Émotion, Histoire, Roman de terroir, Romance

Le défi d’Apolline

Nathalie Brunal (Auteur)
Broché – 26 mai 2020
Éditeur : Nouvelles Plumes

1898. Apolline, jeune fille de la bonne société canadienne, est en âge de se marier. Mais à 22 ans, Elle ne cesse d’évincer les prétendants que lui présentent ses parents. Une révolte que n’admet pas sa mère… Quand celle-ci apprend qu’une cousine, enceinte et mère de deux jeunes enfants, vient de perdre son mari dans l’éboulement d’une mine, elle est persuadée de tenir le chantage qui fera plier Apolline : se marier ou partir aider cette cousine qu’elle ne connaît pas. À la surprise générale, Apolline quitte son quotidien pour les contrées lointaines du grand Ouest. Elle qu’il n’a connu que le confort feutré de son hôtel particulier découvre la rudesse d’un monde encore sauvage. Et si cette épreuve était l’occasion pour elle de se réapproprier son destin, et pourquoi pas de croiser l’amour ?

 

2020_041_Brunal Nathalie - Le défi d'Apolline.jpg

 

Bonjour à toutes et à tous…

Souvent, on me demande si je suis uniquement un lecteur de thriller.
Eh bien non !
Je suis un lecteur d’émotions.

Pour pouvoir entrer pleinement dans un roman, j’ai vraiment besoin être touché, d’avoir la larme à l‘œil, d’avoir peur, de réagir, d’être en colère, de sourire et même de rire parfois. Alors, quand le lecteur que je suis, tombe sur ce genre de roman, il ne peut être que comblé…

“Le défi d’Appoline” fait partie de ces romans qui donnent l’impression d’être “lu” en cinémascope.

Quelle aventure !
Quelle force dans les personnages !
C’est un récit au dépaysement garanti…

Dès les premières lignes, je me suis très vite rendu compte que je tenais en main un livre qui risquait de me bouleverser. Le ton donné au texte, le rythme, le vocabulaire choisi en adéquation avec la haute bourgeoisie du 19e siècle, un coté historique pas désagréable du tout, et les descriptions de la nature du Grand Ouest canadien enveloppant le récit. Même la neige m’a paru palpable.

Vivant dans hôtel particulier avec un père banquier, une mère qui se doit à une rigueur imposée par son statut et une jeune sœur qu’elle aime, sans le savoir Appoline étouffait dans son quotidien. Il aura fallu un chantage imposé par sa mère pour qu’elle puisse se découvrir. Et telle une porte ouverte devant elle, Apolline va découvrir un nouvel horizon, une nouvelle vie… sa vie !

Je ne dirai rien de plus pour ne rien dévoiler. Dans le récit de Nathalie, tout est important, tout est à sa place et vous en dire plus serait finalement vous desservir…

La seule chose que je me dois d’ajouter, c’est qu’Apolline va me manquer. J’ai été triste qu’elle me quitte déjà. Elle mérite encore de vivre de belles et nombreuses aventures

Vous aimez, les personnages forts, les belles histoires et le dépaysement ?
N’hésitez pas, ce roman est une véritable réussite, un message d’espoir pour les femmes…

Un grand merci Nathalie, pour ce très beau voyage dans le temps !

÷÷÷÷÷÷÷

Extrait :

« Je le rejoignis et il nous recouvrit de deux épaisses couvertures. Collée contre lui, la chaleur de son corps me réchauffa. Cette promiscuité entre un homme et une femme n’était pas concevable sauf qu’aujourd’hui, il en allait de notre survie. Millie qui cuisinait toujours en grande quantité nous permit de nous restaurer. Le thé refroidit ne me revigora pas, mais accompagna les biscuits qui avaient durci à cause du froid. La nuit était tombée, plongeant la nature dans l’obscurité. Les bruits de la forêt s’éveillèrent comme par magie et le vent qui soufflait dans les arbres jouait avec mes nerfs. Je ne nous voyais pas sortir vivants de cette grotte. Jack tentait de m’apaiser et d’apprivoiser mes peurs, en vain. »

 

 

Nathalie Brunal est assistante maternelle de fonction et maman de deux enfants. Elle est passionnée des mots depuis sa plus tendre enfance. Lectrice compulsive, elle passe de l’autre côté du miroir en 2017 en se lançant un défi personnel, celui d’écrire un roman qui lui ressemble. « Une tragique fête des fraises » voit le jour en auto-édition sur la plate-forme Amazon. Dans son univers se mêlent amour, humour et espoir. À ce jour, neuf romans ont été auto-publiés.

Émotion, Histoire, Roman de terroir

Une montagne de femmes

Une montagne de femmes
de Frédérique-Sophie Braize (Auteure)
Broché – 22 octobre 2019
Éditeur : Les passionnés de bouquins

Une montagne de femmes rassemble dix-huit instants de vie, insolites et troublants, qui racontent la femme d’aujourd’hui et celle des temps anciens. L’amoureuse, la rigolote, l’audacieuse, la menteuse, la séductrice… Dix-huit histoires courtes, indépendantes et originales, avec la montagne en toile de fond.

