Noir, Suspense, Thriller psychologique

Le Jeu du Chuchoteur

de Donato Carrisi
Broché – 2 octobre 2019
Éditeur : Calmann-Lévy

Bandeau_Intro.jpg

En pleine nuit d’orage, l’appel au secours d’une famille. Autour de leur maison, un homme à capuche qui rôde. La police qui n’arrive qu’au petit matin. Le spectacle d’un carnage : du sang partout. Mais aucun corps. Ni parents. Ni enfants.
Mila, experte en enlèvements, ne voulait plus jamais enquêter. Mais tout porte à croire que le chuchoteur est de retour. Mila n’a pas le choix : il faut à tout prix l’empêcher de frapper à nouveau.

Donato Carrisi balade son héroïne entre jeu virtuel et réalité, innocents et assassins pervers, rebondissements et mystères.
Version Femina.

On retrouve le mélange envoûtant des thrillers de Carrisi : la science de la psychologie des tueurs, et un étrange ésotérisme chrétien.
Le Point.

Après l’inoubliable Chuchoteur et l’excellent L’Écorchée, un roman une fois encore très efficace.
Page des libraires.

 

2021_086_Carrisi Donato - Le jeu du chuchoteur

 

Cela fait maintenant plusieurs mois que ce livre était dans ma PAL. J’avais hâte de le lire, mais il n’est pas toujours évident de s’organiser comme je le souhaiterai !

Donato Carrisi fait parti depuis son premier roman de mes auteurs “chouchous”. Lorsque j’ai lu le premier tome, je l’ai littéralement dévoré et c’est avec la même fébrilité que j’ai enchaîné avec les trois autres au fur et à mesure de leurs sorties.

J’étais heureux bien sûr de retrouver Mila avec qui j’avais vécu des aventures passionnantes, au fil des différents opus. Elle fait partie de ses héroïnes avec lesquelles je suis en parfaite empathie avec son passé et son mal être… Aujourd’hui, elle a quitté sa vie d’enquêtrice, elle a quitté ses “Limbes”, pour partir dans un endroit isolé, et élever sa fille Alice, pour laquelle ses sentiments peinent décidément à s’exprimer. Très vite tous les ingrédients pour un bon récit se mettent en place. Des chapitres très courts, un rythme incroyable et très fluide, des révélations constantes qui ne m’ont laissé au final que très peu de repos.

Une famille complète disparait en pleine nuit. Tout indique un massacre à venir : un appel au secours, du sang partout, mais aucun corps n’est retrouvé.
“Le chuchoteur” est-il revenu ?
Pour Mila commence alors une course contre la montre pour l’empêcher le tueur de frapper de nouveau. C’est efficace…

Mais, et oui, il y a un mais…
Je trouve que cet opus est moins travaillé que les autres.
Malgré la volonté (très intéressante) de l’auteur de se confronter au monde des réseaux et des jeux vidéo, il m’a manqué un “petit“ quelque chose. Un peu de réalisme, peut-être du à l’évolution régulière du récit dans le monde virtuel. Peut-être aussi à cause du manque de liens avec le précédant opus où il restait des “zones d’ombres” à la fin du récit ?

J’ai malgré tout, passé un bon moment de lecture !
Les rebondissements m’ont tenu en “alerte” jusqu’à la dernière ligne, et je ne peux que vous le conseiller, quoi qu’il en soit.

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« La lettre arriva, comme toujours, en février.
Son contenu ne différait pas des autres années : le tableau clinique était inchangé et, pour le moment rien ne laissait présager de la moindre évolution. L’auteur de la missive concluait par la même formule que d’habitude :
« L’état général du patient est irréversible. »
Cette phrase était une invitation subtile à décider soit de prolonger d’une année la respiration assistée et l’alimentation artificielle, soit de mettre fin une fois pour toute à cette vie de légumes. »

« Un psychopathe constitue déjà lui-même une prison, se rappela-t-elle. Il abrite en lui un démon cherchant par tous les moyens à sortir, toujours. Les assassins les plus féroces ont l’air dociles et gentils, quand on les observe de l’extérieur. Pourtant, leur violence peut se manifester n’importe quand. C’est par ce biais que le démon fait savoir au monde extérieur qu’il existe et qu’il contrôle totalement son hôte. »

« Mila se dit que beaucoup de gens, n’ayant pas une vie passionnante, cherchaient les likes et les Followers pour se racheter. Toutefois, au-delà de l’aspect illusoire de ce genre d’approbation et du danger que cela représentait de se rendre vulnérables à la curiosité des autres, on pouvait se demander combien de temps les gens souffrant d’une véritable dépendance pouvaient-ils passer sans Internet. »

« On nous a dit qu’Internet était une révolution indispensable. Mais personne n’avait prévu le prix que cela coûterait… D’abord, ce n’est pas aussi libre qu’on veut nous le faire croire : sinon, pourquoi utiliserions-nous tous le même moteur de recherche ? Ils veulent qu’on ait les mêmes informations, ils ont uniformisé notre pensée sans qu’on s’en aperçoive… Et puis, Internet n’est pas équitable : c’est tyrannique. Et ce n’est pas vrai que cela répare les injustices sociales : au contraire, ça n’oublie pas, ça ne pardonne pas. Si j’écris quelque chose sur toi, personne ne pourra l’effacer. Même si c’est un mensonge, ça restera en ligne pour toujours. N’importe qui peut utiliser le Web comme une arme en sachant qu’il restera impuni… »

 

 

Né en 1973, Donato Carrisi est l’auteur du best-seller international Le Chuchoteur, traduit dans vingt pays et qui a reçu quatre prix littéraires en Italie. Lauréat du prix SNCF du Polar européen et du prix des lecteurs du Livre de Poche dans la catégorie polar, il est l’auteur italien de thrillers le plus lu dans le monde. Son dernier roman publié chez Calmann-Lévy, La Fille dans le brouillard, a été adapté au cinéma avec Jean Reno.

