Émotion, Drame, Histoire vraie

DIS MERCI MON COEUR

de Patrick Belli
Broché – 4 novembre 2020
Éditeur : Kobo By Fnac

Bandeau_Intro.jpg

Angie et Patrick pense à l’adoption mais ils sont loin de s’imaginer ce qui les attends. Ce livre témoignage sur leur parcours d’adoption titanesque est avant tout un hymne à la vie, à l’amour. Ce carnet de route met en lumière la complexité de la procédure. Angie et Patrick abordent leur expérience sur les différentes étapes administratives. Comment se déroule l’enquête psychosociale qui même à l’obtention de l’agrément, le choix de l’âge de l’enfant ou des enfants à adopter (avec ou sans particularités physique ). Doivent-ils opter pour une adoption en France ou à l’Etranger ? vers quels organismes se tourner ? comment constituer un dossier d’adoption ? Leur décision est prise, ils se tourneront vers Haïti. Ont-ils fait le bon choix en cette année 2009 l ? L’avenir nous le dira. Suivez pas à pas Angie et Patrick dans leur aventure d’amours, parfois morte, une aventure parsemée de peines, de peurs, d’envie, d’émotions. Vous y découvrirez des correspondances, des témoignages et médiatisation. Patrick se livre sans artifice, sans pudeur. Et vous auriez-vous pu supporter tout cela ? Toujours y croire, ne jamais abandonner.

 

2022_006_Belli Patrick - Dis merci mon cœur

 

Dans certains livres, c’est l’histoire qui m’a plu, pour d’autres, c’est le style, les mots de l’auteur…
Pour “Dis merci mon cœur”, c’est l’amour et les émotions qui se dégagent entre les lignes qui m’ont emporté !

La première question qui m’est venu à la toute fin de ma lecture a été : Comment ont-ils fait ? Il aura fallu beaucoup de courage et d’abnégation à Patrick et Angie pour arriver au bout de leur beau projet… l’adoption !

Patrick nous prévient dès le début de son livre : “Je ne suis pas un écrivain, d’ailleurs, je n’ai aucune aptitude à l’écriture.
Que nenni !!!

Cette aptitude, il l’a, et il l’a maîtrise parfaitement, tout simplement, par sa douceur et sa sincérité, mais aussi ses petites touches d’humour çà et là, qui permettent régulièrement de reprendre son souffle. J’ai lu le livre d’une traite. Impossible de s’arrêter entre deux chapitres.

Cette histoire vraie, poignante et incroyable m’a remué les tripes. Je suis passé par la colère, le refus, l’envie de hurler, la tristesse, la joie, la peur aussi et j’ai eu du mal à me contenir pour ne pas pleurer, mais heureusement au final, il y a la lumière.

Patrick nous raconte son histoire, avec toutes les difficultés qu’il a croisées avec sa femme, un vrai chemin de croix. Jamais je n’aurai pu imaginer toutes les difficultés de l’adoption sans avoir lu ce livre. Oui, je savais qu’il y avait des procédures qui pouvaient être longues, mais tout ce qu’ils ont vécu… !

Je ne peux que m’incliner aussi devant la force qu’il a fallu, pour se mettre “à nu” et dévoiler tous ces moments intimes, où nombreux déjà, nous aurions baissés les bras. Les difficultés administratives, des délais affligeants, des enfants perdus qui attendent d’être sauvés. Puis, un tremblement de terre, et tout un monde qui s’effondre.
Les descriptions du Haïti “d’après”, sont hallucinantes.

Je conseillerai vraiment ce livre aux personnes qui veulent adopter et qui sont en attente. Il vous redonnera espoir… Et comme le dit si bien Patrick, “Toujours y croire, ne jamais abandonner”.

Il faut lire ce livre.
Pour que tout le monde soit au courant, et pour que les choses changent !
Pour moi, il y aura eu un avant “Dis merci mon cœur”, et un après…
Je ne peux terminer sans un grand BRAVO à “Maman” Eveline qui, même si je ne la connais pas personnellement, a mis du baume dans mon cœur…

Un très grand merci à mon amie Blandine Carron pour ce très beau cadeau, qui me touche tout particulièrement.