 

2019_062_Frédérique - Sophie Braize - Une montagne…

 

Bonjour à toutes et à tous…

Voilà, nous sommes arrivés fin 2019 et je clôture avec ce livre, une année de lecture où j’ai découvert vraiment de très belles choses…

Pendant longtemps j’évitais les nouvelles. Je trouvais que l’on n’avait pas le temps de s’attacher aux personnages, je terminais les histoires régulièrement avec un sentiment de manque. Il a fallu que je vieillisse un peu pour pouvoir apprécier les histoires courtes comme je me le devais. Pas facile en quelques lignes justement d’accrocher le lecteur. Aujourd’hui je pense même que c’est l’un des exercices le plus compliqué !
Les personnages sont peu nombreux, moins développés que dans les romans. La fin est souvent inattendue, et prend la forme d’une chute, ou « pointe », parfois longue de quelques lignes seulement…

Dans ses dix huit histoire inédites Frédérique-Sophie nous fait partager le quotidien de Philomène, Ombeline, Myrtille, Mme Richard, Kessy, Modeste, Mélanie Ménage, Gentiane et bien d’autres encore…
Ces femmes, se sont des femmes de tous les jours. Elles ont vécu de la moitié du 19e à nos jours. Elles auraient pu être vos sœurs, vos mères, vos femmes aussi. Ce sont des femmes qui à un moment de leur vie décident de faire le choix de vivre leur propre vie. Les hommes aussi sont des personnages importants qui donnent un très bon équilibre aux histoires.

Plus j’avançais dans les textes, plus ils m’ont frappés et touchés.

Frédérique-Sophie sait nous titiller tout doucement pour nous amener à elle, et soudain sans que l’on ne s’en rende compte on se retrouve dans son monde. Des femmes qui vivent des situations dures, des femmes de la montagne. La géographie des lieux et le climat font souffrir pendant les hivers rudes des Alpes.
J’ai tremblé, j’ai souri et j’ai eu la larme à l’œil aussi. Certains textes sont très poétiques, d’autres surprenants, mais à chaque fois avec un final surprenant !

C’est un livre que je vous conseille.
“Une montagne de femmes” n’est pas un livre comme les autres. C’est un livre qui sent bon une “certaine” France. La France de la montagne, la France du passé aussi…
Mais, c’est surtout un très bon recueil d’histoires courtes.

Merci à Frédérique-Sophie Braize et à Guillaume de Uffredi pour ce très bon livre !

÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :
« Mon père avait raison, les femmes sont source de souffrance. Quand il m’a énoncé ce postulat la première fois, j’avais dix ans et n’en avais pas saisi le sens. J’avais d’autant moins compris ce qu’il voulait dire que je ne considérais pas, à l’époque, ma mère, ma grand-mère et mes tantes comme des femmes. »

…/…

« Chaque soir, l’enfant assiste à un échange près du pont qui enjambe la Dranse dont le limoneux.
Depuis sa fenêtre, il voit une femme qui vend quelque chose à un homme. Elle indique une somme avec ses doigts ; il sort un billet de sa poche. Le gamin trouve étrange que le gars paye sans rien recevoir en contrepartie.
Noé connaît la femme. »

…/…

« Gentiane est épuisée. Elle a passé la nuit à traquer l’ours au pied des cimes. Ce plantigrade que l’on prétend disparu de nos montagnes. Elle le flaire depuis un moment. Elle ne sait pas encore où il se trouve, mais il ne doit pas être loin. Et c’est ça, justement, qui l’étonne.
Que fait-il dehors à cette période de l’année ? »

…/…

« Quelques mois plus tard, je suis rentré chez moi, dans les Alpes.
Ma femme n’arrivait pas à le croire. J’étais là, devant elle, trempé par une pluie d’automne, un bandeau sur l’œil gauche. J’affectais la décontraction, mais je me sentais tendu. D’autant plus qu’elle n’a pas reconnu en moi le soldat à la moustache conquérante parti en uniforme flambant neuf, quatre ans plutôt. »

 

 

Frédérique-Sophie Braize passe son enfance dans les montagnes de Haute-Savoie où elle est née. Elle fait ses études au Pays de Galles, d’où elle revient diplômée en Business et Finances du Polytechnic of Wales. Elle travaille ensuite dans la sécurité privée et industrielle. Après une reconversion dans l’enseignement, elle décide de se lancer dans l’écriture il y a sept ans. Depuis elle enchaîne les succès avec des nouvelles remarquées par la critique, pour lesquelles elle a reçu les prix Vedrarias 2012, Gaston Welter 2013, Ecriture d’Azur 2013 et 2014, et Livre sans Frontières 2014. En 2018, son roman Sœurs de lait a remporté le Grand Prix littéraire de l’Académie nationale de Pharmacie et le Prix Patrimoine des Pays de Savoie.

