Philosophique, Polar historique

Vienne la nuit, sonne l’heure

Jean-Luc Bizien
Poche – 7 juin 2012
Éditeur : 10×18 – Grands détectives

Qu’est-ce que la violence ? Une question singulière à laquelle l’aliéniste Simon Bloomberg va chercher à répondre… pour son plus grand malheur. Au fil des jours, les troublantes confessions de ses patients révèlent leur part de cruauté la plus sombre. Dès lors, le praticien est plongé à son tour dans un tourbillon de fureur, au risque de se perdre lui-même au cœur des ténèbres.

Quand un psychiatre est pris dans l’engrenage de la violence.

 

2020_063_Bizien Jean-Luc - Vienne la nuit, sonne l'heure.jpg

 

Comme je l’avais prévu, j’ai enchainé avec le 3ème tome de “La cour des miracles”…

J’ai eu moins de surprises avec le style de la narration très bien travaillé, qui m’a transporté automatiquement au XIXe siècle, les descriptions du Paris de l’époque sont toujours aussi réussies. Par contre l’évolution de la relation entre les personnages est très différente dans ce tome. On retrouve la jeune et belle Sarah et ses problèmes de cœur, Ulysse, le colosse aussi grand que gentil, qui sera lui la proie de ses démons. Mais ici, le personnage central, sera le docteur Bloomberg qui se pose tout un tas de questions. Des questions sur la vie, sur SA vie, SES compétences et SON avenir.
Va-t-il réussir à surmonter son deuil ?
Il se sent perdu…
Tout un tas de questions qui obscurcissent son jugement et vont mettre sa vie en péril.
Il est toujours amoureux d’Elzbiéta qui est décédée, mais, n’arrive pas à se passer de sa présence. Il continue ainsi à lui parler, allant même jusqu’à tenir un journal où il écrit toutes ses réflexions qui sont adressées aussi bien à elle, qu’à lui…

Ce troisième opus de la série est plus sombre.
Il est placé sous le signe de la violence et de la manipulation.
Mensonges, jalousies, un mari qui frappe sa femme ne supportant plus ses sorties quotidiennes, des secrets cachés au cœur des catacombes, des bagarres, un vrai labyrinthe… Bref, un récit chargé en émotions diverses et plus axé sur la psychologie aussi. Du coup beaucoup de choses “ont vibré” en moi. Parfois une sorte de vécu… Sur la violence, l’injustice et la peur d’un futur de plus en plus compliqué à appréhender.

J’espère que comme moi vous vous laisserez entraîner par l’histoire !
Je n’ai rien vu venir… Le dénouement est excellent… Mais Chuuut…
Vous trouverez vous-même les réponses en temps voulu !

Je ne dirai qu’une chose.
Bravo Jean-Luc !

Encore une fois ce roman peut se lire séparément des autres tomes, mais le mieux reste de les lire dans l’ordre chronologique, afin de suivre toutes les progressions psychologiques. “La chambre mortuaire”, “La main de gloire”, puis celui-ci.
J’attendrai la suite avec impatience, si jamais suite il y a !

Premier volet de la saga :
https://leressentidejeanpaul.com/2020/08/17/la-chambre-mortuaire/

Second volet de la saga :
https://leressentidejeanpaul.com/2020/09/04/la-main-de-gloire/

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« – Oui, je suis violent ! martelait Genest. Mais je retourne le plus souvent cette colère contre moi. C’est à moi que je fais du mal, c’est moi que je punis. Je brise des objets qui me sont chers, je frappe les murs, je ME châtie… pour des choses que je n’ai pas commise, mais dont la cruelle injustice ne m’est que souffrance. »

…/…

« Je pense à toi, Elzbiéta, à ce qu’ils t’ont fait subir. À ton visage quand je t’ai retrouvé, à ta peau glacée sous mes doigts… je n’ai pas su te protéger, je n’ai pas deviné les dangers qui te menaçaient.
Ne serais-je pas, une fois encore, l’unique responsable s’il lui arrive quelque chose ?
Mais je ne sais comment la mettre en garde sans outrepasser mes fonctions, sans apparaître pour ce que je ne suis pas – ou ce que je ne veux pas être.

