Fantastique

Le Royaume d’Esiah**

La Confrérie des morts
de Mélanie Gaujon
Broché – 1 décembre 2019
Éditions : France Loisirs

Bandeau_Intro_Mélanie Gaujon.jpg

Vingt-cinq années se sont écoulées depuis la bataille opposant le roi Lucifel à son frère. Le royaume d’Esiah vit désormais sous la tyrannie de Pyrrhos et seule lui résiste l’Edenrah, l’alliance des comtés attendant le retour de Lucifel. Dans le Royaume des Mortels, Almandin ignore tout de sa vie passée. Alors qu’une mystérieuse Confrérie menace l’équilibre entre les morts et les vivants, il va devoir faire un choix qui changera sa vie à jamais…

 

Couv_056_Gaujon Mélanie - Le Royaume d'Esiah ** La confrérie des morts.jpg

 

Quel plaisir de retrouver tous les héros du “Royaume d’Esiah” !
Almandin, Mehiel, Adel, Milo, Anjali, Pyrrhos et bien d’autres encore…

Vingt-cinq années se sont écoulées, depuis ma lecture du mot “fin” du tome précédent…
Milo, a grandi, ce n’est plus un enfant. Il est devenu un homme, un guerrier aguerri entraîné par Adel.
Almandin, lui, a payé le prix fort pour sa renaissance en tant que mortel… Il est aveugle ! Il fait de nombreux rêves étranges. Petit à petit certaines formes et couleurs lui apparaissent, des silhouettes tantôt rouges, tantôt bleues. Quand, un jour, des hommes venant de “l’enfer” se présentent à lui, et lui révèlent son rôle dans un conflit qui suit son cours dans un autre univers, depuis plus de vingt ans… tout lui revient soudain à l’esprit. Tout ? Surtout l’image d’une femme qui l’obsède ! Mehiel, SA PROPRE FEMME…
De retour dans “son” Royaume, Almandin va-t-il redevenir le roi qu’il était ?
Pourra-t-il stopper une fois pour toutes son frère dans sa quête du pouvoir absolu ?

Mélanie Gaujon, a su encore une fois me surprendre.
Si avec le tome 1, j’étais tombé de plein pied dans cet univers incroyable, avec ce second volet, plus pointu, plus précis aussi, Mélanie dresse ses “nouveaux” pions avec une technique imparable… Rien n’est laissé au hasard, et j’imagine très difficilement les heures qu’il lui a fallu pour “construire” ces/ses différents mondes.

Quelle est donc cette étrange “Confrérie des Morts” ?
Que cherche-t-elle à mettre en place ? Et pourquoi ?
En tant qu’humain, Almandin retrouvera-t-il sa mémoire ?

Arrivé à ce nouveau point de ma lecture, je ne peux que vous recommander ce livre entre univers merveilleux, entre les vivants et les morts, et moi-même n’ai de choix que de lire le troisième et dernier volet de cette saga hors du temps et hors des sentiers battus !

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Une dizaine de gardes avaient été réunis en bas des escaliers de l’ancien palais du Roi, à Garak. Leur chef, Séraphin, muni d’un ruban rouge noué autour de son bras, achevait son discours.
Des guirlandes métalliques décoraient le pourtour de la grande place dédiée au défunt Roi Lucifel. Déjà, des centaines de Siahnnas s’étaient accroupis devant la statue du Roi allongée au-dessus de son cercueil. Elle le reproduisait à l’identique, de son visage à ses membres, de ses traits fins aux plis de ses vêtements ; aucun détail n’avait été omis. »

« Almandin se réveilla en sueur au milieu de la nuit. Un nouveau cauchemar, comme il en faisait depuis des années, un de ceux dont il se serait bien passé. Il percevait des visages dans ses rêves. Il voyait des personnes. Elles semblaient si réelles. Pourtant, il n’avait jamais pu distinguer l’image d’un homme. Né non-voyant, tout était noir pour lui. Enfin, presque tout. »

« Le portail s’ouvrit en plein cœur de la cité mère, près de l’ancien quartier réservé aux Arcantes. Anjali fut tout de suite attirée par la splendide tour blanche émergeant de la terre au milieu d’un amas de roches noires. L’un des plus beaux joyaux du royaume, sculpté dans la pierre de Garak, s’offrait à ses yeux émerveillés. Sortant à peine du vortex, Mésilande passa furtivement près de son visage et remonta vers le clocher où volaient d’autres Phœnix. Les oiseaux regonflaient leur plumage de feu en caressant de leurs ailes la voûte enflammée. »