Thriller psychologique

La Cave aux poupées

de Magali Collet (Auteur)
Broché – 19 mars 2020
Éditeur : Taurnada Éditions

Manon n’est pas une fille comme les autres, ça, elle le sait depuis son plus jeune âge. En effet, une fille normale ne passe pas ses journées à regarder la vraie vie à la télé. Une fille normale ne compte pas les jours qui la séparent de la prochaine raclée monumentale… Mais, par-dessus tout, une fille normale n’aide pas son père à garder une adolescente prisonnière dans la cave de la maison.

 

2020_012_Collet Magali - La cave aux poupées.jpg

 

Attention !
Livre à ne pas mettre entre toutes les mains…

÷÷÷÷÷÷÷

Chuuuuut…
Manon habite avec Le Père.
Elle a grandi dans la peur, les coups, l’humiliation…

Chuuuuut…
Le Père enlève de jeunes adolescentes pour “les monter”…

Chuuuuut…
Manon doit les laver, les surveiller, les préparer…

Chuuuuut…
Manon a peur, Le Père la surveille, Le Père ne pardonne pas…

÷÷÷÷÷÷÷

Bonjour à toutes et à tous…

Le premier roman de Magali Collet est vraiment incroyable. Sordide, malsain et addictif !
“Surtout, ne me prenez pas pour une psychopathe !” dit-elle lorsqu’elle parle d’elle et de son roman.
Magali m’a embarqué avec elle dans son histoire dès les premières lignes.

L’histoire m’a fait peur, elle est tellement violente et réaliste, j’en ai eu froid dans le dos durant une bonne partie de ma lecture, car j’avais tendance à me mettre à la place de ces jeunes filles à la merci de ce bourreau.
C’est un huis-clos écrit dans le langage “parlé” d’une adolescente complètement perdue. Elle n’est jamais sortie de chez elle. Elle n’a jamais vu d’autres personnes que son père et ses “poupées”. Elle ne sait ni lire ni écrire.

Rarement je n’ai eu dans un roman, un personnage aussi “déshumanisé”, aussi abject que ce père qui ne se sert uniquement de sa fille que lorsqu’il en a besoin.
Elle s’occupe de tout à la maison. Ménage, repas, tenue de la maison et surveillance des jeunes filles dans la cave. Et gare à Manon si tout n’est pas parfait comme il le souhaite. Alors Le Père se déchaine sur elle… Coups de poings, coups de pieds, il la “monte” avec violence jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse.

L’intrigue est parfaitement construite. Certaines scènes sont décrites avec un réalisme à la limite du supportable.

  • Qui est ce “père” violent, incestueux, pédophile et criminel ?
  • Comment Manon va-t-elle faire pour arriver à se construire dans “son monde” de souffrance et de perdition ?
  • Pourquoi ne réagit-elle pas plus face à tout ce qu’elle endure ?

J’ai eu beaucoup de mal à m’identifier aux personnages, vous vous en doutez, ce qui n’enlève en rien le côté addictif de la lecture.
Magali Collet frappe fort, frappe juste et propose un roman très bien construit que je ne suis pas prêt d’oublier.

Je vous conseille pour plein de bonnes raisons de découvrir le premier roman de Magali Collet. Il est effrayant !
Merci aux éditions Taurnada, merci à Joël pour cet “OVNI” littéraire.

PS. “Magali, je ne suis pas un psychopathe non plus !”

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :
« Et lui… lui, il l’a cognée une fois, deux fois, trois fois, des tas de fois et moi je comptais les coups parce que j’ai toujours aimé compter. Il a cogné quarante-sept fois. C’est long à compter quarante-sept coups. Il l’a cognée si fort qu’à la fin, elle a plus bougé… Il est sorti il n’est rentré que le lendemain. J’ai dit à Maman qu’elle pouvait se lever, qu’il était parti, mais elle a pas bougé. Même quand je me suis mise à la secouer. Alors je suis resté avec Ma Maman toute la nuit, à lui tenir la main. Je lui ai mis la couverture de mon lit pour qu’elle n’ait pas froid et je me suis mise dessous, avec elle. Elle avait bien le droit de dormir un peu et puis il fallait qu’elle reprenne des forces parce qu’on allait partir toutes les deux, elle l’avait dit. J’ai bien dormi à côté d’elle. J’ai toujours bien dormi avec Ma Maman. Au matin, Le Père il est revenu. Il l’a touchée, il m’a regardée et il l’a prise dans ses bras comme une princesse. Il l’a emmenée et je ne l’ai jamais revue. »

 

 

Née en 1972 à Colombes, Magali Collet est une passionnée des mots. Elle écrit des poèmes, des nouvelles et des chroniques depuis de nombreuses années. Sa sensibilité à la cause des femmes, celles qui souffrent de ne pouvoir échapper à leur condition, apparaît en filigrane dans tous ses textes. Avec son premier roman, La Cave aux poupées, elle plonge ses lecteurs dans les fosses ténébreuses des âmes, pleines de violences, d’angoisses, mais aussi d’un profond désir de rédemption.