J’aimerais tant que tu sois là, Elzbiéta !
Tu saurais trouver les mots. »

 

 

Né en 1963 à Phnom-Penh (Cambodge), Jean-Luc Bizien a vécu une grande partie de son enfance à l’étranger. Il a exercé pendant une quinzaine d’années la double profession d’auteur et d’enseignant avant de se consacrer totalement à l’écriture. Jean-Luc Bizien s’épanouit d’abord dans les jeux de rôles et les littératures de l’imaginaire : il a obtenu en 1994 le prix Casus Belli du meilleur jeu de rôles pour Chimères et a publié de nombreux livres pour la jeunesse. En 2002, il a obtenu le prix du roman d’aventures pour “La Mort en prime time” et le prix Fantastic’Arts pour “WonderlandZ”. Passant avec bonheur d’un genre à l’autre, il est l’auteur aux éditions Gründ de Vivez l’Aventure, une série de livres-jeux illustrés qui rencontre un grand succès et de la “Trilogie des ténèbres”, des thrillers contemporains aux éditions du Toucan.
Les œuvres dont il est le plus fier sont cependant ses deux fils, Elric et Adriel, respectivement parus en 1990 et 2005.

Polar, Polar historique

La main de gloire

Jean-Luc Bizien
Poche – 2 juillet 2009
Éditeur : 10×18 – Grands détectives

Tandis que l’Exposition universelle bat son plein au pied de la Tour Eiffel flambant neuve, un assassin sème la terreur dans Paris, défiant les services de la Sûreté. Après la découverte en pleine rue de la main momifiée d’une jeune femme, puis celle du corps mutilé d’un malfrat, les macchabées s’amoncellent. Alerté par la police, l’aliéniste Simon Bloomberg reprend du service, aidé de son intrépide gouvernante, Sarah Englewood. La Cour des miracles est transformée en quartier général : il faut agir au plus vite pour démasquer un ennemi aussi redoutable qu’insaisissable. Mais qui est donc ce criminel surgi de nulle part ? Un tueur professionnel, un dément qui frappe au hasard… Ou bien un monstre, que rien ni personne ne peut arrêter ?

 

2020_062_Bizien Jean-Luc - La main de gloire.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous…

 

“La Main de Gloire” fait suite à “La chambre mortuaire”, que je vous conseille de lire avant, pour bien cerner les personnages et leur histoire.

C’est avec beaucoup de joie que je retrouve les personnages que j’avais découverts et appréciés dans le tome précédent.
Simon Bloomberg, aliéniste, y apparaît plus à l’écoute, Ulysse, le colosse un peu simplet toujours aussi gentil et Sarah Englewood sa nouvelle gouvernante. Ensemble ils aident régulièrement un duo de policiers, atypique et assez drôle, à élucider des crimes…

Dans ce volet, il sera question de cadavres momifiés, de mains tranchées retrouvées en plein Paris, de petits cambrioleurs portés disparus, mais surtout de magie noire.

Hormis l’ambiance particulière de la cour des miracles et de la maison pyramide du Dr Bloomberg, les faits se déroulent au cœur de l’expo universelle de Paris et ses attractions typiques. On y croisera ainsi Buffalo Bill, le magicien Chung Ling Soo et des indigènes exposés comme de vulgaires bêtes sauvages.

J’ai été une fois encore complètement happé par l’univers et les personnages de Jean-Luc Bizien. Avec cette série, il fait preuve d’une très grande rigueur, pour faire évoluer ses personnages au cœur d’une intrigue, dans le Paris de la fin du XIXe siècle, plus vrai que nature. Mon attention a été régulièrement attirée vers une multitude de petits détails, sans pour autant me laisser distraire, me permettant de m’évader complètement dans cette époque.

Je ne saurai dire si, ce second tome est mieux au pas que le premier. C’est encore une fois, une enquête pleine de rebondissements qui, quand on pense qu’elle est résolue, ne l’est toujours pas…
Belle surprise, je ne m’attendais pas du tout à cette fin !
J’aime beaucoup cette série policière dont les protagonistes sont originaux et charismatiques.