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Je ne suis pas un écrivain, d’ailleurs je n’ai aucune aptitude à l’écriture. Veuillez me pardonner par avance amis lecteurs.
J’ai longuement hésité à coucher sur ces pages mon parcours initiatique pour devenir père.
Pour beaucoup d’entre vous, le souhait de donner la vie, une fois mûrement réfléchi, est une partie de désir et de plaisir.
Dame nature intervient alors. Toute femme est alors soumise à son bon vouloir.
Heureusement, dans la majorité des cas, Mesdames et Messieurs, votre envie est exaucée. »

« J’implore le ciel pour que le noir qui nous entoure se transforme progressivement en bleu. Je supplie le créateur pour que la poursuite de notre parcours d’adoption porte ses fruits. »

« Il y a clairement une cassure dans mon parcours de vie.
Il y a peu, je ne pouvais imaginer me retrouver éloigné de mes activités professionnelles. J’étais concentré sur ma carrière.
Ce château de cartes s’est effondré comme la crèche. Il ne reste qu’un champ de ruines. Je dois reconstruire mon chemin. Il ne pourra passer que par la consolidation de ma vie de famille et surtout son agrandissement.
Nous ne sommes plus maîtres de notre destin. »

« Nous avons le plaisir d’échanger avec Clausel, le frère d’Éveline. Cet homme nous apprend que les Haïtiens ont une très mauvaise image sur l’adoption des enfants par des Européens. Il ne s’agit pour eux que d’un trafic de donneurs d’organes pour les plus riches. Il nous avouera qu’il avait lui-même des doutes sur les réelles intentions des parents.

C’est pour cela que sa sœur a souhaité qu’il partage son périple en France. Il aura cette formidable confession « jamais je n’aurais pu imaginer qu’une simple photo d’enfant donnée aux futurs parents puisse provoquer autant de joie et d’amour ! » Merci Monsieur Clausel pour votre sincérité. »

 

 

Après moult tentatives d’avoir un enfant, un couple décide de se lancer dans le parcours de l’adoption. Leur désir d’avoir une descendance est une obsession depuis tant d’années.
Comment pouvaient-ils une seule seconde imaginer le parcours titanesque qui les attendrait. Leur décision est prise, ils se tourneront vers Haïti. Ont-ils fait le bon choix en cette année 2009 ? L’avenir nous le dira.
Cette histoire romanesque n’en est pas moins une histoire véridique. Vivez notre épopée parfois drôle mais le plus souvent éprouvante et bouleversante au travers de témoignages, de correspondances, de médiatisation.
Mais surtout toujours y croire, ne jamais abandonner…

Émotion, Roman

Les Fureurs invisibles du cœur

John Boyne
Poche – 2 janvier 2020
Éditeur : Le Livre de Poche

Cyril n’est pas « un vrai Avery » et il ne le sera jamais – du moins, c’est ce que lui répètent ses parents, Maude et Charles. Mais s’il n’est pas un vrai Avery, qui est-il ? Né d’une fille-mère bannie de la communauté rurale irlandaise où elle a grandi, devenu fils adoptif des Avery, un couple dublinois aisé et excentrique, Cyril se forge une identité au gré d’improbables rencontres et apprend à lutter contre les préjugés d’une société irlandaise où la différence et la liberté de choix sont loin d’être acquises.

Une grande fresque sur l’histoire sociale de l’Irlande transformée en épopée existentielle. Florence Bouchy, Le Monde des livres.

John Boyne partage avec le chef-d’œuvre de John Irving, Le Monde selon Garp, un même souffle épique. Delphine Peras, L’Express.

Une éducation sentimentale et politique portée par l’art d’un romancier qui sait sonder les reins et les cœurs. Christophe Ono-dit-Biot, Le Point.

 

2020_061_Boyne John - Les fureurs invisibles du cœur.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous…

Ce majestueux et superbe roman raconte l’histoire fascinante de la quête d’un homme pour découvrir qui est-il et connaître sa vraie personnalité…

Ces trois dernières années, j’ai lu beaucoup plus d’auteurs français que ne le l’avais jamais fait. Une envie sûrement…
Un besoin aussi, de savoir où se plaçait la littérature française par rapport aux autres. J’ai ainsi découvert quelques centaines d’auteurs qui n’ont absolument rien a envier à leurs collègues étrangers !
D’ailleurs ma PAL est constituée de plus de 90% d’auteurs français !

Il y a quelques semaines Isabelle (une cousine) est venu à la maison et m’a conseillé ce roman de John Boyne, “Les Fureurs invisibles du cœur”.

