Fantastique, Thriller

La porte d’Abaddon

de Mathieu Bertrand
Broché – Livre grand format, 8 juillet 2021
Éditeur : M PLUS

Bandeau_Intro.jpg

Janvier 1519 : Le capitaine Philippe d’Alesani est chargé par le Connétable Charles de Bourbon d’épurer la France des sorcières qui la hantent et qui continuent à échapper à la Sainte Inquisition. Lors d’une mission, il poignarde le sorcier Bune avant que ce dernier ne puisse lui révéler l’emplacement de la Porte du Mal.

Janvier 2019, Sud de la France : Isabelle vit un enfer auprès d’un mari alcoolique et violent. Son fils se met en tête d’assassiner ce père qui les terrorise. Dans le même temps, le commandant Patricia Lagazzi, officier de gendarmerie spécialisé dans les affaires criminelles liées aux phénomènes inexpliqués est missionnée dans les Landes pour y enquêter sur des disparitions qui s’y succèdent dans des circonstances étranges. Deux histoires sans le moindre point commun et qui pourtant vont s’entrechoquer dans une lutte qui mêlera sorcellerie, ordre religieux et services spéciaux du Ministère de l’Intérieur…

 

2021_080_Bertrand Mathieu - La porte d'abaddon

 

Après avoir lu “Le manuscrit des damnés” et “Les émeraudes de Satan”, deux thrillers ésotériques de Mathieu Bertrand, il me tardait de le retrouver avec “La porte d’Abaddon”, un livre qui dès les premières pages m’a complètement retourné…

Au XVIème siècle, le capitaine Alesani se voit confier diverses missions pour arrêter la sorcellerie et la magie noire. Il s’oppose au sorcier Bune qui sacrifiant dix âmes prépare le retour son maître, par le biais d’une porte du Mal. Mais Bune échoue…

Cinq cent ans plus tard, il est prêt à recommencer.

De nos jours l’œuvre du capitaine Alesani continue, des hommes et des femmes combattent les forces du mal à travers le monde.

À Mont-de-Marsan, la police assiste impuissante à plusieurs disparitions, l’enquête piétine. Patricia Lagazzi, commandant de police spécialisée dans les affaires criminelles liées à des phénomènes qui sont inexpliqués, intervient avec méthode et aborde l’enquête à “sa façon”.
Quel est donc ce sorcier, décidé à tout mettre en œuvre pour libérer sur terre un démon ?

Au même moment, chez eux, Isabelle et son fils Franck n’en peuvent plus des brutalités qu’ils subissent quotidiennement.
Christophe, mari d’Isabelle alcoolique et violent de nature, ne supporte plus son fils chômeur qui vit toujours à ses dépends. Alors il boit. Il boit jusqu’à perdre le contrôle. Ainsi, tous les jours Franck subit les coups portés par son père, et Isabelle est régulièrement violée. Le climat familial est très tendu, explosif même…

Deux histoires bien différentes. Et pourtant…

Le récit de Mathieu est parfaitement maitrisé et aussi très bien documenté.
Malgré les deux intrigues qui évoluent en parallèle, elles finiront bien sûr par s’entrecroiser.

Un livre sans temps morts, avec de l’action, une ambiance oppressante et glaçante. Plus l’intrigue avance, plus il vous sera difficile de le laisser.
Avec un dénouement à la hauteur du récit…
Mais j’en ai suffisamment dit. Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Un thriller ésotérique et fantastique parfaitement mené et une fois de plus, une très belle découverte !

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Les six soldats du roi Henri mirent pied-à-terre à moins de cent mètres de la cabane du sorcier Bune. Après avoir attaché leurs chevaux, ils formèrent un demi-cercle autour du capitaine Philippe d’Alesani. Les jambes écartées, les bras dans le dos, ils attendaient les dernières consignes.
Le jeune officier releva le col de sa vareuse et pencha la tête légèrement en arrière pour scruter le ciel. Les pâles rayons de soleil du début d’après-midi avaient disparu depuis bien longtemps. Dans moins de deux heures, il ferait totalement nuit. Philippe d’Alesani réfléchit un instant. Il ne devait rien oublier et surtout, ne pas laisser quoi que ce soit au hasard. »

« Tout en garant sa voiture sur un parking du centre-ville de San Sebastián, il sourit aux souvenirs des hurlements qui sortaient de la gorge de l’un des vieux brésilien quand, à l’aide d’une machette, Bune lui avait sélectionné les membres les uns après les autres jusqu’à ce que ce dernier se soit totalement vidé. Il avait ensuite bu le sang du sorcier quimbanda pour, comme avec la vieille Ardéchoise, s’en approprier la force. »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s