Émotion, Psychologie, Suspense

Cent millions d’années et un jour

de Jean-Baptiste Andrea
Poche – 19 août 2021
Éditeur : Folio

Bandeau_Intro_03.jpg

“Cette fois, pas besoin de traduction pour comprendre la loi de la montagne. Les seuls monstres, là-haut, sont ceux que tu emmènes avec toi”. Alpes, août 1954. Stan mène une carrière de paléontologue sans éclat. Il ne lui reste qu’une chance de connaître la gloire : découvrir un squelette de dinosaure qu’on dit préservé par la glace depuis des millénaires. Stan imagine alors une folle expédition et entraîne avec lui un vieux guide italien et les scientifiques Umberto et Peter. Mais l’ascension du glacier est périlleuse, surtout pour ces hommes inexpérimentés. Tandis que le froid, l’altitude, la solitude se referment sur eux, leurs fragilités affleurent, les vieilles blessures se rouvrent. L’amitié qui les lie leur permettra-t-elle de réaliser ce rêve d’enfant ?

 

2022_023_Andrea Jean-Baptiste - Cent millions d'années et un jour

 

Une très belle histoire qui se lit en quelques heures…
Les chapitres sont courts, rythmés, très imagés et très poétiques.

Stan est un paléontologue. Il est persuadé qu’un dinosaure est enseveli dans les montagnes, entre la France et l’Italie.
Lorsqu’il était enfant et que ses parents n’étaient pas là, il participait avec d’autres enfants de l’immeuble à des “réunions” organisées par le vieux concierge qui leur racontait alors, de belles histoires. Un jour, il raconta à cette “société secrète aux dents de lait”, l’histoire de son dragon, dont il aurait conservé un fragment d’os !
Stan, passera alors sa vie à penser à cet animal fantastique.
À la fin de sa carrière, et toujours aussi obsédé par ce projet incroyable, de retrouver peut-être une espèce de dinosaure encore inconnue, il embarquera avec lui deux autres scientifiques et un vieux guide.
Mais là-haut, tout n’est pas si simple. Engagés dans cette expédition improbable, les trois hommes et leur guide vont vivre un huis-clos qu’ils n’imaginaient pas.

Jean-Baptiste Andrea, encore une fois, a l’art de sublimer l’histoire grâce à ses mots. Il m’a embarqué et je n’ai pu m’arrêter jusqu’à la dernière ligne.
C’est un récit plein de poésie. Rêves de reconnaissance et souvenirs d’enfance se mêlent dans ce roman sur fond de montagnes enneigées. La psychologie des personnages est finement développée, leurs sentiments, leurs expériences et leurs émotions aussi, dans cette recherche d’un animal mythique, née du rêve d’un enfant maltraité par un père violent.

Un roman qui m’a enchanté, transporté, et ému, au cœur duquel la nature joue un rôle important.
Je pense que “Cent millions d’années et un jour” fait partie de ses romans, qui se relisent avec plaisir…

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« J’oublierai bien des choses, c’est inévitable, jusqu’à mon propre nom peut-être. Mais je n’oublierai pas mon premier fossile. C’était un trilobite, un petit arthropode marin qui n’avait rien demandé à personne quand mon existence percuta la sienne un jour de printemps. Une seconde plus tard, nous étions amis pour la vie. »

« Elle chuchota pour ne pas que ses parents l’entendent. Quand les adultes n’étaient pas là, le vieux concierge réunissait les enfants de l’immeuble, les encerclait dans la lumière de l’unique ampoule de la cave et leur racontait des histoires. La plus appréciée de cette société secrète aux dents de lait, c’était celle de son dragon. »

« Je n’allais pas me laisser escroquer par une bande de bouseux. Parce que les bouseux, je connaissais bien, j’en étais un. Je savais, moi aussi, comment truquer une balance les jours de marché en lestant les plateaux, enlever un fruit ou deux au moment d’emballer. »

« La prochaine fois que l’aube me secouera, je n’ouvrirai pas les yeux. C’est un piège. L’aube ment à ceux qu’elle réveille, à l’homme d’affaires, à l’amoureux, à l’étudiant, au condamné à mort et, oui, au paléontologue aussi. Elle nous remplit d’espoir pour mieux nous décevoir. Le crépuscule, plus vieux et plus sage d’une journée, m’a fait la leçon : j’ai été bien naïf de la croire. »

 

 

Jean-Baptiste Andrea est né en 1971. Il est écrivain, réalisateur et scénariste. Ma reine, son premier roman, a été récompensé par de nombreux prix, dont le prix du Premier Roman et le prix Femina des lycéens en 2017. Depuis, Jean-Baptiste Andrea a publié Cent millions d’années et un jour ainsi que Des diables et des saints, pour lequel il a reçu le Grand Prix RTL-Lire 2021.