Jean-Luc, confirme pour moi qu’il n’est pas n’importe quel auteur. Non seulement il se sent à l’aise dans tous les styles, mais surtout il arrive à s’imprégner des différentes époques et des différents personnages qu’il crée dans ses romans et à nous transmettre ensuite son imprégnation, comme si vous y étiez !

Soyons fou…
J’enchaine avec le troisième volet de la saga !

Premier volet de la saga :
https://leressentidejeanpaul.com/2020/08/17/la-chambre-mortuaire/

PS.
Je vous conseille aussi, “Les veilleurs” du même auteur.

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :

« Vous autres, Anglais, avez le mot juste pour chaque chose. C’est probablement ce qui fait de vous un peuple de chercheurs et de techniciens. Vous privilégiez la concision, allez droit au but. En France, nous avons au contraire privilégié l’art du discours. Nous sommes férus de rhétorique, nous adorons argumenter. Rien ne nous passionne plus qu’une discussion : nous aimons imposer notre point de vue, notre vision des choses, nous sommes prêts à nous battre pour des idées. Vous imaginez dès lors la difficulté à cerner la psychologie d’un homme qui peut exprimer ses sentiments de plusieurs de manières, selon l’humeur ? Sans doute est-ce la raison pour laquelle les autres nations nous pensent arrogants. Nous vénérons les mots, les poèmes, les écrits. »

 

 

Né en 1963 à Phnom-Penh (Cambodge), Jean-Luc Bizien a vécu une grande partie de son enfance à l’étranger. Il a exercé pendant une quinzaine d’années la double profession d’auteur et d’enseignant avant de se consacrer totalement à l’écriture. Jean-Luc Bizien s’épanouit d’abord dans les jeux de rôles et les littératures de l’imaginaire : il a obtenu en 1994 le prix Casus Belli du meilleur jeu de rôles pour Chimères et a publié de nombreux livres pour la jeunesse. En 2002, il a obtenu le prix du roman d’aventures pour “La Mort en prime time” et le prix Fantastic’Arts pour “WonderlandZ”. Passant avec bonheur d’un genre à l’autre, il est l’auteur aux éditions Gründ de Vivez l’Aventure, une série de livres-jeux illustrés qui rencontre un grand succès et de la “Trilogie des ténèbres”, des thrillers contemporains aux éditions du Toucan.
Les œuvres dont il est le plus fier sont cependant ses deux fils, Elric et Adriel, respectivement parus en 1990 et 2005.

Polar historique

La chambre mortuaire

Jean-Luc Bizien
Poche – 19 février 2009
Éditeur : 10×18 – Grands détectives

Étrange personnage que le docteur Simon Bloomberg ! Dans son hôtel particulier de la rue Mazarine à la façade presque aveugle, conçu comme une pyramide égyptienne, cet aliéniste au regard pénétrant et à la réputation sulfureuse traite ses patients selon des méthodes avant-gardistes qui font scandale. Lorsque la jeune Anglaise Sarah Englewood entre à son service, elle tombe immédiatement sous le charme de ce scientifique hors du commun, fascinée par le mystère qui l’entoure. Pourquoi ne voit-on jamais sa femme, une archéologue de renom dont les trouvailles encombrent chaque recoin de la maison ? Et pourquoi une des pièces est-elle interdite d’accès ? Tandis qu’une série de meurtres inexpliqués défraient la chronique parisienne, une relation trouble se noue entre l’intrépide Anglaise et l’ombrageux médecin…

 

2020_057_Bizien Jean-Luc - La chambre mortuaire.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous…

C’est en chinant à droite à gauche que je suis tombé sur ce roman, il y a quelques semaines par hasard.
C’est le premier tome d’une trilogie.

Dès le premier chapitre, l’auteur nous fait pénétrer dans un Paris angoissant. Simon Bloomberg est un médecin aliéniste et c’est le protagoniste principal de cette série historique et policière qui se déroule à Paris à la fin du XIXème siècle. L’exposition universelle, l’hôpital de la Pitié Salpêtrière et la clinique Sainte Anne où les aliénés y étaient enfermés plus que soignés.