« Papa,
Si tu ouvres cette lettre, c’est que je ne suis plus de ce monde. Je sais que tu t’y es préparé. Je l’ai senti lorsque tu es parti sans rien dire après mon union. Sache que rien n’est de ta faute. Tu as tout fait pour me sauver. Ce n’était pas à toi de faire le sacrifice de ta vie. Je te demanderai simplement de prendre soin de Mehiel et de Milo. Ils vont être seuls. Quelqu’un doit les protéger. »

 

 

Mélanie Gaujon, née en 1982, a reçu le prix de l’imaginaire aux éditions Nouvelles Plumes en 2018 avec son livre Le Royaume d’Esiah. Adepte de la photographie, de l’art et du voyage, elle détient un master en histoire. Après quelques années passées en gendarmerie, elle a intégré l’institut régional d’administration de Nantes avant de prendre un poste de gestionnaire dans un établissement scolaire de Seine-et-Marne. À présent, elle travaille dans une agence comptable du Val-de-Marne. Un parcours diversifié, ponctué de nombreuses rencontres qui lui ont donné l’envie d’écrire et de relever des défis.

Le Royaume d’Esiah* La stèle du destin
https://leressentidejeanpaul.com/2022/05/18/le-royaume-desiah/

Fantasy, Philosophique, Suspense

Le Royaume d’Esiah*

La stèle du destin
de Mélanie Gaujon
Broché – 25 août 2018
Éditions : France Loisirs
Prix de l’imaginaire 2018

 

Le Royaume d’Esiah, où sont envoyées les âmes damnées du royaume des mortels, est victime d’une terrible épidémie. Toujours accompagné de Mélisande, son phœnix, le prince Lucifel, héritier du roi, venu sur place pour soutenir ses compagnons, croise le chemin de Milo, un petit garçon. Au cou de ce dernier, une pierre rouge intrigue le prince. Celui-ci propose à l’enfant de devenir un apprenti Arcante, soit un passeur d’âmes comme l’était son père. Il espère par la même occasion en apprendre plus sur cette troublante et mystérieuse pierre…

Bientôt de violentes attaques ébranlent le royaume obligeant le Prince à suivre sa destinée de futur roi pour sauver son peuple. C’est le début d’une épopée qui l’entraînera dans les secrets les plus enfouis de son royaume, jusqu’aux prédictions oubliées des Anciens.

 

 

 

Il y a quelques jours, je suis “retombé” sur deux romans que j’avais prévu de lire lors d’un long week-end, début 2019 !!!

Alors, une nouvelle fois, j’ai changé l’ordre de ma PAL, par principe et par respect pour Mélanie Gaujon que j’avais rencontré le 22/09/2018 chez France Loisirs pour sa première dédicace… et j’avais eu l’agréable surprise d’être le premier ce jour-là. J’ai donc un roman dédicacé N° : 000000001 !
Je me souviens de sa timidité, nous avions beaucoup discuté, et je lui avais promis de lui donner mon retour de lecture assez vite.
Malheureusement pour elle, le temps et la malchance lui ont fait une drôle de “blague”.
Alors, voilà Mélanie, je suis vraiment désolé pour cette longue attente qui n’a, dans tous les cas, rien enlevé à mon plaisir de lecture…

Pour son premier roman, Mélanie frappe très fort dans la Fantasy.
Elle a créé un monde à plusieurs niveaux très efficace, très visuel, très complet, d’une richesse et d’une fluidité remarquable… Des références à la Bible, où il est question de Royaume des Morts, du Royaume d’Eden, du monde des Mortels, d’âmes damnées, d’Enfer, de phœnix, c’est vraiment très riche.
Mélanie nous fait réfléchir aussi sur la notion du bien et du mal, nous montrant qu’ils sont indissociables. Détruire le mal briserait-il les lois qui nous régissent ?
Avons-nous vraiment un libre-arbitre ? Ou tout est déjà écrit ?