Émotion, Histoire, Roman de terroir, Romance

Le défi d’Apolline

Nathalie Brunal (Auteur)
Broché – 26 mai 2020
Éditeur : Nouvelles Plumes

1898. Apolline, jeune fille de la bonne société canadienne, est en âge de se marier. Mais à 22 ans, Elle ne cesse d’évincer les prétendants que lui présentent ses parents. Une révolte que n’admet pas sa mère… Quand celle-ci apprend qu’une cousine, enceinte et mère de deux jeunes enfants, vient de perdre son mari dans l’éboulement d’une mine, elle est persuadée de tenir le chantage qui fera plier Apolline : se marier ou partir aider cette cousine qu’elle ne connaît pas. À la surprise générale, Apolline quitte son quotidien pour les contrées lointaines du grand Ouest. Elle qu’il n’a connu que le confort feutré de son hôtel particulier découvre la rudesse d’un monde encore sauvage. Et si cette épreuve était l’occasion pour elle de se réapproprier son destin, et pourquoi pas de croiser l’amour ?

 

2020_041_Brunal Nathalie - Le défi d'Apolline.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous…

Souvent, on me demande si je suis uniquement un lecteur de thriller.
Eh bien non !
Je suis un lecteur d’émotions.

Pour pouvoir entrer pleinement dans un roman, j’ai vraiment besoin être touché, d’avoir la larme à l‘œil, d’avoir peur, de réagir, d’être en colère, de sourire et même de rire parfois. Alors, quand le lecteur que je suis, tombe sur ce genre de roman, il ne peut être que comblé…

“Le défi d’Appoline” fait partie de ces romans qui donnent l’impression d’être “lu” en cinémascope.

Quelle aventure !
Quelle force dans les personnages !
C’est un récit au dépaysement garanti…

Dès les premières lignes, je me suis très vite rendu compte que je tenais en main un livre qui risquait de me bouleverser. Le ton donné au texte, le rythme, le vocabulaire choisi en adéquation avec la haute bourgeoisie du 19e siècle, un coté historique pas désagréable du tout, et les descriptions de la nature du Grand Ouest canadien enveloppant le récit. Même la neige m’a paru palpable.

Vivant dans hôtel particulier avec un père banquier, une mère qui se doit à une rigueur imposée par son statut et une jeune sœur qu’elle aime, sans le savoir Appoline étouffait dans son quotidien. Il aura fallu un chantage imposé par sa mère pour qu’elle puisse se découvrir. Et telle une porte ouverte devant elle, Apolline va découvrir un nouvel horizon, une nouvelle vie… sa vie !

Je ne dirai rien de plus pour ne rien dévoiler. Dans le récit de Nathalie, tout est important, tout est à sa place et vous en dire plus serait finalement vous desservir…

La seule chose que je me dois d’ajouter, c’est qu’Apolline va me manquer. J’ai été triste qu’elle me quitte déjà. Elle mérite encore de vivre de belles et nombreuses aventures

Vous aimez, les personnages forts, les belles histoires et le dépaysement ?
N’hésitez pas, ce roman est une véritable réussite, un message d’espoir pour les femmes…

Un grand merci Nathalie, pour ce très beau voyage dans le temps !

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :

« Je le rejoignis et il nous recouvrit de deux épaisses couvertures. Collée contre lui, la chaleur de son corps me réchauffa. Cette promiscuité entre un homme et une femme n’était pas concevable sauf qu’aujourd’hui, il en allait de notre survie. Millie qui cuisinait toujours en grande quantité nous permit de nous restaurer. Le thé refroidit ne me revigora pas, mais accompagna les biscuits qui avaient durci à cause du froid. La nuit était tombée, plongeant la nature dans l’obscurité. Les bruits de la forêt s’éveillèrent comme par magie et le vent qui soufflait dans les arbres jouait avec mes nerfs. Je ne nous voyais pas sortir vivants de cette grotte. Jack tentait de m’apaiser et d’apprivoiser mes peurs, en vain. »

 

 

Nathalie Brunal est assistante maternelle de fonction et maman de deux enfants. Elle est passionnée des mots depuis sa plus tendre enfance. Lectrice compulsive, elle passe de l’autre côté du miroir en 2017 en se lançant un défi personnel, celui d’écrire un roman qui lui ressemble. « Une tragique fête des fraises » voit le jour en auto-édition sur la plate-forme Amazon. Dans son univers se mêlent amour, humour et espoir. À ce jour, neuf romans ont été auto-publiés.