Les chapitres sont courts et se terminent régulièrement par un rebondissement, suscitant un intérêt grandissant au fur et à mesure de ma lecture, accentuant de même le suspense du récit. Jean-Luc Bizien nous plonge dans un Paris en plein essor, où l’étude des traitements des maladies mentales était encore à ses balbutiements…

Simon Bloomberg, l’aliéniste est un homme plein de secrets. Le couple qu’il forme avec Sarah Englewood, sa gouvernante, est des plus attachant. Ulysse est un colosse un peu simplet mais gare à ceux qui se frotteraient à lui ! Elzbieta, la femme de Simon Bloomberg, est égyptologue et se trouve au milieu de toutes les énigmes et un “drôle” de duo de policiers qui cherche à résoudre cette étrange enquête. La maison des Bloomberg joue elle aussi un rôle très important dans le récit. Avec son imposante présence et son atmosphère pleine de secrets… C’est un véritable musée dédié à l’Égypte.
Il sera aussi question de personnes disparues, d’un cadavre volé, de séances de spiritisme, de légendes anciennes…

J’ai eu beaucoup de plaisir dans ma lecture, dont Jean-Luc ne dévoilera l’intrigue qu’à la toute fin, faisant ainsi un excellent polar sur trame historique fouillée et toute en finesse, avec des personnages attachants et surtout un scénario très original !
J’ai aimé aussi ce mélange de mystères inexpliqués et d’enquêtes policières, le Paris de l’époque est superbement bien retranscrit.

Merci Jean-Luc pour ce très bon roman et pour les personnalités intéressantes et très diverses des protagonistes, tous très attachant.
Il ne me reste plus qu’une chose à faire.
Essayer de trouver, et lire la suite des aventures du Dr. Bloomberg dans cette “Cour des Miracles” !

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« – Je ne serais pas surpris outre mesure d’apprendre un jour qu’elle milite pour la construction d’un pyramide en plein Palais du Louvre !
L’image était fort cocasse et Sarah en rit de bon coeur – une pyramide élevée au coeur du château, voilà qui relevait de la fantaisie ! »
…/…
« À l’extrémité de la pièce, un bureau repose, comme une baleine encore hébétée de sentir sous son ventre le contacte râpeux du sable. Un chandelier à sept branches l’illumine. Ses fumerolles hésitent, s’éloignent, titubent, puis plongent vers la voûte en s’accouplant furtivement avant de disparaître. La chaleur des flammes vient souligner le travail exquis du bois, la préciosité du sous-main de cuir. Il n’y a rien sur ce bureau, ou presque. Un encrier de cristal, où s’enfonce avec régularité une plume finement taillée. Et le chandelier, au pied duquel la cire inflige au cuir ses baisers cruels. On n’entend rien dans la pièce, ou presque. Soudain, il trace un rapide croquis, au trait fulgurant. Sa main entreprend alors un curieux ballet au-dessus du carnet. Le dessin apparaît, c’est un profil d’oiseau, une barque, un œil… Satisfait, l’homme contemple son œuvre. Sa respiration s’est accélérée, tandis qu’il rédige à la hâte les dernières lignes… »

 

Né en 1963 à Phnom-Penh (Cambodge), Jean-Luc Bizien a vécu une grande partie de son enfance à l’étranger. Il a exercé pendant une quinzaine d’années la double profession d’auteur et d’enseignant avant de se consacrer totalement à l’écriture. Jean-Luc Bizien s’épanouit d’abord dans les jeux de rôles et les littératures de l’imaginaire : il a obtenu en 1994 le prix Casus Belli du meilleur jeu de rôles pour Chimères et a publié de nombreux livres pour la jeunesse. En 2002, il a obtenu le prix du roman d’aventures pour La Mort en prime time et le prix Fantastic’Arts pour WonderlandZ. Passant avec bonheur d’un genre à l’autre, il est l’auteur aux éditions Gründ de Vivez l’Aventure, une série de livres-jeux illustrés qui rencontre un grand succès et de la “Trilogie des ténèbres”, des thrillers contemporains aux éditions du Toucan.