Plus j’avançais dans ma lecture, plus j’entrai dans son “Monde” plein de secrets…

Le Royaume d’Esiah est un royaume “post-mortel” gouverné par le Roi Adel, où règnent les morts qui sont damnés. Le roi a deux fils. Lucifel, le prince héritier, élevé au contact du peuple, et le prince Michael, élevé au contact de son père, beaucoup trop absent et qui finit par se perdre. Le jour de sa naissance, sa mère, la Reine, décède pendant l’accouchement. Michael reste alors persuadé que tout le monde lui en veut. Autant le prince Lucifel est prévenant et courageux, autant Michael est sombre et jaloux. Jalousie qui petit à petit se transformera en une haine profonde et terrible contre son frère, le menant à accomplir l’horreur ultime…

Pour un premier roman, je trouve “Le Royaume d’Esiah” assez incroyable !
Tous les ingrédients sont réunis dans cette aventure hors du commun. Il y a de la magie, de l’imagination, du suspens, de la tendresse, de l’amour, et aussi beaucoup d’humour… Les personnages sont très attachants et une intrigue qui monte, qui monte…
J’ai retrouvé certaines émotions ressenties adolescent, lors de mes lectures de Tolkien, Hobb ou Zimmer Bradley…

Je ne vais pas vous mentir.
C’est un roman qui au demeurant est plutôt adressé aux fans de Fantasy. Mais en même temps, l’auteure a su sortir des canons habituels, il y a des idées tellement modernes dans la construction de ses mondes, que Mélanie s’ouvre à plusieurs types de lecteurs…
Je suis obligé de m’incliner, Mélanie m’a surpris et m’a emporté dans son “Multivers”…

Le sort du monde est définitivement entre les mains du prince Lucifel. Il aura encore de nombreuses aventures à vivre, s’il veut ramener la paix dans son Royaume…

Roman faisant partie d’une trilogie !
Mélanie Gaujon, une auteure à suivre…

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Perché sur un socle de pierre, Milo admirait par la fenêtre l’embrasement de la voûte construite au-dessus de la cité d’Esiah. La lumière frappait si fort qu’il porta une main en visière pour contempler ce ciel artificiel. »

« Une musique douce aux couleurs métalliques retentit et entraîna les hommes dans un ballet somptueux. Les musiciens piquèrent ou frottèrent leurs cordes, d’autres frappèrent sur des tambours en argent recouverts d’une plaque de métal. La mélodie, imprégnée d’étranges sons, résonna à travers les voûtes de la grande salle. Les bourreaux dessinaient devant eux des gestes gracieux, commandant les âmes transparentes aux vêtements déchirés comme des marionnettes suspendues à un fil. Le mouvement des spectres, léger et voluptueux, donnait l’impression que leurs pieds volaient au-dessus du sol. La représentation était parfois entrecoupée de cris d’admiration. »

« Parfois, nous cachons des choses à ceux qui nous entourent, pour ne pas le blesser ou pour les protéger, même si nous savons que tôt ou tard quelqu’un finira par les découvrir. Ce n’est pas un mensonge. Il s’agit seulement d’un moyen comme un autre d’arranger la situation. Il est souvent plus facile d’avouer ce que nous ne voulions pas dire après quelque temps, lorsque les mauvais souvenirs sont derrière nous. »

« Dois-je vous rappeler que nous avons signé un traité avec les âmes ? Dois-je vous rappeler que nous avons une mission, celle de veiller sur les âmes damnées, et de les renvoyer dans le Monde des Mortels quand nous jugeons qu’elles ont purgé leur peine ? Ces âmes, que l’armée de libération a récupérées sans en avoir l’autorisation, n’ont aucune peine à purger, parce qu’elles ont été tué sous la contrainte. Le créateur considère qu’elles n’ont pas pêché. C’est la raison pour laquelle elles réussissent à passer la porte des repentis. La seule chose que cette armée de libération a réussi à faire, c’est pousser le Royaume d’Odéon à trouver un moyen de nous empêcher d’accéder au Monde des Mortels. »

 

 

Mélanie Gaujon, née en 1982, a reçu le prix de l’imaginaire aux éditions Nouvelles Plumes en 2018 avec son livre Le Royaume d’Esiah. Adepte de la photographie, de l’art et du voyage, elle travaille comme personnel administratif de l’éducation nationale dans la banlieue parisienne. Elle a commencé à écrire en s’intéressant aux jeux de rôles et au cinéma.