Dès que j’ai lu la 4e de couverture j’ai su que ce livre risquait de m’emporter, mais ce que je ne savais pas encore, c’est que cela irait beaucoup plus loin…

C’est l’histoire attachante et émouvante d’un garçon adopté et mal aimé. Devenu adulte il est jugé, insulté à cause de son orientation sexuelle dans une société où le joug de l’église catholique, est pleine de préjugés et de violence.
Je ne sais qu’admirer le plus. La construction du récit, avec tous ses fils conducteurs reliant les événements les uns aux autres, la caractérisation et l’originalité des personnages ; la magnifique sensibilité du récit tout entier ; le style clair et beau ; le panorama historique irlandais de l’après-guerre à aujourd’hui.
Du début à la fin du récit, c’est une lecture passionnante. Parfois choquante et tragique, parfois poignante et drôle. Le récit habilement équilibré de Boyne vous amènera des larmes aux yeux, puis éclater de rire avant que celles-ci ne sèchent sur vos joues. Il restera dans mon esprit longtemps après avoir tourné la dernière page.

Cyril Avery, enfant illégitime et gay est le héros du roman. Il raconte ses luttes intérieures et extérieures avec une fluidité qui ne fait qu’accroître, la colère et la honte qui définissent son existence. Cyril est un personnage qui sans effort, attire naturellement l’affection et l’empathie, d’abord en tant que garçon, adopté et sans amour, grandissant dans une grande maison bourgeoise où il ne trouvera jamais sa place, puis en tant qu’homme, tourmenté par sa sexualité et en proie aux pires tragédies même quand enfin il trouve le bonheur.

Le récit m’a plusieurs fois fait penser à Dickens, avec des personnages fabuleusement excentriques et une série de coïncidences étranges et d’occasions manquées qui, dans tout autre contexte, seraient jugées “Too much”. Ici, alors que Boyne travaille sa magie et nous entraîne dans son histoire, la crédibilité passe au second plan pour le plaisir de la narration.

864 pages que je n’ai pas vu passer.
Je n’ai jamais ressenti le moindre fléchissement dans mon intérêt tout au long de ma lecture et c’est avec beaucoup d’émotions et une certaine tristesse que j’ai tourné la dernière page.

Un magnifique tour de force, une superbe réussite !
Coup de cœur…

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :

« J’ai parfois l’impression que je suis pas faite du tout pour vivre au milieu des gens. Que je serais plus heureuse sur une petite île quelque part, seule avec mes livres et de quoi écrire. Je pourrais faire pousser ma nourriture et ne pas être obligée de parler à quiconque. »

…/…

« Il y avait beaucoup d’hommes ici, qui s’étaient lassés de leur femme et cherchaient des sensations différentes. Ma grand-mère a compris. Un après-midi, elle est rentrée et a surpris un homme qui me violentait. J’étais un gamin à l’époque, et quand elle a vu ce qui se passait, elle a refermé la porte, elle est retournée à la cuisine, et elle s’est mise à faire du raffut avec ses casseroles. Voilà l’étendue de sa colère. Voilà ce qu’elle a fait pour me sauver. Après, elle m’a fouetté et m’a répété que j’étais dégoûtant, vraiment une pourriture sans nom.
Mais elle a vu ce que je pouvais lui rapporter. J’étais plutôt mignon. Elle m’a dit que si je laissais des hommes me faire ça, elle se chargerait d’organiser les choses. Et l’argent serait pour elle. »

 

 

Né à Dublin en 1971, John Boyne étudie la littérature anglaise au Trinity College de Dublin et l’écriture créative à l’université d’East Anglia, située à Norwich, où il reçoit le prix Curtis-Brown.

Il amorce une carrière d’écrivain et publie neuf romans pour adultes et cinq pour adolescents, notamment en 2006, Le Garçon en pyjama rayé, roman qui devient no 1 du New York Times Bestseller List et se vend à plus de 6 millions d’exemplaires dans le monde, avant d’être adapté au cinéma, sous le titre Le Garçon au pyjama rayé en 2008 par le réalisateur Mark Herman pour le compte de la société de production Miramax.

Il est un critique littéraire régulier pour The Irish Times et a été un des juges pour les deux prix littéraires Hennessy et le Prix International IMPAC Dublin Literary, outre le fait d’avoir assumé la présidence du jury du Prix 2015 de la Banque Scotia Giller.

En 2012, il reçoit le Hennessy littéraire Hall of Fame Award pour son œuvre. Il remporte aussi 3 Book Awards irlandais du livre pour enfants de l’année, le Choix du livre populaire de l’année et Short Story of the Year. Il a gagné plusieurs prix, y compris des prix littéraires internationaux, le Prix Qué Leer de l’année en Espagne et le Prix Gustav-Heinemann Paix en Allemagne.

En 2015, il reçoit un doctorat honorifique en Lettres de l’université d’East Anglia.

Ses romans sont publiés dans 51 langues. il signe avec “Les Fureurs invisibles du cœur” son roman le plus personnel et le plus ambitieux.