homme avec la poussière de la terre. Il insuffla un souffle de vie dans ses narines, et l’homme devint un être vivant.
L’éternel Dieu planta un jardin en Éden, du côté de l’est, et il y mit l’homme qu’il avait façonné.
L’éternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toutes sortes, agréables à voir et porteurs de fruits bons à manger. Il fit pousser l’arbre de la vie au milieu du jardin, ainsi que l’arbre de la connaissance du bien et du mal.
L’éternel Dieu donna cet ordre à l’homme : “tu pourras manger les fruits de tous les arbres du jardin, mais tu ne mangeras pas le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras, c’est certain.”
L’éternel Dieu dit : “Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Je lui ferai une aide qui soit son vis-à-vis.”
L’éternel Dieu forma une femme à partir de la côte qu’il avait prise à l’homme et il l’amena vers l’homme. »

« C’est sous un soleil déclinant, mais encore chaud de septembre que je débarque le lendemain à la gare de Nice. L’air sent les embruns et les cigales chantent encore fort. Pierre Maman m’attend au volant d’un cabriolet rutilant qui coûte probablement très cher et j’ai presque honte de poser mon jean, vingt euros sur ses sièges en cuir. »

« C’est Pierre qui entre d’abord, puis elle apparaît à son tour. Une fine silhouette vêtue de noir. Clara Manan.
Si je devais lui donner un âge, je ne lui donnerais pas plus de trente ans. Elle porte une longue combinaison noire, ample et légère. Ses pieds sont nus. Ses mouvements sont doux, empreints d’une lenteur naturelle. »

« Lilith a été vengée sur tous les plans. Elle n’a pas fait une, mais quatre victimes.
– Quatre victimes ?
– Adam, trahi par sa propre femme, s’accouplant avec le serpent. Ève, bafouée, possédée par la ruse. L’enfant Caïn, devenu assassin, et son jumeau Abel… tué par son frère.
– Elle était monstrueuse… »

 

 

Mélissa Da Costa est une romancière française.
Après des études d’économie et de gestion à l’Institut d’administration des entreprises de Lyon (IAE) (2008-2011), elle est chargée de communication dans le domaine de l’énergie et du climat. Elle suit également des formations en aromathérapie, naturopathie et sophrologie.

Recherche compagnon(ne) de voyage pour ultime escapade (2017), sorti en librairie sous le Tout le bleu du ciel (2019), est son premier roman.
Salué par la presse, il a reçu le prix du jeune romancier au salon du Touquet Paris Plage.
https://leressentidejeanpaul.com/2021/09/17/tout-le-bleu-du-ciel/

Je revenais des autres (2017), et Les Lendemains (2020), sont portés par les libraires et salués par la presse, ils ont conquis plus d’un million de lecteurs.
https://leressentidejeanpaul.com/2021/08/04/je-revenais-des-autres/
https://leressentidejeanpaul.com/2022/04/18/les-lendemains/

Les douleurs fantômes (2022) est lauréat du Prix Babelio – littérature française 2022.
https://leressentidejeanpaul.com/2022/08/25/les-douleurs-fantomes/

Elle figure au palmarès du Figaro des auteurs français ayant le plus vendus de livres.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s