Les œuvres dont il est le plus fier sont cependant ses deux fils, Elric et Adriel, respectivement parus en 1990 et 2005.

Polar historique, Thriller historique

Les fantômes du passé

de Gaëlle Perrin-Guillet
Broché – 22 août 2018
Éditeur : City Edition

Londres, 1893 : une calèche explose, tuant sur le coup un notable. La police est désemparée, d’autant que le meilleur inspecteur de la ville, Henry Wilkes, a rendu son insigne. Aux prises avec ses démons intérieurs, il dépérit sous le regard inquiet de son fidèle Billy, le gamin des rues qu’il a recueilli.

Mais quand le « meurtre de la calèche » prend une autre dimension, Henry ne peut rien faire d’autre que reprendre du service. En effet, tous les indices désignent un coupable : Gareth, le propre frère d’Henry… mort des années plus tôt ! Est-ce une machination ? Ou bien son frère serait-il encore vivant ?

L’inspecteur déchu risque fort de réveiller les fantômes du passé dans cette ville où trahison et mensonges sont monnaie courante et où le danger est à chaque coin de rue…

 

2020_019_Perrin-Guillet Gaëlle - Les fantômes du passé

 

Bonjour à toutes et à tous.

Cela faisait un moment que j’avais ce roman dans ma PAL… Comme j’essaye de lire les livres, dans la mesure du possible, dans leur ordre d’arrivée, pour certains d’entre vous… il faut encore patienter !

Quel plaisir de retrouver notre duo Henry Wikes, qui n’est pas au meilleur de sa forme et Billy Benett qui va découvrir les prémisses de l’amour. Cette suite directe est le digne prolongement du superbe « Soul of London “, qui m’avait déjà envouté par son charme délicieusement désuet du vieux LONDRES de la fin du XIXe siècle. Cela me fait toujours plaisir de voyager dans le temps et dans des lieux différents lors de mes lectures, et là, je suis servi !

Dans ce roman la ville de Londres est un personnage à part entière… L’ambiance est magnifique, les lumières, les couleurs, les odeurs aussi ! Gaëlle m’a complètement amené dans son monde qui aurait pu être suranné, mais pas du tout. Londres vit et vibre au rythme d’une modernité balbutiante qui petit à petit va transformer la ville. L’électricité se met en place, le téléphone aussi, les rues se font de plus en plus bruyante à cause des voitures à moteurs… C’est dans ce “nouveau monde” que nos compères vont mener leur nouvelles enquête toute en subtilité.

Les personnages du premier tome se sont étoffés et prennent une place importante dans ce récit qui vous mènera comme moi j’en suis sûr de surprises en surprises.
Gaëlle est une vraie conteuse, qui n’a d’autre ambition que celle de nous divertir…
… Et elle le fait drôlement bien !!!

À lire de préférence derrière une bonne tasse de Earl Grey !

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :
   « Soudain, une voix claire comme de l’eau submergea le tumulte des hommes et tous se turent dans l’instant.
   La jeune femme s’était mise à chanter et, pour que chacun puisse l’admirer à sa juste valeur, elle monta sur le bar. Les hommes levèrent la tête pour la regarder, et le silence pris place. Seule cette voix envoûtante raisonnait dans la petite salle. Pas un souffle, pas un murmure. Tous étaient suspendus aux lèvres de la jeune femme qui chantait l’histoire de Molly Malone. Même Morris, qui ne connaissait rien à ce chant irlandais, était comme hypnotisé.
   Cette femme dégageait quelque chose d’irréel et de fort, le tout sous une épaisse couche de tendresse dans laquelle on avait envie de se blottir au coin d’un feu et oublier le monde.
Et, à en croire l’expression qu’il lisait sur le visage de ceux qui l’entourait, il n’était pas le seul à être sous le charme. »

 

 

Gaëlle Perrin-Guillet est l’auteure de plusieurs romans policiers distingués par des prix littéraires. Avec Les Fantômes du passé, elle signe un nouveau volet de la série d’enquêtes de Henry Wilkes et Billy Bennett, qui se situent dans le Londres du XIXe siècle.