Histoire, Roman de terroir

Sœurs de lait

Sœurs de lait
Frédérique-Sophie Braize (Auteur)
Broché – 15 mars 2018
Éditeur : Editions De Borée
Nées de mères différentes, les soeurs Baud ne partagent pas un lien fraternel profond. L’aînée, Ferdinande, veuve de guerre, est entrée en condition à Paris. Zoé et Anthelmette, si dissemblables et malgré tout jumelles, accompagnent leurs époux qui innovent pour participer à la grande aventure de l’or blanc. Coqueline, la cadette, est fascinée par la haute société venue en villégiature dans la station, mais elle ne veut pas la servir, elle veut en être. Séduite par Côme, un jeune voyageur qui vante les vertus médicales du radium, elle fonce dans les écueils de l’existence avant de découvrir que des intrigues sournoises sont menées au détriment de son entourage. Les quatre soeurs seront-elles capables de s’unir pour piéger ceux que rien n’arrête ?
2019_045_Frédérique Sophie Braize - Sœur de lait

Bonjour à toutes et à tous…

J’avais une légère appréhension avant de commencer à lire ce roman.
J’avais tellement peur qu’il ne me plaise pas…
J’avais tellement peur de passer à coté de quelque chose d’important, suite à toutes les critiques élogieuses que j’avais lues…
En effet, ce roman entre autre a obtenu le Grand prix littéraire de l’Académie nationale de pharmacie 2018 et le Prix Patrimoine des Pays de Savoie.

Et…

Dès les premières pages, je suis tout de suite entré dans l’univers de Frédérique-Sophie Braize…

Difficile de faire une comparaison avec d’autres auteurs, tant le style est véritablement marqué.
On se croirait presque à une autre époque.
Le sujet du livre fait énormément réfléchir. Comment l’appât du gain peut-il faire tourner les têtes sur certains enjeux pharmaceutiques ou comment le Radium s’invite dans le quotidien de toutes les familles bourgeoises.
J’imagine très difficilement les recherches incroyables que Frédérique-Sophie a du faire pour la construction de ce que je considère comme une véritable saga décrivant le quotidien dans les campagnes, mais aussi dans celui de Paris de l’après guerre.
L’histoire est touchante.
Les personnages vont me manquer, je m’étais attaché à eux…
Des héros de tous les jours, des hommes et des femmes hauts en couleur.

Sœurs de lait, en plus de son suspense, qui trouve encore aujourd’hui écho, dans certaines affaires toutes aussi sordides, fait froid dans le dos. Mais c’est aussi une saga familiale, dont j’ai aimé suivre le destin de chacun.
Leurs secrets, leurs souffrances, mais aussi une très belle solidarité dans ce dur quotidien où tout le monde essaye tant bien que mal de subsister.

Très belle fresque historique sur les mœurs et les conditions de vie de cette époque.
Conclusion, j’ai adoré Sœurs de lait.
Merci Frédérique-Sophie, de nous avoir fait partagé ton univers.

Je conseille à tous lecteurs qui aiment les romans de terroir de lire cet audacieux roman.
÷÷÷÷÷÷÷

Extraits :

« Pour la veuve, ces rares sorties étaient les seuls bons moments de sa vie parisienne.
Le peu de personnes qu’elle voyait franchissaient rarement le seul de la cuisine, les fournisseurs attitrés se gardant de trop parler aux servantes. Florimont faisait pendre le pouls de la grande ville sa mère et à sa sœur, habitué qu’il était à déambuler dans Paris. Il n’y avait que là pour voir des femmes en cheveux courts affublées de jupes au genou.
Quel bol d’air et de liberté pour Fleur et Ferdinand ! Toutes deux vivaient enfermées dans des lieux où les visites étaient plus rares que celles à la grille des parloirs d’une prison, alors qu’aucune n’avait commis de délit. »

 

 

Frédérique-Sophie BRAIZE est une romancière, nouvelliste et scénariste née à Évian en 1970.

Fille unique d’un alpiniste – ingénieur des Colonnes de Buren à Paris – elle vit dix ans chez ses grands-parents, des paysans de montagne. Elle fait ses études au Pays de Galles, d’où elle revient diplômée en Business et Finances du Polytechnic of Wales. Puis, elle travaille dans la sécurité privée et industrielle. Après une reconversion, elle enseigne l’anglais aux très jeunes Français, et le français aux enfants primo-arrivants, avant de se lancer dans l’écriture en 2012. Elle partage sa vie entre la Haute-Savoie et Paris.

Ses nouvelles ont reçu les Prix Vedrarias 2012, Gaston Welter 2013, Ecriture d’Azur 2013 et 2014, Livre sans Frontières 2014. En 2018 son roman « Sœurs de lait » a remporté le Grand Prix littéraire de l’Académie nationale de Pharmacie et le Prix Patrimoine. Son quatrième roman « Lily sans logis » a reçu le Coup de cœur de l’éditeur.