Thriller historique

Code Salamandre

de Samuel Delage
Broché – 14 mars 2019
Éditeur : Mon poche

Lorsque son professeur de l’École du Louvre décède, Yvan Sauvage, expert en art et commissaire-priseur, se retrouve légataire d’un secret prodigieux : le vieil homme était sur le point de déchiffrer un code menant à l’un des trésors les mieux gardés du règne de François Ier. Yvan n’a alors de cesse de résoudre l’énigme. Marion, jeune étudiante à la Sorbonne, entre dans son jeu, et le duo se lance avec une énergie farouche dans le décryptage des messages codés que recèlent les châteaux, statuaires et monuments édifiés par les architectes de l’époque, dont Léonard de Vinci. Puis ils explorent des itinéraires dont la cartographie occulte et étonnamment précise de la Renaissance a fixé le tracé. Tout à leur quête, les deux jeunes gens sont inconscients du danger qui les guette, tandis qu’un homme épie leurs moindres faits et gestes sous les ordres d’un mystérieux commanditaire. La recherche érudite et la résolution du code Salamandre pourraient bien déclencher une traque sanguinaire…

 

2020_015_Delage Samuel - Code Salamandre.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous…

Je découvre un nouvel auteur, avec lequel j’avais pu discuter un peu, lors du Salon Paris VII. J’ai toujours beaucoup aimé les romans qui parlent d’Histoire. Avec “Code Salamandre”, malgré un côté “thriller historique très bien documenté”, l’écriture est agréable et très fluide. J’ai pris beaucoup de plaisir à sa lecture. J’imagine difficilement les recherches réalisées par l’auteur, mais vous pourrez vous rendre compte un peu, à la fin du roman, dans la postface où Samuel détaille certains éléments historiques.

François 1er est le pivot de ce roman avec sa célèbre Salamandre. Des messages à décoder, des carrés magiques, le tout entouré de plusieurs morts et de mystères. Samuel m’a transporté dans son univers historique et ésotérique. Une très belle quête qui va vous plonger dans les arcanes de la renaissance…

Samuel excelle aussi dans ses dialogues, il a une façon incroyable de gérer les “timings” donnant ainsi un effet “page-tuner” à son récit.
J’ai plongé régulièrement dans ses ambiances, sombres ou rafraichissantes, qui m’ont fait voyager à travers plusieurs régions de France…

Excellent thriller. On ne s’ennuie pas un instant. À lire !

Mais attention !
Un mystérieux tueur en série suit nos deux enquêteurs…

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :
« – On ne met pas en place un tel système pour distraire les érudits, dit Yvan.
– Combien d’œuvre, de trésors religieux, de reliques restent encore introuvables, comme l’Arche d’alliance !
– Il n’y a pas que cela, Marion. Les explications concernant certains travaux n’ont toujours pas de livré leur secret. Prends Léonard de Vinci. La plupart de ses inventions dont on a les croquis ou les maquettes ne fonctionnent pas ou ne sont pas abouties. Pourtant, elles fourmillent de détails étonnants d’ingéniosité. Aurait-il hérité de savoirs techniques oubliés ? Le mythe de l’Âge d’or a toujours hanté les peuples, sans parler de celui de l’Atlantide. Or de nombreuses Recherches géologiques et scientifiques tendent à prouver qu’il a bien existé un « avant ». Je ne sais pas vers quoi nous allons, mais ce qui est certain, c’est que ceux qui ont créé ce labyrinthe n’avait pas envie de laisser leur secret mourir avec eux.
– À nous de répondre à leur attente ! »

 

 

Né en 1978 à Angers, Samuel Delage est scénariste et auteur de romans à suspense. Il est également chroniqueur livres sur France 3 et a créé le site Internet Les Petits Mots des Libraires. Code Salamandre est le premier opus d’une série romanesque avec deux personnages récurrents – Yvan Sauvage, expert en art et commissaire-priseur, et Marion Evans, historienne de l’art – que l’on retrouve dans Cabale Pyramidion (Albin Michel 2015) et Arcances Medicis (de Borée 2018).